Soutenir Jean-Luc Mélenchon, stop ou encore ?

Certain-e-s militant-e-s qui étaient plutôt ou tout à fait favorables, jusqu’à hier, à Jean-Luc Mélenchon s’épanchent aujourd’hui ou depuis quelques jours et crient leur désamour, avec un ton parfois insolent, agressif et insultant.

 

Alors que je suis très souvent d’accord avec l’un d’eux, dans un billet, plus que rugueux, publié ce lundi, un militant déverse sa colère et  use de termes tels que je ne peux le suivre dans sa diatribe.

« Traître », « crétin »… Voilà des mots excessifs, insultants, déplacés. Il est déçu comme beaucoup d’entre nous qui voyons en JLM un leader politique qui semble ramolli, qui se présente désormais sous un jour beaucoup trop suave et qui n’assume toujours pas, du moins publiquement, certaines ruptures… Or nous voudrions qu’il soit celui qui envoie paître tous ceux que nous n’aimons pas, tous ceux qui nous indisposent pour tant de bonnes raisons. Il ne le fait pas alors nous le jetons aux chiens ? Outre l’indélicatesse d’une telle attitude, outre la curieuse contradiction avec notre humanisme prétendu, nous serions stupides !

En effet, je suis de plus en plus convaincu, non pas de sa « traitrise » ou de sa « crétinerie », mais au contraire de sa vista, de son sens aigu de la stratégie politique. Nous sommes, certes, quelques-un-e-s, dont le nombre ne cesse d’aller croissant, qui voudraient que JLM dise merde au PC et aux frondeurs du PS ou à leurs clones d’EELLV ou d’ailleurs… Ce serait sans doute très jouissif pour nous et pour quelques militant-e-s et citoyen-ne-s, mais ce ne serait peut-être pas la manière la plus intelligente de procéder…au moment même  où il va lancer son mouvement pour la 6e République.

Il a dit vouloir s’appuyer sur des intellectuels, et de là on imagine et on l’accuse de vouloir priver le peuple de son droit à élaborer la constitution nouvelle ? Soit on a mal compris, soit on est malhonnête à dire une telle chose… Il ne s’agit pas que ces intellectuels décident de tout sans nous et contre nous. JLM a dit aussi que nous tous, nous le peuple, allons pouvoir intervenir directement.

Donc se mettre à dos une foule de gens de bonne volonté, y compris au PCF, et ailleurs, en se présentant comme celui qui dit merde à tout le monde juste avant de vouloir rassembler tout le monde, ce serait, à coup sûr, complètement débile et contre-productif. JLM serait alors perçu, décrit et abondement caricaturé comme un jusqu’au-boutiste en train de se sectariser, de se bunkeriser… Et sans doute aurions-nous des couplets et des refrains pire encore…ad nauseam !

Certes, nous savons bien ce que peut aussi, à l’inverse, avoir d’effet négatif, de ne pas assumer la ou les ruptures que NOUS jugeons indispensables. Mais je crois vraiment que le plus porteur est de ne plus s’occuper de ces jeux politiciens, et donc de ne même pas dire ouvertement merde à

des insignifiants qui se sont de toute façon autosuicidés.

Pour l’immense majorité du peuple, ceux que nous dénonçons sont inconnus. Le peuple ignore qui est Pierre Laurent. Ne parlons même pas de Chassaigne ou Dartigolles… Et ceux qui les connaissent, mis à part leurs affidés, quelques naïfs ou les crétins irrécupérables qui ne veulent pas, de toute façon, être récupérés, ont d’eux la même image que nous. Donc ils sont des astres morts. Ils survivent grâce au régime et au PS mais cela prendra fin… Et je ne parle pas des frondeurs…

JLM a une idée claire en tête. Sans aucun doute y-a-t-il longuement réfléchi. Sans aucun doute, a-t-il « consulté », comme on le dit des présidents qui recherchent un nouveau premier ministre ou un nouveau gouvernement… Sans doute a-t-il élaboré une stratégie et décidé de s’y tenir, même si cette stratégie déplaît à quelques-un-e-s de ses fidèles… Je ne dis pas qu’il a forcément raison contre nous, je dis que dans notre radicalité absolue et presque intolérante, nous n’avons pas forcément raison contre lui…

Libre à celles et ceux qui jugent que leur vision des choses est la meilleure de camper sur leur refus absolu, obstiné, de tolérer la moindre divergence avec leur propre vision. Agissant ainsi, ces personnes mettent en pratique, avec une rigueur absolue, le serment de la porte de Versailles. Ce n’est en

rien déshonorable. Ces militant-e-s se présentent comme les plus rigoristes de nous tous. Soit ! Il en faut sas doute aussi des comme ça !

Pourtant, si je suis un tout petit peu plus souple que ces exigeant-e-s-là, je ne crois pas être pour autant infidèle à ce serment que je fais mien tout autant qu’elles et eux. Je n’accepterai aucune compromission avec qui que ce soit, PS, EELV, PC ou autre…

Mais, quand on veut fédérer le peuple alors même qu’on est JLM, avec le passé qui est le sien, avec ce qu’il représente et ce qu’il est, on se trouve

contraint, me semble-t-il, de viser juste. JLM est sur le fil du rasoir. Il doit éviter de se mettre à dos une partie trop conséquente des gens du PC et il

ne doit pas, non plus, faire fuir trop de ses militant-e-s les plus proches qui se sentent floués et s’épanchent pour crier leur colère… Depuis des mois, on entend ces cris ! Il doit aussi ne pas ou plus apparaître comme repoussoir pour toutes celles et touss ceux qui n’ont pas la même perceptiion de lui que nous ! JLM est donc en équilibre très instable à chaque instant et le moindre faux pas le fera dévaler la pente qu’il ne pourra plus remonter.

Il en est qui estiment désormais qu’il a fait ce faux pas. C’est leur liberté de le penser mais je ne crois pas que cela soit juste.

Il y a des inconditionnels de JLM qui estiment toujours qu’il est le meilleur, quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse ; et parmi eux, si, pour certain-e-s, on peut l’expliquer par une sorte de subjugation irrationnelle ou puérile, pour d’autres, il y a toujours de vrais arguments rationnels à l’appui. Mais tous les arguments ne sont pas d’ordre scientifique et donc bien des « vérités » dépendent d’un point de vue de départ…

Il y a aussi des inconditionnels de la critique qui estiment toujours, quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, qu’il se plante dans les grandes largeurs, qu’il trahit, qu’il nous abuse, nous mystifie etc. Nous en avons croisé des dizaines, sur la toile et dans la vie réelle, de ces gens-là !

Enfin, il y a un troisième groupe de gens qui regroupe des personnes qui s’efforcent d’être objectives et d’éviter l’irrationalité aussi bien des louanges que des critiques. Au sein de ce groupe, il y a des gens à des niveaux de réflexion différents, certain-e-s ayant « compris » aujourd’hui qu’ils s’étaient fourvoyés jusqu’ici semblent décidés à en tirer les conséquences en rejoignant les critiques les plus cruels, et il y a ceux qui n’ont pas encore fait ce chemin. Je me situe parmi ces derniers. Peut-être ferais-je un jour prochain ce même chemin. Peut-être JLM me décevra-t-il au point que je le jugerai « traitre » et « crétin ». Mais si ce devait être le cas, je ne le dirais pas ainsi sur la place publique. Je ne l’allumerai pas ainsi publiquement parce que ce n’est pas conforme à ce que nous prêchons en termes d’humanisme ! Sauf, peut-être, si JLM devenait ouvertement, et de l’aviis général, un traitre et un crétin… Sauf que c’est assez improbable !

Après avoir dit, des mois durant, tant de bien de quelqu’un, passer subitement à un vocabulaire aussi cruel et hostile, ça ressemble un peu à un amour déçu et la passion amoureuse n’a rien à faire en politique !

On peut et on doit oser le critiquer à bon escient mais sans pour autant le couvrir d’insultes, ni l’enterrer comme un « traitre » et un « crétin » et l’assimiler ainsi à d’autres !

Je pense, pour ma part, qu’il a encore bien des cordes à son arc et bien des atouts gagnants à jouer. Mais il ne changera de corde que lorsque celle en cours sera inefficace et il ne jouera ses atouts que l’un après l’autre… Pour bâtir une maison solide, il faut mettre une pierre après l’autre et selon un plan d’architecte préalablement bien pensé, sinon on risque l’effondrement… Je ne doute pas qu’il a conçu ce plan. Et qu’il l’exécute conformément à ce qu’il a planifié, ce qui ne veut pas dire qu’il soit sourd et aveugle aux critiques et aux conseils plus ou moins avisés des uns et des autres…

Qui aurait imaginé il y a quelques jours qu’il allait quitter sa fonction de coprésident du PG pour se lancer dans une entreprise d’une telle dimension que de fédérer le peuple via une position hors parti ? Je crois qu’il en a scotché plus d’un et plus d’une !

Je rappelais hier une citation de Louis XII qui, devenu roi de France, avait dit qu’il refusait de venger les querelles du duc d’Orléans, qu’il avait été auparavant… Cette phrase symbolise ce que l’on appelle aujourd’hui la dimension d’homme d’État. Quand on est roi de France, on se doit d’oublier et de mépriser les disputes, d’importance tellement moindre, tellement futile, qui étaient celles d’un simple duc. JLM n’est pas roi et ne gouverne pas la France, pas encore, mais il y aspire indubitablement et nous avec lui. Et, à mon avis, il a intégré totalement ce principe. En quittant la coprésidence du PG et en s’élevant, d’une certaine manière, à la position de celui qui aspire désormais à être le rassembleur non pas de la gauche mais du peuple tout entier, il a abandonné le costume de chef de parti, de chef de clan, de chef de meute, pour commencer à endosser celui de l’homme qui veut parler au peuple et lui offrir un chemin vers de nouveaux jours heureux.

Alors il se trompe peut-être du tout au tout. Il échouera peut-être. Il arrive qu’on perde les combats qu’on mène. Il y a tant de risques, tant de dangers, tant d’obstacles, tant d’opposition, tant de haines, tant de méfiance et de défiance, tant de contestations, même en interne ! L’Histoire

seule nous le dira. Pour le moment, je ne veux pas lui cracher dessus. Pour le moment, je lui garde ma confiance…même si j’ai quelques insatisfactions. Pour le moment, je le juge plus apte que tel ou telle militant-e, fut-il ou fut-elle très avisé-e, à trouver les voies pour réussir son pari. Nous aurons bien l’occasion de solder les comptes d’ici peu. D’autant qu’il n’est manifestement pas de ceux qui s’accrocheront au pouvoir. Il y a, à bien des égards, du De Gaulle en lui. Je l’ai dit et écrit maintes fois, à différentes occasions, et je crois vraiment que le jour où il sentira qu’il inspire plus de

défiance et de ressentiment que d’espoir et de bienveillance, il se retirera. Y gagnerait-on ? Je ne le crois pas.

Ni dieu ni maître, hurlent certain-e-s. Mais JLM n’est le maître de personne. Il parle, il propose, il conseille et chacun-e est libre de l’écouter ou pas, de le suivre ou pas, de le soutenir ou pas… Personne ne nous y contraint. Il y a une différence entre suivre un gourou, se vassaliser devant un suzerain, ou s’auto-esclavagiser devant un maître, et décider, en conscience, ayant étudié le contexte politique présent, connaissant l’Histoire et ayant des aspirations pour demain, de se servir d’un homme qui nous a déjà beaucoup apporté et qui peut encore faire beaucoup pour la cause que nous

défendons. Coluche disait à propos de Giscard, et maniant l’ironie : « à votre place, je revoterai pour lui, il va faire mieux, ce mec-là ! » Eh bien, oui, je crois que JLM va faire mieux que ce qu’on a vu à ce jour. Je crois encore, malgré mes insatisfactions à son égard et certaines déceptions (de

ne pas l’entendre tonner assez contre l’Union européenne et dire, par exemple, ouvertement que nous allons en sortir), qu’il a rendez-vous avec l’Histoire…  Il est le seul, à ce jour, parmi les personnalités politiques, à porter si haut, et depuis si longtemps, l’idée que le peuple doit reprendre le pouvoir et ce ne sont pas que des mots et des slogans creux. Il a plusieurs fois donné des pistes de solutions concrètes pour mettre en application ces idées. Et il a aussi, un peu abruptement, dit au peuple que c’est à lui de se prendre en mains, sans attendre la becquée de quiconque. N’est-ce pas lui qui disait « N’attendez pas les consignes? »

Bien des militant-e-s qui s’inscrivent aujourd’hui dans la logique d’Ensemble ou de Podemos ne cessent de dire que nous devons agir par nous-mêmes. Faisons-le ! N’attendons rien ni personne. Et ne nous soucions pas de savoir si ce que l’on dit, ce que l’on fait, ce que l’on décide, va déplaire à tel ou telle VIP, de notoriété nationale ou locale. Ils font leur job, faisons le nôtre ! Et ajoutons nos forces les unes aux autres. Plutôt que de nous opposer les uns aux autres, jouons, chacun, notre partition. « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. » Martin Luther-King

Aujourd’hui, j’ai rappelé la citation de Camus que JLM, lui-même, aime citer : « Mal nommer les choses, c’est ajouter aux malheurs du monde » parce que, oui, d’un côté je crois en effet que l’on nomme mal les choses quand on n’assume pas la rupture avec des appareils vermoulus dont les apparatchiks pensent et agissent comme des boutiquiers. Mais d’un autre côté, je crois aussi qu’on ne peut avoir, toujours et durablement, raison seul contre tous. Et pour réussir à fédérer le peuple, il est indispensable de disposer d’un esprit rassembleur. Ce serait un très mauvais signe que de commencer à cheminer sur la voie du rassemblement en jetant des grenades explosives à la gueule de tout le monde et en espérant que « tout le monde » nous dira merci, nous acclamera, nous rejoindra…

Publicités

4 réflexions sur “ Soutenir Jean-Luc Mélenchon, stop ou encore ? ”

  1. j’ai appris a mes enfants a écouter les avis des uns et des autres tout simplement en acceptant des idees contraires et en exposant les leurs sans se facher parce que c’est cela la democratie .

  2. ces « militants  » dont vous parlez sont des communistes qui n’acceptent pas les idees différentes et qui suivent le chef .
    Mélenchon est un grand stratège et homme d’etat et je pense qu’un peu de modestie ne ferait pas de mal a certains .

  3. JLM a beaucoup fait pour jeter les bases d’une nouvelle Gauche et il continue .Total respect et soutien à ce qu’il continue à faire entendre ses valeurs de Gauche Trop facile de jeter le « bébé avec l’eau du bain « .Nous avons besoin de lui.Il semble que certains voudraient être « calife »

    1. Plus que jamais nous avons besoin de lui et nous savons que des tas de gens sentent le « danger » qui est « le peuple  » (nous ) et se font passer pour des gens de gauche pour mieux mettre la pagaille parmi nous .
      Diviser le peuple c’est leur but premier pour maintenir ce système fait par et pour une poignée de richissimes.
      Alors oui soutenons ce grand Monsieur et prenons nous en main .
      C’est effarant de voir tous ces gens qui vont vers le FN sont ils maso ou tellement ignorants ?
      On a une voie magnifique et au lieu de s’y engager le peuple mal informé va encore se faire avoir par les pires qui soient ; le FN
      VIVEMENT LA VIè REPUBLIQUE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s