Paroles de militant-e-s du PG… « Il est minuit moins cinq »

Dans la thématique « Les temps que nous vivons sont gravissimes mais Syriza et Tsipras d’un côté, Podemos et Pablo Iglesias de l’autre, nous montrent la voie pour en sortir » pourtant nous nous complaisons dans les mêmes travers que ceux que nous fustigeons, certains militant-e-s parlent un autre langage…

D’abord ma camarade Christine Duplaissy qui précise : « je demande l’indulgence pour les fautes car je suis sur smartphone : pas facile, les touches »
Perso : les « départementales » et « régionales », je m’en tape, mais d’une force !!! Z’ont tout verrouillé jusqu’à la présidentielle avec leur « réforme territoriale » !!! Je le sais, je travaille pour un Conseil général (Département), donc je suis bien placée pour le savoir : ça servira à rien d’essayer de « repêcher » quelques élu-e-s ici ou là, parce que de toutes façons, tous les budgets sont en baisse et quand on y travaille, on voit bien qu’on mouline dans la semoule, qu’on passe notre temps à « remplacer » les collègues malades (jamais remplacé-e-s « because » gna-gna-gna « la dette » et les services publics coûtent trop cher !!! (sous-entendu surtout NOS PETITS SALAIRES, passeque « vous êtes les plus nombreux/nombreuses » (ben oui, féminin, parce que les plus bas salaires fonction publique – comme ailleurs !- sont surtout des femmes !!!) et « vos charges, ça coûtent cher » et bla et bla et bla !!!
Et les élu-e-s FdG, ben même pas ils y arrivent, à « lutter » contre le dogmatisme ambiant !!! Parce que là : ils sont nos « patrons » !!! Alors, ils mettent leurs casquettes de « patrons » et nous oppriment tout pareil, car « bla-bla-bla-intérêt génénral » et y’a pas de sous-sous » et « dotation en baisse » ! Et « obligé-e-s voter le budget du PS passeque sinon, ça sera la droite ou l’essstrêm-droite qui « bla-bla-bla-les budgets-n’encore-plus-n’en baisse » !
Sauf que ces mêmes petits fonctionnaires, y sont aussi citoyen-ne-s, donc électrices/électeurs ! Et y z’ont des familles ! Et tout ça voit les « petites cuisines entre ami-e-s » depuis trop longtemps ! (il y a de rares exceptions, mais justement, tellement rares qu’il/elles n’y arrivent pas non plus, à lutter contre le « tous pourri-e-s » !).
Et donc, le « tous pourri-e-s », il vient bien de quelque part, aussi, les gens ne sont pas sourds et aveugles, sur le plan local, ils/elles voient très bien comment ça « fonctionne » : clientélisme, lobbying, le « système » turbine à fond, de « droite » comme de « gauche » ! Et donc, du coup, les petits fonctionnaires, leurs familles, leurs voisin-e-s, etc… Hé bien : ils / elles n’y croient plus que « la droite c’est pire » !!! ET même n’y croient plus trop qu’avec l’extrême-droite ça sera le pire-du-pire ! Et là : accroche-toi pour leur expliquer qu’on est toutes et tous « honnêtes » au FdG, quand sous leurs yeux, chaque jour, ils / elle sont des exemples contraires !!!
Alors, le grand nettoyage, pour une sixième république tout’ prop’ sur elle, par nous e t pour nous, va falloir le faire partout bien dans les coins-coins et les re-coins-coins !! Et après ça, faudra, même avec une nouvelle constitution, bien les surveiller, les nouvelles / nouveaux élu-e-s ! (C’est d’ailleurs pour ça que je réclame une assemblées tirée au sort où TOUT LE MONDE est représenté à partir de la majorité (18 ans), donc à partir du n° de Sécu : pas pour « remplacer » les assemblées élues sur un PROGRAMME, mais pour contrôler les assemblées élu-e-s et s’assurer quils/elels font correctement et honnêtement leur taff, et conformément à la fois à la constitution et au programme choisis par les électeurs et électrices !!! Avec le budget du Sénat, du Conseil constitutionnel et de la Cour des comptes réunis, qui ne servent à rien du tout qu’à obéir aux agences de notation, on pourrait se contenter de deux assemblées : une élue et une tirée au sort, et on aurait de quoi financer le personnel et la formation nécessaires aux deux assemblées,. Avec mandat unique et limité dans le temps, pour les élu-e-s comme les tiré-e-s au sort, salaire medium (le même pour tout le monde, à partir du salaire moyen de l’ensemble des citoyens du pays, et par contre un statut qui leur permette soit de retrouver aux mêmes conditions leur emploi à l’issu du mandat, soit de pourvoir retourner en formation rémunérée débouchant sur un emploi, pour les étudiants et/ou chômeurs !!!).
Ben si : « on peut », ça, j’en suis sûre ! Mais pour ça, faut mettre un stop à TOUTES les oligarchies, y compris celles internes aux partis ! Et faut que les petits nouveaux qui se sentent pousser leurs grandes dents pour mieux nous manger arrêtent de vouloir être « calife à la place du calife » et s’occupent uniquement de l’intérêt général, ce que toute femme ou homme « politique » (c’est-à-dire citoyen-ne, n’aurait jamais dû perdre de vue !!!

Ensuite, moi-même :
Dans son long commentaire que je signe, Christine explique quelle est notre vision et quelles sont nos exigences. Nous serons radicaux et inflexibles. Elle évoque quelques pistes que nous avons appuyées en signant les contributions qui en faisaient état. Nous allons pousser très fort à ce congrès. Et nous avons de très hautes exigences. Parce que nous comprenons l’urgence à agir, à rompre avec certaines habitudes et comportements et à parler clair. Nous nous y employons et j’ai bon espoir que nous serons entendus. Si mon enthousiasme devait être démenti, si ça ne devait pas tourner dans le sens que nous voulons, nous serons alors très nombreux à quitter le PG qui ne s’en remettra pas. Ce sera alors un avatar du Pasok.

Si les cadres actuels du PG bloquent le processus de démocratisation et de débat que nous voulons, pour faire en sorte d’aboutir notamment à ce que notre sortie de l’UE devienne désormais un de nos principaux étendards, à côté de la 6e République, du partage des richesses, d’un anticapitalisme franc et assumé, d’une diplomatie internationaliste et universaliste et de l’écosocialisme, le PG mourra et ne bénéficiera pas, lui, des rémissions que le nombre d’élus du PC, sa longue histoire et son installation dans le paysage et le système garantissent à ce parti…

Certain-e-s déjà n’y croient plus et comme je les comprends. Il y en a qui ont été victimes d’exécutions sommaires. De nombreux comités ont été dissous sur décision prétorienne de quelques petits chefs, simplement parce que ces militants et ces comités appliquaient rigoureusement le discours que nous portons, Mélenchon compris, à savoir « nous ne travaillons plus avec le PS » mais que ça gênaît certains intérêts et risquait d’empêcher certains de commencer ou de poursuivre leur carrière. Cela est inacceptable. C’est ce genre de comportements que nous avons dénoncés chez le PC et que nous avons, hélas, retrouvés parfois aussi au PG. Cela alimente et renforce donc notre colère et fait grandir notre détermination absolue à faire exploser les blocages, à désavouer ces « petits chefs », à démonter les côteries et à défaire l’esprit « cour du roi » pour transformer le PG en ce qu’il doit être en 2015 : non plus un appareil égal à tous les autres dans cette 5e République agonisante et de plus en plus haïe, non plus ce parti adepte, comme les autres, des tractations secrètes, du double langage, de la mauvaise foi, prêchant la démocratie partout et tout le temps mais se comportant comme une armée aux ordres de ses officiers et sous-officiers, avec exécution sans procès de ceux qui ont refusé de se soumettre.

Ce congrès est la dernière chance. Il n’y aura pas de seconde chance car nous n’attendrons pas le suivant en rongeant notre frein, comme ces ridicules frondeurs du PS. Et il ne s’agit pas de nous compter ou de nous mettre en avant, mais de gouverner comme le dirait Mélenchon. Donc de prendre les rênes du PG pour les rendre immédiatement à ses adhérents, notamment via une réforme profonde de son organisation, de ses structures, de ses modalités de fonctionnement et par la mise en oeuvre de multiples processus de démocratie directe.

Soit nous sommes entendus et devenons majoritaires sur nos options et nous incarnerons un nouveau PG pour le transformer en une machine politique à rassembler le peuple tout entier, comme ont commencé à le faire Podemos et Syriza, et pas seulement les vieux partis et organisations de la gauche ; soit nous ne sommes pas mis dans cette situation de conduire l’avenir et pour ma part, je m’en irai en claquant la porte. Et beaucoup feront de même…

2015, pour le PG peut être l’année de son décollage…ou au contraire de ses funérailles ! Le congrès est en juillet, quelques mois après ce qui va être une hécatombe, pour nous aussi, aux élections départementales de mars. Sachez que vu la tournure des évènements dans ma ville et mon département, vu que je ne suis pas « majoritaire » sur les options que je défends, vu que je ne peux tolérer de cautionner encore une fois la même cuisine avec toujours les mêmes faux alliés, j’ai annoncé la couleur. Ces élections ne me concernent pas. Non seulement, je n’y prendrai aucune part, mais aujourd’hui je pense que, pour la première fois depuis que je vote (j’ai voté la première fois à 19 ans aux législatives de 1993) je m’abstiendrai pour dire que ce cirque ne m’intéresse pas et que je ne veux plus prendre part au processus de ces élections.

Mais après le congrès, il y aura les Régionales. Si nous avons pris les bonnes décisions à ce congrès, nous en goûterons les fruits à cette seconde séquence électorale, sinon, ce sera la dernière à laquelle nous aurons pu participer car le peuple nous aura décimés…

Publicités

3 réflexions sur « Paroles de militant-e-s du PG… « Il est minuit moins cinq » »

  1. Intéressant, j’ai quitté le PG après le congrès de Bordeaux. Pour moi, ce parti ne devait être que provisoire, se transformer, se dissoudre avec d’autres partis et mouvements pour former une nouvelle force. Aujourd’hui, nous avons un FDG moribond à cause de chapelles bien gardées, alors qu’il devrait surfer sur la vague Syriza et Podemos. Sans faire de jeunisme, j’ai envie de dire qu’il faut également renouveler les cadres, que les anciens laissent la place, trop marqués par leur propre militantisme et habitudes, à la limite devenir conseillers plutôt que rester sur le devant de la scène.

  2. je viens de quitter le parti de gauche ,
    en Aveyron, le 17 février, j’ai découvert que « le Front de Gauche » donc le PG , soutenait deux binômes dont les titulaires PS sont des conseillers généraux du parti socialiste qui tentent pour l’une un deuxième mandat, pour l’autre un troisième mandat. Tout ceci décidé sans demander notre avis de militants PG. une petite cuisine de couloirs. Le PG n’a pas vocation à servir à sauver les places des élus, notamment des élus PS , qui, craignant d’être pénalisés par la politique gouvernementales se cachent sous la bannière « Aveyron majorité citoyenne » avec la complicité du PG et du PCF, sous condition de renvoi d’ascenseur pour les régionales, je présume!
    Comme je contestais ce choix, il m’a été répondu par les secrétaires départementaux qu’il fallait être accueillant ….comme Syriza!
    qu’il ne fallait pas être aussi fermée! ..Et que ces socialistes étaient bien courageux , car surement ils risquaient d’être renvoyés du PS!
    Comme par hasard, le PS local ne leur a pas mis d’adversaires en face.

    J’avais fait une contribution pour le congrès qui a recueilli les 50 signatures: » Pour un mandat non reconductibles pour les élus du parti de gauche! ».

    1. Carole je regrette terriblement ton départ. Nous avions fait de belle choses et passé de bons moment ensemble et surtout tu nous as tellement apporté sur le thème de l’écologie ….ta passion et ta fougue me manqueront, mais on se retrouvera, c’est sure, dans les luttes.
      Bien à toi. Marie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s