Réflexions à propos de la nouvelle alliance à gauche du PS qui s’esquisse et du rôle de J.-L. Mélenchon dans cet attelage

Une nouvelle « alliance » à gauche du PS semble s’esquisser, qui enthousiasme les uns et dégoûte les autres et Jean-Luc Mélenchon est manifestement à la barre…

Je m’étonne de voir ainsi JLM à la manoeuvre. Moi, je croyais naïvement, depuis sa décision de prendre de la hauteur en quittant la coprésidence du PG et en initiant le Mouvement pour la 6e République, qu’il avait saisi l’urgence absolue à changer de braquet, à cesser de se corrompre dans les habituels et détestables jeux politiciens, à s’évader de cette politique méprisable et méprisée qui satisfait appareils et apparatchiks mais fait fuir le peuple et l’incite à nous traiter comme ceux du système… Je croyais qu’il laisserait cela à d’autres et que lui chercherait plutôt à rassembler le peuple. N’est-ce pas, d’ailleurs, ce qu’il nous avait dit qu’il ferait ?

Or on le voit jouer, en permanence, sur les deux tableaux : un jour, il parle – et se comporte – en rassembleur du peuple et donne envie de le suivre et de l’aider, le lendemain, il redevient politicien madré qui se complaît dans les tractations de couloir qu’il fustigeait la veille…

Ce double jeu commence à se voir ! Et le résultat, c’est que bien qu’il nous ait donné des raisons solides de croire qu’il vaut mieux que tous les autres, bien qu’il ait conscience des dangers de l’heure et ait quelques très bonnes idées pour éviter le pire, pour « rallumer les lumières » et faire revenir « les jours heureux », son ambivalence ou sa schizophrénie risquent de détourner de lui non seulement le peuple, mais ses propres troupes.

J’ai le sentiment de moins en moins diffus que nous allons devoir gérer cette difficulté-là également. En fait, il y a des prises de conscience auxquelles nous allons devoir donner des suites…

Beaucoup nous mettaient en garde depuis longtemps. Mais nous refusions de leur donner du crédit. Beaucoup nous appelaient à cesser de remettre notre destin et notre avenir à un seul homme ou à une seule équipe mais à prendre le pouvoir sur nos vies et à faire irruption sur la scène politique. La démarche Podemos est de cet ordre. Il faut vraiment installer cet esprit dans nos consciences.

Ce que j’ai dit dans les lignes ci-dessus pose le problème majeur de notre organisation de la conquête du pouvoir : un homme dépassant certes de loin tous les autres mais un peuple éparpillé, défiant et courroucé, tenu loin des leviers de décision… alors que c’est lui le souverain et que ce n’est qu’avec lui qu’on fera la révolution citoyenne. Ce ne sera pas avec des « combinazione » à la mord-moi-le-noeud du genre de ce qui se trame… Lisez, sur ce point, le dernier billet de Daniel Fleury, daté du 23 janvier 2015… (Lien: http://anjourougeetcoquelicots.com/comment-ca-va-sur-la-terre/)

Publicités

9 réflexions sur “ Réflexions à propos de la nouvelle alliance à gauche du PS qui s’esquisse et du rôle de J.-L. Mélenchon dans cet attelage ”

  1. Si pour une part nous sommes sceptiques sur le comportement futur des verts pâles qui se foncent quand c’est le moment et des soi-disant gauchistes du PS, nous le sommes également sur la façon dont Jean-Luc présente les choses en se juxtaposant sur le programme de Syrisa qui prévoit ni plus ni moins de naturaliser tous les étrangers qui le souhaitent et donc de faire ainsi déferler des millions d’immigrés sur l’Europe, alors qu’il avait prévu cependant un contrôle minimal des flux migratoires. Il va encore rater la marche comme en 2012 par trop de témérité, car même dans son électorat plutôt bien à gauche, on souhaite néanmoins un contrôle des flux. Çà va faire peur à beaucoup et c’est bien dommage. Nous voulons une Europe solidaire et vraiment à gauche, mais pas à n’importe quel prix.

  2. Naturaliser les etrangers qui vivent dpuis 5 ans chez nous ce n’est pas naturaliser tous les etrangers .et c’est pour empecher l’exploitation et l’entrainement vers le bas des salaires il faut savoir a qui profite les travailleurs clndestins quand même !!
    arretez avec ça
    il n’est pas fou Mélenchon et n’est pas inconscient des dangers de l’islamisme ne mélangez donc pas tout svp
    essayez de voir les choses avec plus de recul comme le fait Mélenchon lui-même .
    Il y a du boulot et « le peuple  » n’est pas pret a s’investir vous le voyez bien , il a besoin d’être tiré vers le haut par des politiques conscients
    des enjeux
    Mais si vous preferez stagner comme d’habitude avec vos rêves
    Mélenchon a la capacité d’entrainer et d’instruire les gens ce qu’il fait depuis longtemps , sans lui la gauche n’existerait plus du tout
    Se diviser maintenant c’est du suicide , on peut se demander quels sont vos buts.

  3. @ V. Christophe-Leroux :
    Lire Daniel FLEURY très en verve actuellement, (ex-FdG sincère & refroidi, lucide et + révolté que jamais) est excellent pour l’ hygiène politique. Je le confirme et je plussoie. Abonnez-vous aux billets de Daniel !
    http://anjourougeetcoquelicots.com/

    @ claudecarron :
    Tu vois les choses, paradoxalement, par le petit bout de ta lorgnette électoraliste. La promesse de naturaliser les étrangers qui le souhaitent n’empêchera nullement Syriza de l’emporter dimanche, c’est au contraire une excellente chose pour lézarder le mur l’Europe de Schengen . Tu devrais essuyer un peu tes verres, mais je crains que ce ne soit pas suffisant.
    Jean-Marc (Isère), démissionnaire du Parti de Gauche

    1. A vous lire (toi et Faivre) je comprends pourquoi le PG a du mal à percer. Toi ce n’est pas d’essuyer tes verres qu’il te faudrait, mais en mettre des plus adaptés à ton acuité. Ex secrétaire de cellule PCF ayant créé mon assos sur des barricades sociales un peu trop désertées à mon goût, mélenchoniste depuis 2005 et sympathisant PG inquiet, je ne demande plus pourquoi tu es démissionnaire du PG, camarade.

  4. Tout à fait d’accord avec Faivre.
    Non, Vincent, ce ne sont pas des combinaisons politiciennes, des tractations de couloir, un double jeu, de la schizophrénie !!!
    C’est la prise en considération réaliste et incontournable que nous sommes toujours en 5ème République et que tant que ce sera le cas, seul le rapport de forces partidaire nous permettra de faire sauter ce verrou et de proposer une nouvelle constitution qui changerait la règle du jeu.
    Evidemment, ça n’empêche pas de déjà concevoir (par la réflexion de TOUS les citoyens qui le souhaitent) ce que pourrait être le processus constituant et le contenu d’une 6ème République (M6R).
    On ne peut jouer qu’avec les cartes qu’on a en mains.
    En France, nous n’avons pas à l’heure actuelle celles de Podemos qui a canalisé le soulèvement populaire pour s’organiser en mouvement puis en parti.
    Je te cite: « Beaucoup nous appelaient à cesser de remettre notre destin et notre avenir à un seul homme ou à une seule équipe mais à prendre le pouvoir sur nos vies et à faire irruption sur la scène politique. »
    Mais c’est exactement ce que préconise Mélenchon depuis sa campagne de 2012.
    « Prenez le Pouvoir ! » « Si je suis élu, mon rôle ne consistera qu’à convoquer une assemblée constituante et à en assurer le bon fonctionnement démocratique jusqu’à la naissance d’une Nouvelle République. Ensuite, je jetterai les clés de l’Elysée dans la Seine ».
    Tu as oublié ?

  5. @Catherine Le problème est que Mélenchon est un brillant orateur pour le meilleur et pour le pire. Ses paroles de tribun n’engagent que ceux qui y croient (j’y ai cru en 2012)… Quand des militants sincères revendiquent plus de démocratie interne, quand ils proposent des outils collaboratifs Démocratie 2.0 pour travailler, débattre et communiquer horizontalement (Congrès 2015, élus CN etc…), ils se font immédiatement traiter de factieux, d’agents d’influence ! Quand nous exprimons une proposition argumentée et des commentaires contraires à la ligne nationale (ex. L’analyse de « Je suis Charlie »), nous sommes des fouteurs de bordel et des militants irresponsables ! Voilà la réalité du terrain dans le PG au 4 coins de l’hexagone. En Isère, une violente reprise en main et une mise au pas des récalcitrants est en cours… Alors, le Congrès doit être « Place aux Militants ! » (cf la contribution sur le sujet) ou alors le PG ne sera plus avant fin 2015.
    Il est vrai, que le vent de l’histoire pousse vers d’autres formes d’organisation, d’autres formes de stratégies, d’autres formes de messages permettant de prendre du pouvoir et le confier aux Citoyens…
    Pourquoi le PG échapperait-il à la force du vent qui se lève ? Ceux qui se cramponnent à leur pouvoir et qui conservent leurs vieux logiciels seront à terme balayés comme des fétus de paille. Tant pis pour eux, tant mieux pour les citoyens !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s