À propos du regroupement ENSEMBLE, du Parti de Gauche et du Front de Gauche

Depuis des mois, je relaie ici et ailleurs mon enthousiasme devant le travail qui a été entrepris depuis des mois par la FASE, la Gauche Anticapitaliste, une partie de la Gauche Unitaire, les Alternatifs, Convergences et Alternatives. Ces organisations et militants, en se regroupant, « nous montrent la voie à suivre », dis-je de manière constante.

Je rappelle alors souvent que Jean-Luc Mélenchon et le Parti de Gauche avaient, dès l’origine du Front de Gauche, souhaité ne faire qu’une seule famille politique rassemblée et unie en un seul parti. Le PC ne voulait pas et ça ne s’est donc pas fait. Le Front de Gauche fondé par trois organisations, le PG, le PCF et la GU, fut ensuite rejoint, par phases, par six autres organisations. Et voilà que plusieurs d’entre elles, que certains hélas méprisent parce qu’ils sont « petits », se regroupent. Je vois cela d’un oeil très bienveillant et je ressens curiosité et gourmandise.

Je dis depuis des semaines que je souhaite voir mon parti, le PG, s’intéresser de très près à ce regroupement et à travailler avec lui et avec celles et ceux qui l’ont rendu possible afin, le moment venu, de nous y intégrer pleinement.

Avec d’autres ici, je dis que le Front de Gauche doit se dépasser largement et ne plus être une collection de partis mais une organisation unifiée. Le regroupement en cours va nous y aider.

J’ai lu les textes élaborés par ces partis dans la démarche qu’ils ont entreprise et je constate que notre proximité idéologique est saisissante. Certes, nous n’avons pas tout à fait la même vision de la forme institutionnelle du parti ou de la famille politique mais à mon avis cela n’est pas un obstacle définitif à l’objectif que je caresse.

Ces mouvements sont très attachés à ne pas reproduire chez eux ou dans la forme de regroupement qu’ils viennent de mettre sur pied une structure partidaire classique. Je les comprends. Un parti est aussi parfois un peu un carcan. Et certaines pratiques peuvent être détestables. La démocratie n’y est pas toujours souveraine. De vrais progrès sont à accomplir et je ne parle pas qu’en généralité…

Cela étant dit, pour ce qui concerne mon parti, le PG, je suis convaincu que travailler quotidiennement avec ces organisations et ce nouveau mouvement « ENSEMBLE », aussi bien nationalement et à Paris que localement, ne peut qu’être utile à nous tous. Les uns s’inspireront des autres et chacun donnera à l’autre quelque chose d’utile.

Vous comprendrez que je suis heureux de voir que cette idée qui est la mienne est également celle de Jean-Luc Mélenchon, le coprésident de mon parti.

Rien ne m’étonne puisque, ainsi que je l’ai rappelé au début de ces lignes, il fut de ceux qui ont, en son temps, défendu la fusion. Je savais bien qu’il n’avait pas abandonné cette idée mais qu’il attendait que les circonstances soient propices et qu’une fenêtre de tir s’ouvre de nouveau. Voilà ce qu’il écrit à ce sujet dans son dernier billet, daté de lundi 25 novembre:

« Le matin j’étais invité à la réunion qui a jeté les bases publiques de l’unification de plusieurs composantes du Front de gauche. Ce n’est pas un événement qui retiendra l’attention car il est d’apparence modeste. Mais je le crois de grande portée. Un certain cycle de dispersion dans l’autre gauche est peut-être en train de s’achever. C’est pour moi un très grand espoir. Car c’est notre devoir que de nous unir. Si nous voulons être une alternative crédible et durable à l’actuelle hégémonie institutionnelle du Parti Socialiste, nous devons aussi être capables de proposer aux Français un outil à la hauteur des tâches qu’il faut accomplir. »

*

Puis, après avoir évoqué d’autre sujets, Jean-Luc Mélenchon y revient de nouveau :

« Ensemble », un beau début

Plusieurs composantes du Front de Gauche ont décidé ce samedi de se rassembler en une formation unique nommée « Ensemble ». Je sais bien que le processus ne fait que commencer, mais il vient de franchir une étape décisive. Les trois cent présents dans la salle comble de Saint-Denis n’étaient pas seuls concernés. Je nous sens tous impliqués, et peut-être même mis au défi, au sein du Front de Gauche, par cet événement. La création de ce nouveau mouvement marque peut-être le début d’une période où s’achèverait l’émiettement de l’autre gauche. Je sais bien que cet émiettement n’a pas été entièrement négatif. Je ne reprocherai pas aux courants unitaires du NPA de l’avoir quitté, même si ce fut en trois vagues. Parfois, il a bien fallu commencer par se séparer des uns pour se retrouver avec les autres. La dialectique de la rupture et du rassemblement d’une part, de l’unité et de l’indépendance d’autre part, sont au cœur de la démarche du Front de Gauche. Il en est ainsi depuis sa création en 2008 entre le Parti communiste et le Parti de Gauche, tout nouvellement créé, bientôt rejoints par la Gauche Unitaire. Et c’est bien grâce à ce noyau initial et parce qu’il existait qu’on on a pu ensuite regrouper tous ceux qui voulaient partager ce choix de l’unité et de l’indépendance. Utile occasion de rappeler que le Front de Gauche est une stratégie et non une étiquette. Personne n’est jamais venu au Front de Gauche pour négocier des places avec les socialistes, mais au contraire pour les leur disputer. A commencer par moi, qui étais sénateur socialiste et qui suis allé arracher un siège aux européennes dans le grand sud-ouest avec toute la fougue des camarades qui savaient que le succès ou l’échec dessinerait la suite du projet. J’aurais pu rester dans le confort de ma situation. Elle était reconductible par accord avec le PS comme l’a prouvé l’accord conclu par le PCF à Paris aux sénatoriales suivantes. C’est le conseil que je donne à ceux qui me succéderont : si vous voulez être libres, ne devez jamais rien personnellement à ceux avec qui vous êtes en compétition.

Dans cet état d’esprit, à mes yeux, le mouvement qui conduit vers une organisation comme « Ensemble », ne fait que commencer. Tous les partisans de l’indépendance politique à l’égard du PS doivent pouvoir se retrouver pour ne plus avoir à craindre à chaque étape ces retournements d’alliance de dernière minute, si dur à surmonter, comme celui que nous venons de connaître à Paris ou comme en plein milieu de campagne des élections régionales en Pays de Loire en 2010. Je pense que les innombrables communistes qui veulent maintenir fermement le cap de cette autonomie trouveront un bon point d’appui avec ce regroupement, comme c’est déjà le cas pour nous. Car évidemment il n’y a pas d’avenir pour le Front de Gauche sans ces communistes et leur parti. Ils sont nos camarades les plus dévoués au combat commun. C’est pourquoi je ne cesse de protester contre les paroles aigres et globalisantes que je lis trop souvent et jusque sur ce blog. Je le rappelle : les partisans de l’alliance avec le PS sont une minorité au PC, et c’est servir la soupe aux Solfériniens que de refuser de l’admettre.

La méthode des petits pas qui anime « Ensemble » devrait donc être bénéfique pour nous tous. Plus ce regroupement parviendra à formaliser une cohérence doctrinale, pour peu qu’elle reste ouverte, mieux il sera disponible pour de nouveaux regroupements. Je veux dire par là que le Parti de Gauche est très directement intéressé. Le parti fusionné que nous voulions faire avec le parti communiste et dont il n’a pas voulu, ce qui est bien son droit, nous pouvons l’imaginer avec « Ensemble ». Bien sur, ce sera le moment venu et sous la forme que les circonstances vont dégager au fur et à mesure de l’action commune du Front de Gauche. L’important n’est pas de le faire dans l’urgence mais de ne pas se l’interdire et d’y travailler. »

*

Je n’ai donc jamais été aussi en phase avec mon parti et mon coprésident mais chacun aura compris que de ce fait, précisément, je n’ai jamais été aussi en phase avec la nécessité impérieuse de nous dépasser et de ne pas raisonner en termes étroits liés à notre parti.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s