Motion adoptée par la Gauche Anticapitaliste le 14 juin 2014

Intro de Vincent Christophe Le Roux

Depuis que la Gauche Anticapitaliste est née, je suis ce mouvement avec le plus grand intérêt. Et sa principale porte-parole, Myriam Martin, ne m’a jamais déçu. Le discours de la GA, comme son positionnement stratégique me permettent de dire depuis des années que j’y trouve ceux qui me sont le plus proche, après mon propre parti. Parfois, Myriam Martin et la GA, représentent même mieux que le PG ou ses leaders, ce que je crois, ce que je veux.

Dans cette motion, hormis deux ou trois points d’importance très secondaire, je retrouve mes interrogations, les craintes, mes espérances et ma vision.

Le diagnostic qui est fait me paraît fondé et les pistes pour sortir de l’impasse qui sont évoquées me semblent de nature à être victorieuses.

Le PCF est ciblé pour ce que nous ne cessons de lui reprocher. Le PG est aussi visé et je ne trouve pas matière à redire à ce qui est écrit.

Une fois de plus, je juge que ce discours est très proche de celui du PG si ce dernier accepte d’entendre les critiques qui lui sont aimablement et respectueusement adressées.

* * * *

Lien : https://www.ensemble-fdg.org/content/motion-adopte-par-la-gauche-anticapitaliste-le-14-juin-2014

Les militant-es de la Gauche anticapitaliste, réuni-es le 14 juin 2014, approuvent l’orientation générale du texte qui leur a été proposé (voir ci-dessous).

La GA est pleinement engagée dans la construction d’Ensemble ! comme nouvelle force politique.

Dans la perspective du futur congrès de fondation, l’orientation anticapitaliste et écosocialiste proposée par la GA a pour objectif :

– De favoriser un fonctionnement plus efficace, plus démocratique, plus à l’écoute des choix des adhérent.es et davantage tourné vers l’action ;

– De créer les conditions d’orientation d’une force politique délimitée, indépendante et unifiée ;

– De préserver l’autonomie du Fdg à l’égard du PS et de ses alliés comme élément fondamental de son orientation et de sa stratégie ;

– De consolider et développer une opposition de gauche au gouvernement et à sa politique ;

– De permettre et d’organiser l’adhésion directe au Fdg et sa transformation.

Afin de faire le point sur la situation d’Ensemble !, de préparer son congrès fondateur et d’envisager les modalités de dépassement de la GA, nous convoquerons deux réunions nationales de la GA, l’une avant le congrès d’Ensemble (qui aura lieu en janvier 2015), l’autre après.

 

Adopté à l’unanimité des présent-es.

 

Texte proposé à la discution de tou-tes les militant-es GA avant la réunion nationale :

Nous avons fait le choix d’un texte centré sur les problèmes de recomposition de la gauche, le Front de Gauche, Ensemble ! et la GA. Le même week-end se tient, dans la continuité de notre réunion, un CN d’Ensemble ! où toutes les autres questions d’intervention pourront être traitées ou se recouperont inévitablement avec notre réunion.

 

1) Retour sur l’évolution des rapports de forces :

Les élections du 25 mai accélèrent après les municipales la crise politique, et exacerbent les mêmes tendances de fond : un score du FN élevé et extrêmement préoccupant, une abstention massive, une sanction contre le PS, qui ne se traduit pas par une poussée de liste de la gauche radicale comme dans d’autres pays européens. En ajoutant de nouvelles affaires qui frappent l’UMP, tous les éléments sont réunis pour une nouvelle étape de la crise politique qui frappe le pays.

Depuis 2010, il n’y a plus eu de mobilisation sociale massive contre un projet     d’austérité porté par le gouvernement et le patronat sur le terrain à l’exception notable de la lutte de NDDL. Seul le FDG a appelé à des manifestations plus ou moins portées également par le mouvement social. Cette atonie pèse fortement sur la situation d’ensemble du pays. Au contraire de ce qui s’était produit depuis 1995, la droite et l’extrême droite occupent davantage la rue sur différents terrains. Et gagnent les élections.

  • La mobilisation du 12 avril, et le cadre finalement unitaire qui l’a préparée, augure on l’espère d’une modification de cette situation délétère. Il faut pour cela réussir l’initiative de rebond du 21 juin mais surtout parvenir à construire un ancrage et des relais locaux.
  • Cette détérioration des rapports touche la plupart des pays européens : nulle part le mouvement social et la gauche radicale n’ont réussi à enrayer, à ce stade, les politiques d’austérité qui ont produit des effondrements de niveau de vie inédits dans le continent depuis les années trente. Ce qui ne signifie pas l’absence de résistances mais l’impossibilité jusqu’ici de rompre la chaîne des politiques régressives.
  • Depuis 2008, la crise du capitalisme, loin de remettre en cause les politiques libérales, les a au contraire accélérées dans leurs mises en œuvre. Tous les éléments pour une nouvelle crise financière sont donc encore présents, en particulier en Europe. N’hésitant pas à mettre en place des gouvernements « d’union libérale » qui sont désormais la dominante sur le continent, contribuant à affaiblir encore la base sociale de ces politiques à gauche et renforçant le rejet du politique de la part des populations.
  • La gauche libérale poursuit son évolution accélérée en France par l’arrivée au pouvoir de Hollande puis de Valls. Jamais un gouvernement de « gauche » n’a mené une politique aussi droitière et n’a plongé la gauche dans une crise générale de perspective historique aussi profonde. Il reprend les discours et thèses de la droite à la fois sur le plan économique et social, même s’il s’en distingue encore sur les questions sociétales. Les reculs idéologiques produisent des effets sur le niveau de conscience et renforcent encore la nécessité d’une contre-offensive sur le terrain de l’alternative.
  • Ces deux éléments sont en apparence contradictoires : comment s’orienter face à des mobilisations fortes de la droite réactionnaire et un danger de plus en plus en présent du FN ? Comment se déterminer face à un pouvoir socialiste qui mène une politique totalement en faveur du patronat ?… Ces questions sont à la racine des difficultés de la situation et de la crise d’orientation du Front de Gauche.

2) Les défis qui sont posés :

  1. Confirmer la perspective stratégique de construction de fronts politico-sociaux indépendants du social-libéralisme face à la crise et comme cadre permettant de refonder un projet émancipateur
  2. Comprendre les racines de la crise du FDG :
  • Les municipales : les choix faits par le PCF au détriment de la cohérence politique du FdG ont contribué à brouiller son message et sa crédibilité. Ils ont également provoqué une expression publique conflictuelle. Mais les choix du PCF traduisent aussi le fait que le FdG en tant que tel ne suffisait pas à sauver une partie significative de l’implantation municipale du PCF. D’un certain point de vue, le PCF a joué les pompiers pyromanes, empêchant d’évaluer si oui ou non le FdG aurait été en mesure d’avoir une force d’attraction sur les déçus du PS.
  • La dissymétrie de forces dans le FdG
  • La faible activité des assemblées citoyennes et l’évolution à la baisse de l’engagement des animateurs du mouvement syndical et social   dans le FDG, les fronts thématiques et le Cn du FDG en berne
  • Le maintien d’une logique de cartel (les listes européennes auront de ce point de vue été l’exemple d’un rebond possible mais manqué, avec des campagnes séparées et, c’est un euphémisme – hormis dans le Grand Ouest – peu inclusives)
  • Le refus du PCF de penser son dépassement politique dans un cadre plus large et pluraliste, le maintien au contraire de l’idée d’un possible redressement du PCF par ses seules forces, l’enlisement institutionnel d’une partie substantielle de son appareil
  • Le PG, comme beaucoup d’autres expériences récentes, n’a pas réussi à se transformer en parti creuset… Au contraire, une vision ultra optimiste et ultra volontariste de la situation mêlée à des tendances autoritaires met ses équipes militantes en situation d’échec
  • Les désaccords politiques internes au Front de Gauche : écologie/nucléaire ; l’impérialisme français, rapport à l’Etat et à la transformation sociale…
  • La stratégie de communication de Mélenchon faite de coups jamais discutés et souvent discutables.

3) Comment relancer le Front de Gauche et un front politico-social large contre l’austérité :

Il est possible que les décantations récentes au sein de la gauche, les effets des chocs électoraux, le rassemblement politico-social, limité mais réel, opéré autour de la préparation du 12 avril, ouvrent de nouvelles perspectives d’alliance large contre l’austérité et la politique du gouvernement.

L’apparition d’un courant frondeur de députés PS, la sortie du gouvernement d’EELV, sont des éléments importants dont il faut savoir saisir toutes les opportunités à condition que la trajectoire d’opposition soit confirmée. A noter également les évolutions récentes d’une partie du NPA qui cherche les

moyens de sortir de son isolement, effort que nous devons, comme l’a défendu Ensemble, favoriser.

Dans ces conditions, l’articulation entre un Front de Gauche en difficulté et la possibilité d’une alliance plus large ne va pas manquer d’être extrêmement problématique. Il s’agit pour nous de ne pas opposer la construction d’une alliance large conte la politique du gouvernement, avec tous les problèmes d’orientation posés par le fait qu’une telle alliance serait nécessairement moins à gauche que le FdG lui-même, et la défense de l’acquis du Front de Gauche en terme de programmes, d’accumulation de forces et d’expériences, alors même qu’il est en profonde panne stratégique, avec un PC et un PG à la recherche d’autres formules ou modalité d’alliance.

En ce sens, défendre la perspective d’assises de la gauche anti-austérité, de nouvelles initiatives de rue, de construire des convergences programmatiques permettant de tester la possibilité de reconstruire une gauche de reconquête de ses positions dans la société, est une tâche déterminante. L’expression « construire une majorité alternative » peut être utilisée pédagogiquement mais sans raccourci concernant les rapports de force réels et le travail à accomplir pour reconstruire une hégémonie dans la société. Sur le plan parlementaire, une telle formule est évidemment une vue de l’esprit.

Dans le même temps, il s’agit également de relancer le Front de Gauche, de ne pas se satisfaire d’un constat de crise sans se donner les moyens de tenter de dépasser la situation de crise actuelle. Ce qui passe essentiellement par une relance de l’activité par des campagnes régulières (faire prendre au Front de Gauche toutes ses responsabilités dans la construction de campagnes unitaires comme TAFTA, prendre en tant que FdG l’initiative pour des assises de la gauche anti-austérité) et la construction d’un espace démocratique au sein du Front de Gauche : des associations locales, des conférences thématiques, des choix électoraux où les non membres des partis peuvent faire entendre leur voix… Le cartel c’est la mort annoncée. Ce message ,qu’Ensemble ! est bien profilé pour porter, doit faire l’objet d’une volonté politique déterminée : des discussions au sein des instances du Front de Gauche (coordination, CN, fronts thématiques), des rencontres avec la direction des composantes, un appel de militants et de regroupements locaux en cas de surdité nationale…

Profiter du répit offert par le report des élections régionales pour préparer les régionales de 2016 tant sur le contenu que sur les alliances et l’indépendance vis-à-vis du gouvernement. Une réédition du scénario des municipales serait évidemment mortifère.

 

4) Une responsabilité forte pour Ensemble !

La constitution d’Ensemble ! représente une des rares bonnes nouvelles de l’année. Elle contrecarre la tendance à l’émiettement de la gauche radicale et constitue au sein et à l’extérieur du Front de Gauche un repère qui progressivement s’installe dans les milieux militants.

Ensemble ! se transforme progressivement en mouvement politique agissant sur l’ensemble des terrains de mobilisation, de recomposition, de confrontations d’idées.

Elle propose une orientation au FdG et sa transformation.

Elle s’inscrit dans la nouvelle donne à gauche depuis les municipales en ouvrant un débat stratégique en son sein.

Les commissions de travail sont mises en place et le Conseil national s’est réuni deux fois dans de bonnes conditions.

Elle prépare une université d’été fin août.

Elle se profile à la fois pour faire le pont avec le mouvement social, comme une passerelle avec courants de gauche d’EELV (textes en cours de rédaction) et un des laboratoires d’une refondation programmatique de la gauche radicale.

Des points faibles, au-delà de certaines difficultés locales, qu’il faut autant que possible œuvrer à résorber : une féminisation très insuffisante, la place des jeunes, une réactivité souvent trop lente, des rythmes et modalités de structuration variables, avec à la clé le risque d’une faible appropriation des militants à la base, et/ou d’une tendance à fonctionner localement en vase clos

Comment transformer cette situation ?

  • Aller au bout de la transformation d’une coordination de courants, d’individus, et de collectifs en un mouvement politique d’adhérents.
  • Construire une force politique démocratique avec concertation régulière des adhérents
  • Rechercher le consensus mais rendre possible des votes, lorsque le processus de discussion est allé au bout de ses possibilités, avec des majorités qualifiées
  • Se doter d’une orientation propre qui ne peut se résumer à l’objectif de l’unité du FdG, impulser des activités propres
  • Élire l’équipe d’animation nationale et des coordinations locales
  • Soigner la visibilité (en progrès) du mouvement.

5) Les conséquences pour la GA et les composantes d’Ensemble !

  • La logique est de dissoudre les composantes dans leur forme actuelle après les prochaines assises nationales pour permettre aux non membres de prendre leur place et de faire apparaître des sensibilités, des courants nouveaux sur des problèmes d’appréciation, d’orientation
  • Maintenir sous une forme adéquate les trois courants historiques fondateurs d’Ensemble !: PSU autogestionnaire ; militants issus du PCF ; et « marxiste révolutionnaire » (ex LCR/NPA), nous permettant de conserver la richesse de notre courant (et pour ceux qui le souhaitent leurs liens avec la 4). Ce qui implique de prendre une initiative de regroupement visant à formaliser un courant d’idées porteur d’une histoire, (un site, une revue, des conférences ou journées d’étude sur des thèmes particuliers…)

Ce qui implique d’annoncer dès maintenant un calendrier de dissolution conditionnelle de la GA début 2015 dans le cas le plus probable d’une réussite des assises nationales d’Ensemble ! en fin d’année.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s