Le temps de la rage – Par Baloo

Si un jour mon âme d’homme autonome s’embrume
Et m’entraîne comme un automate vers l’abîme
C’est que je n’aurai pas su maîtriser la colère extrême
Qui me consume de l’intérieur et qui m’aura poussé au crime.

Infâme dilemme entre l’honneur légitime et l’amour suprême.
Je sais que j’éteins la flamme de notre incroyable tandem
Si je passe de l’autre côté et que je les allume, que je les fume.
Difficile d’imaginer ce choix ultime quand on aime comme je t’aime.

Ma plume déprime entre l’amertume du perdant, victime du système
Et la rage du Kayser Söze, l’implacable exécuteur anonyme.
Ca me démange de jouer en réel le remake de l’infirme qui décime,
De réaliser l’élimination parfaite en élaborant l’imparable stratagème.

Sans pitié, j’avance en silence et je supprime au parabellum
Tous ceux qui se dressent sur la piste qui mène à l’infâme richissime.
Je n’fais pas de quartier, la vendetta se règle aussi au 357 Magnum.
Pour marquer les esprits, il faut buter celui qui opprime et qui frime.

Si un jour je me grime pour ce conte sanglant, vois comment je condamne
Sans procès, toute cette vermine futile qui sans cesse nous malmène.
Observe bien comment j’atteins le coeur de leur emblème,
Et pourquoi ils flippent quand je deviens leur problème.

Pas besoin de référendum pour agir ni même un quelconque ultimatum
Juste un slalom macabre, une action directe pour un sombre requiem
Avec au bout la fin programmée pour moi mais pour eux le chaos maximum
La peur, le stress, l’angoisse de la faucheuse, la tempête dans leurs crânes.

Vous lirez peut-être alors ce texte comme un poème à titre posthume
En pensant que j’étais le bras armé d’une colère qui un matin s’enflamme,
Une colère teintée de désespoir qui, à force d’humiliations et d’infortune
M’aura guidé vers une bataille solitaire et fait aujourd’hui pleurer ma femme.

Mais combien de dégâts collatéraux sur ce parcours mortifère qu’au fond j’assume ?
Ce combat mérite-t-il vraiment que celle que j’aime n’en sorte pas indemne ?
Je cherche la réponse à ces questions, histoire de ne pas devenir schizophrène
Et l’évidence se dessine, elle passe avant tout, c’est mon trésor, ma fortune.

Celle que je dois protéger et celle avec qui je dois rechercher l’Eden
Au lieu de vouloir mener des guerres stériles dans une vie anxiogène.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s