Le marin des têtes – Par Nicolas POITIER

Installé sur le banc,
comme coupé du monde,
de son regard absent,
il contemple, là, l’onde,
souvenir des passants.
*
De sa fiole magique,
jaillit chroniquement,
un liquide brûlant
qui défie la logique
et fait tourner le sang.
*
Il coupe ses amarres,
renversant d’un mouvement,
le chapeau de détresse
dans lequel les gens,
soulagent leur conscience,
payant furtivement,
le voyage d’un être
dont le cours de la vie
défie l’entendement.
*
Il navigue bientôt
marin des sentiments
sur un monde mouvant
dirigeant son radeau
où l’entraîne le courant
de la foule qui traîne
par devant de son banc.
*
Il harangue la foule
interpelle les gens.
Mais vers où donc vous mènent
les pas de vos serments?
Ceux-là même vous trompent,
me disent non vivant
alors que je vous parle
et vous aime vraiment.
*
Viendra bien le moment
au hasard d’une tempête
ou d’un endormissement
où le marin des têtes
glissera de son banc
Porté par le courant,
dans de très vieux vêtements,
il échouera sûrement
près d’un grand bateau blanc
qui l’emmènera vraiment,
confirmant dans nos têtes
qu’il est bien non vivant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s