Pas en notre nom, Monsieur le Président de la République! La voix du peuple c’est le Front de Gauche

C’est un cri de colère que je publie à propos de la voix de la France portée par le Président HOLLANDE en Israël.

DE GAULLE, en 1966, sortait la France du commandement intégré de l’OTAN et ordonnait aux Nord-Américains de quitter les bases qu’ils avaient installées ou occupées sur notre territoire. HOLLANDE, à la suite de SARKOZY, a, lui, entériné la décision de vassaliser notre pays et de le remettre dans les serres de l’Empire nord-américain. Honte à eux deux! Mais surtout, honte à HOLLANDE qui pouvait inverser les choix de SARKOZY et les a au contraire validés et a même décidé d’aller plus loin encore, en signant l’accord de la France pour le déploiement du bouclier anti-missile Nord-Américain qui ne peut que nous causer du tort.

DE GAULLE parlait d’Israël comme d’un « peuple dominateur » et avait raison de s’en méfier. Lui avait choisi de mettre en oeuvre une véritable politique en faveur du « monde arabe » et du peuple de Palestine. CHIRAC avait suivi ses pas. Lui aussi défendait haut et fort le peuple Palestinien et la « politique arabe » de la France. MITTERRAND, après DE GAULLE et avant CHIRAC, avait été, pour sa part, malgré des choix parfois très ambigüs, un ami fidèle d’ARAFAT et des Palestiniens.

Cela c’est la politique étrangère digne de la France. Il y avait d’ailleurs un consensus à ce sujet. Seuls les Atlantistes, très minoritaires, défendaient une autre politique étrangère. Ces Atlantistes-là, hélas, ont fini par prendre l’ascendant, et le peuple français a laissé faire. C’est dramatique!

Israël n’est pas notre ennemi mais ses gouvernements se conduisent souvent comme des voyous et on doit en tenir compte dans les relations que l’on a avec eux. On doit oser leur parler franchement et défendre ce qui est juste. Ce qui implique, ici, de soutenir la cause palestinienne et de ne pas accepter d’Israël qu’il agisse comme il le fait, ni de défendre ses intérêts tels qu’ils sont étroitement perçus par les faucons.

Le seul moment où les dirigeants israéliens ont mené une politique de progrès, c’est quand le Premier Ministre s’appelait Yitzhak RABIN. Celui-là, après avoir été un homme de guerre, fut un homme de paix…comme DE GAULLE !

RABIN a voulu de bonne foi, et tenté énergiquement d’imposer la paix. Une paix juste, une paix sur des bases honnêtes et viables. On l’a assassiné pour cela.

Donc, si l’on veut défendre le peuple d’Israël, il faut de nouveau dire haut et fort que la seule politique que nous acceptons est celle que mena Yitzhak RABIN et c’est avec elle qu’il faut renouer. Tout ce qui a été fait depuis est catastrophique et ne fait que repousser davantage l’échéance d’une paix durable entre les deux peuples de ce bout de terre.

Depuis le départ de CHIRAC, nous avons, avec SARKOZY d’abord, puis HOLLANDE aujourd’hui, clairement changé de diplomatie sans que jamais le peuple français n’en ait exprimé la volonté. À la politique arabe de la France a été substituée une politique à l' »anglo-saxonne » et nos dirigeants actuels, depuis SARKOZY, se veulent amis des terroristes d’État qui dirigent Israël et qui n’ont jamais voulu de la paix.

Cela est inacceptable. Les gouvernements d’Israël qui se sont succédé depuis RABIN, sont des gouvernements-voyous, qui en menant une politique belliqueuse, provocatrice et cruelle ne font, en retour, que causer des malheurs à son propre peuple qui subit les actes terroristes de ceux qui n’ont pas d’autre moyen pour mener la guerre qu’on leur impose.

Évidemment que le terrorisme est odieux et inacceptable ! Qu’il ne peut être justifié ni toléré. Mais il doit être compris pour que les causes qui l’alimentent disparaissent. Et le terrorisme palestinien ne repose que sur la guerre permanente que mène Israël contre le peuple palestinien.

En d’autres lieux, les terroristes sont des combattants de la liberté, des héros quand bien mêmes ils ne sont que des assassins en série, des criminels monstrueux et des tyrans en puissance.

Pour classer les uns en terroristes et les autres en combattants de la liberté ou en résistants, tout dépend de savoir s’ils sont du « bon » côté et ils ne le sont, selon ceux qui imposent leur loi au monde, que s’ils combattent dasn l’intérêt des États-Unis ou d’Israël ou de leurs alliés. C’est un détournement qui atteste de la duplicité des puissances dont il est ici question.

Je disais que le gouvernement d’Israël, depuis 1995, année de l’assassinat de RABIN, est un gouvernement-voyou. En fait, je pourrais faire remonter cela à bien plus loin dans l’Histoire, car l’époque de Golda MEÏR ou celle de BEGUIN entre autres, abonde d’actes justifiant la même accusation.

L’époque où RABIN fut Premier Ministre dans les années 90, n’est  hélas qu’une parenthèse. J’appuie cette accusation notamment sur les violations répétées, permanentes, depuis les premières anénes de la vie de l’État d’Israël, des résolutions de l’ONU. Je l’appuie sur les actes criminels abjects qu’ils ne cessent de commettre, rendant de plus en plus improbable et aléatoire une paix durable et viable.

Par conséquent, que François HOLLANDE vienne jouer le petit soldat de Benjamin NETANYAHOU, qu’il vienne lui servir la soupe, qu’il appuie sa névrose anti-Iran, qu’il ne parle pas des actes de guerre qu’Israël a récemment commis en Syrie, dans l’indifférence générale, je trouve cela indigne de notre pays. Nous devons dénoncer très fermement ces choix, ces mots, cette politique étrangère qui fait honte à notre pays. Nous devons dire au monde que ce Président que nous avons élu, uniquement pour nous débarrasser de son prédécesseur, ne parle pas plus en notre nom que ne le faisait celui à qui il a succédé.

Non, HOLLANDE ne peut prétendre parler au nom du peuple français parce qu’il usurpe la légitimité que son élection lui a conférée puisqu’il nous a menti sur tout.

Non, HOLLANDE ne peut prétendre parler au nom du peuple français quand il agit dans un sens opposé aux raisons qui l’ont fait élire. Sur TOUS les sujets, intérieurs comme extérieurs, économiques, sociaux, institutionnels, sur les questions de sécurité, sur les questions diplomatiques, sur les questions militaires, sur tout ce qu’il dit et sur tout ce qu’il fait, il est en flagrant délit d’escroquerie politique.

Il est temps que cela cesse!

Le Président a été élu pour cinq ans et son mandat court donc, en toute légitimité constitutionnelle, jusqu’en juin 2017. Mais ce n’est pas parce que notre constitution en décide ainsi, que nous n’avons aucun moyen d’agir.

Nous devons, à chaque nouvelle élection qui sera organisée, à commencer par l’élection municipale, puis à l’élection européenne, toutes deux en 2014, ensuite à l’élection de 2015 où nous désignerons les nouveaux conseillers territoriaux (correspondant aux actuels conseillers régionaux et conseillers généraux des départements) sanctionner politiquement, le plus sévèrement possible, ce pouvoir incarné par HOLLANDE. Car un Président qui, durablement, ne serait plus soutenu que par 20…15…ou 10% de l’opinion ne pourrait rester en place. La crise de légitimité serait trop forte. Des décisions draconiennes seraient obligatoirement prises pour en sortir.

Utilisons donc nos bulletins de vote pour châtier ceux qui nous ont aussi effrontément trompés.

Utilisons des bulletins de vote  FRONT DE GAUCHE à chaque nouvelle élection à venir pour imposer une alternative. Le Front de Gauche est à votre disposition pour remettre la France sur la voie du progrès partagé et pour contribuer, avec d’autres peuples aujourd’hui silencieux mais qui ne manqueront pas alors de se lever, à refonder aussi bien l’Union européenne que la communauté des nations et ce sur les bases saines et humanistes de la liberté, de l’égalité, de la fraternité, de la laïcité de l’État, de la paix, de la conscience écologique indispensable pour notre survie à tous, de la coopération et du partage.

Le Front de Gauche est disponible. Il a un projet: « L’Humain d’abord » lequel, depuis la campagne pour l’élection présidentielle, a été approfondi, notamment grâce au projet pour les élections municipales et européennes, et sera encore complété dans les mois à venir.

Le Front de Gauche, c’est aussi un Front du Peuple en devenir. Nous avons des équipes prêtes à gouverner le pays, nos villes, nos régions, nos territoires, et ce gouvernement, national ou local, vous impliquera tous et toutes, à chaque étape, car pour nous, au Front de Gauche, la démocratie n’est pas un slogan de tribune, oublié sitôt que nous serions élu-e-s. Nos élu-e-s l’ont déjà souvent montré dans leurs pratiques, ces dernières années. Nous le ferons encore plus demain car c’est notre marque de fabrique.

La démocratie revivifiée que nous défendons sera notamment très largement renouvelée et perfectionnée grâce à la 6ème République que nous contribuerons à installer en lieu et place du régime vermoulu de la 5ème.

La démocratie que nous avons à l’esprit est bien plus qu’une démocratie représentative où le peuple élit des représentants puis est tenu à l’écart pendant toute la durée du mandat.

Elle sera bien plus qu’une démocratie participative qui, jusqu’à présent, n’a consisté qu’à permettre à quelques-un-e-s de s’exprimer, toujours de manière résiduelle, et sans que jamais ne soient données des suites concrètes aux demandes et exigences qui ont pu être alors formulées.

Notre démocratie, c’est une démocratie où les citoyennes et les citoyens se réapproprieront tous les pouvoirs. Pour cela, il sera notamment créé des droits d’initiative et des droits de veto. Les référendums nationaux et locaux seront généralisés et des référendums révocatoires seront également ouverts.

Nos représentants verront leur mission refondée. Ils ne seront plus les seuls et uniques décideurs de notre destin commun. Le peuple se verra reconnaître des droits d’intervention directe, à tous les stades du gouvernement national ou local, mais aussi des droits de censure, afin que nos élu-e-s ne puissent plus jamais, quel que soit leur mandat, user du mensonge et de la duplicité pour accéder au pouvoir et ensuite pour s’y maintenir.

Le Front de Gauche, c’est votre arme de dissuasion massive contre tous les abus.

Avec le Front de Gauche, non seulement chaque voix comptera, mais en outre quand le peuple souverain aura décidé quelque chose, ce sera notre honneur et notre exigence permanente que de lui rester fidèle ou, si l’on constate un désaccord, de lui permettre de trancher lui-même et directement la question.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s