Et maintenant ?

Deux options semblent sur la table et sont en tout cas en discussion parmi nous:

1°/ une « scission » tout de suite qui semble avoir la préférence de quelques-un-e-s. Plutôt que « scission », il est plutôt question, me semble-t-il, de la fondation d’un parti « Front de Gauche » ici et maintenant, lequel  succèderait à cette structure très informelle qu’est aujourd’hui le Front de Gauche ;

2°/ une évolution du Front de Gauche, organisée plus sereinement, sur une durée plus longue, en partant de ce qu’il est aujourd’hui et des leçons que nous pouvons et devons tirer des évènements actuels, pour aller le plus vite possible vers ce qu’il doit être. Le plus vite possible oui, en effet, mais sans précipitation démesurée pour autant ! Il faut tenir compte du contexte, des réalités politiques, des choix des uns et des autres. Ne pas négliger les volontés de nos partenaires. Ne pas brusquer les choses au risque de nous retrouver seuls contre tous !

La première option qui, certes, pourrait nous apporter bien des satisfactions et qui, incontestablement, serait la plus claire aux yeux de tous, qui afficherait publiquement devant  le peuple français que nous n’avons rien à voir avec ceux qui nous ont trahis, pourrait nous faire gagner pas mal de suffrages et d’estime mais, en même temps, une telle attitude nous ferait immédiatement et inéluctablement passer pour les diviseurs et ce, à juste titre!   Nous devons prendre acte du fait qu’aucune organisation ne suivrait. Le communiqué conjoint de toutes les organisations du Front de Gauche autres que le PC, le PG et le POI, qui a été publié hier, est très clair ! Et s’il a été publié si vite après le résultat du vote de la honte, c’est sans aucun doute pour dissuader JLM de décisions intempestives suite à ce qu’il avait laissé entendre récemment… Ne pas en tenir compte serait suicidaire. Et pour le coup, ce serait alors montrer une image détestable de nous-mêmes en hurlant à la face de tous nos partenaires au sein du Front de Gauche mais également au-delà, que nous seuls (mais qui y aurait-il alors dans ce « nous » ?) détenons la vérité ultime, que nous ne tenons aucun compte de leurs avis. L’hypothèse est extrêmement rare où l’on a raison tout seul contre tous les autres ! Et bien plus, dans nos partis, de la Gauche radicale, nous sommes mêmes, et ce depuis toujours, hostiles à cette philosophie « monarchisante » de celui qui sait tout, tout seul. Et, en l’espèce, le terme « celui » ne désigne pas qu’une seule personne mais peut très bien se rapporter à un groupe qui aurait une certaine « identité » par rapport à d’autres qui en auraient une autre. Nous sommes les théoriciens et les praticiens de la délibération collective. Et au sein du Front de Gauche actuel, la voix de JLM est forte parce que ce qu’il dit correspond à ce que pensent la plupart des organisations du Front de Gauche. S’il est incontournable, c’est parce que, au-delà de nos partis et de nos organisations, au-delà même du Front de Gauche, il est écouté et estimé par une partie du peuple français. Pour beaucoup, il porte une part non négligeable de notre avenir en œuvrant de manière acharnée dans notre présent à tous. Donc, nous ne saurions avoir raison, nous, ceux qui souhaiterions passer tout de suite à autre chose, contre tous les autres. Nous n’allons pas créer un conflit là où il y a accord général entre nous. Ce serait pure folie ! Une petite partie du PCF a choisi d’aller voir ailleurs, grand bien lui fasse ! Au-revoir ! On ne s’appelle pas ! On ne se fait pas une bouffe !

La seconde option, est de choisir de ne pas réagir à chaud, dans la passion, dans la colère, dans l’écœurement. Ce n’est pas faire preuve de faiblesse mais de sagesse que de réfléchir, de laisser retomber la pression, de raisonner et de faire un peu de prospective, de discuter avec nos camarades pour voir, avec eux, ce qu’il est judicieux de faire. Les plus grands généraux ne décidaient pas de leurs plans de bataille sur des coups de tête! Ces plans étaient minutieusement conçus et mis en œuvre avec la même maestria. Ces plans-là aboutirent à de grandes victoires. Nombre de défaites résultent de plans mal conçus ou trop vite élaborés. Sans tenir compte des forces en présence chez l’ennemi, en négligeant la motivation des troupes ou en ne prenant pas avec assez de sérieux certains messages subliminaux…

Que JLM, tout seul, annonce quelque décision de grande ampleur n’aurait pas été raisonnable. Lui est assez malin, et il connaît assez bien les jeux et le combat politiques, pour ne pas prendre de décision à la légère, pour ne pas être coupable, à son tour, d’actes irréfléchis. Mais sa vie montre que lorsqu’il est résolu à une décision, il la prend et plus rien ne peut plus le faire plier.  Pendant ces quelques jours de repos, je ne l’imagine pas « au vert », replié sur lui dans son cabanon de jardin, à siroter tranquillement un bon verre de vin en se disant comme Achille ou comme De Gaulle, « eh bien qu’ils viennent me chercher s’ils veulent vraiment de moi ! ». Ce temps-là ne sera pas du repos. Il va prendre des contacts. Il va « consulter » comme on le dit d’un chef de l’État qui est sur le point de former un nouveau gouvernement. Il va évidemment chercher à trouver une stratégie commune avec tous ceux qui, au sein du Front de Gauche, sont sur la même ligne résolue anticapitaliste, antilibérale, anti-productiviste et donc qui combattons aussi bien la droite dans toutes ses nuances que le Parti Solférinien et ses nombreux bagages accompagnés comme il le dit lui-même… Ensuite, ce n’est sans doute pas JLM ou le PG seuls qui proposeront le meilleur remède à la situation actuelle mais une voix collective qui n’en aura que plus de poids.

Désormais, chacun sait à quoi s’en tenir avec Pierre Laurent et sa cour des miracles. Chacun sait que les Communistes, dans leur immense majorité, ne suivent pas. Plus de 60 villes ont voté pour l’autonomie. Ce n’est pas rien tout de même. Certes Paris compte. Je ne conteste en rien les arguments en ce sens que j’ai d’ailleurs mis en avant moi aussi depuis des semaines mais puisque nous avons des chiffres précis, il faut mettre d’un côté près de 600 militants, et de l’autre des milliers, partout en France. C’est cela qui compte. L’appareil parisien et central est peut-être verrouillé (il l’a toujours été), mais l’évènement le plus fondamental entre tous, c’est que les Communistes, à quelques rares exceptions près, ne suivent plus les habitudes d’alliance avec le PS. Ils disent haut et fort qu’ils sont militants du Front de Gauche et que le combat du Front de Gauche est le nôtre à tous.

Pierre Laurent et sa cour des miracles de petits arrivistes ou de vieux grognards d’un autre siècle, ne font pas la loi en-dehors de DEUX sections dans tout Paris et, peut-être aussi, de quelques villes de France, peu nombreuses. Le Front de Gauche n’est PAS mort. Ariane, Pierre Laurent n’a PAS fait d’OPA sur le Front de Gauche ou alors il s’est ramassé! Il a gardé le contrôle d’un territoire très restreint et, à bien y regarder, pour avoir obtenu cela, il va payer un prix beaucoup plus lourd qu’il ne l’imagine! Il croit avoir sauvé les meubles…et son siège de sénateur mais le peuple aura son mot à dire ! Et si, comme j’en suis convaincu, mars 2014 sera un Waterloo pour le PS, il le sera aussi pour Pierre Laurent et sa clique. C’est un bien piètre stratège. Sans doute excellent journaliste à l’Huma, il s’est trompé de chemin en entrant en politique !

Inutile donc d’ajouter des coups à ceux que ces andouilles se donnent eux-mêmes… Ils se sont mis en situation de traîtrise et de schizophrénie telle que c’est eux, bien plus que nous, qui vont « manger bon » pendant les mois à venir !

Certain-e-s me rétorqueront que ce choix complètement anachronique, va causer des dommages. Oui, c’est certain ! Quand on prend des coups violents, on en garde des séquelles longtemps. Mais on en tire aussi des leçons pour l’avenir. Je ne voudrais pas vous raser avec cette citation si connue que ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort ! Or nous ne sommes pas morts, loin de là ! Notre volonté est raffermie, notre énergie décuplée, notre mental celui de résistants ! Et ces vicissitudes de notre vie collective au sein du Front de Gauche vont conduire chacun d’entre-nous à tirer des leçons qui seront, j’en suis convaincu, utiles à tous.

Nous éviterons les dommages collatéraux en restant nous-mêmes, ce Front de Gauche uni et rassemblé sur notre projet, ce Front de Gauche qui ne sera coupable d’aucun reniement, ce Front de Gauche qui dira toujours haut et fort, cru et dru, ce qu’il juge bon de dire, ce Front de Gauche qui jamais ne faiblira devant l’ennemi coalisé contre nous, quel qu’il soit, d’où qu’il vienne, ce Front de Gauche cohérent et ferme sur sa ligne.

Le peuple pourra être un peu désarçonné par le choix détestable de ces minables pantins qui vont nous faire du tort mais nous n’allons pas garder la langue dans notre poche dans les prochaines semaines et les prochains mois. Nous rendrons coup pour coup et il est garanti qu’ils vont en prendre des uppercuts. Le peuple va se charger de châtier les traîtres ! JLM, hier, à l’émission « Tous Politiques », puis aujourd’hui, dans son dernier billet, le dit assez clairement. Nous ne nous laisserons plus faire. On ne nous intimidera pas ! On ne nous fera pas taire ! On ne nous fera pas changer notre façon de dire les choses ! On ne nous fera pas dévier de notre projet. Mais pas plus qu’on ne mollira, pas plus qu’on ne courbera l’échine, pas davantage qu’on ne se salira les genoux, ou qu’on ne baissera d’un ton, nous ne nous livrerons à une vandetta. C’est le peuple qui s’en chargera ! Et d’ici là, je ne pense pas que la position de Pierre Laurent à la tête du PGE sera tenable bien longtemps, parce que cette position dépend d’une élection et les  « électeurs » de Pierre Laurent sont les leaders des partis et mouvements tels que le Front de Gauche partout en Europe. Ils n’ignorent pas ce qui se joue et je pense que cette position va très vite devenir intenable pour lui. Il ne sera plus très longtemps le Président du Parti de la Gauche européenne… Il aura des comptes à rendre à d’autres que ses électeurs parisiens… Nos frères et sœurs, nos camarades et ami-e-s des différents pays d’Europe qui ont fait l’élection de Pierre Laurent n’ignorent sans doute rien du volcan français… Parce que les contacts sont multiples et passent par de très nombreux canaux formels et informels… Il ne pourra pas jouer longtemps à celui qui se bat pour une alternative de gauche en étant devenu le principal allié des Solfériniens français et, par ricochet, de tous les sociaux-démocrates en même temps que de tous les politiques de droite de l’Europe !

N’oubliez pas quelque chose: un homme seul ne peut pas décider pour tous les autres au Front de Gauche. C’est valable pour JLM comme pour Pierre Laurent et pour quiconque s’imaginerait gouverner seul notre Front. Et un parti seul ne le pourrait pas davantage. Au PCF, il va faire vilain temps ! Ce parti, du fait du choix de certains de ses militants, est entré dans une période de très gros temps. Nous ignorons quelle physionomie aura ce parti dans quelques semaines, ou quelques mois. Ca les regarde ! Mais si « ça les regarde », au sens où ce sont les Communistes qui décideront ce qu’il convient de faire, ça nous regarde aussi à tous. Comme tout ce qui se passe dans un de nos partis regarde aussi tous les autres… Quand on vit à plusieurs dans une maison commune, chacun doit penser à l’autre, quitte à se gêner un peu lui-même pour le bien-être des autres. Que chacun médite cela. Mais si accepter une petite gêne dans l’intérêt général est une des garanties pour que survive la communauté, il ne saurait être exigé des participants qu’ils avalent des couleuvres, qu’ils mangent leur chapeau ou qu’ils renient leurs principes essentiels ou agissent à l’encontre de leur raison d’être !

Le Front de Gauche n’existe que par ceux qui le font et ceux qui le font sont unanimes pour lutter contre le PS…

Contrairement à ce que l’on peut lire ici ou là, personne ne peut dire sérieusement que « le PCF est sorti du Front de Gauche  » car « le PCF » n’est PAS sorti du Front de Gauche. Aucune décision des instances nationales du PCF n’existe en ce sens à ma connaissance. Aucun vote général des militants communistes pour décider de cela n’a été organisé. Seuls quelques votes, locaux, en ont décidé ainsi et, à Paris, pour le cas qui a fait couler le plus d’encre, ce ne fut qu’à une majorité courte et ne reposant que sur deux sections, celles-là même qui étaient sous la plus grande influence de qui on sait. Certes c’est Paris et on ne peut le négliger, d’autant que le N°1 du PCF ainsi que le N°1 parisien ont poussé en ce sens. Mais il n’en demeure pas moins vrai que ce sont des gouttes d’eau dans l’océan français. Si l’on regarde la situation de haut, au niveau national, ce choix-là est ultra-minoritaire. Ne l’oublions pas.

Pour finir, je rappelle que JLM n’a pas baissé le drapeau contrairement à ce que certain-e-s laissent entendre. Il ne veut pas réagir à chaud. Il a raison. Ce n’est pas lui le fauteur de trouble. Il laisse chacun méditer sur la situation et quand il reprendra la parole dans quelques jours, je ne doute pas qu’il saura encore montrer la voie à suivre…

Hauts les cœurs camarades. La lutte se fait aussi dans chacun de nos territoires !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s