Du débat… La contradiction et la critique sont légitimes ; les agressions ne le sont pas !

Je m’adresse aux deux parties… D’abord à celles et ceux qui sont toujours des acteurs du PG, ensuite à celles et ceux qui, comme moi, l’ont récemment quitté. Halte au feu !

Message de service aux acteurs du PG :

Il est assez malvenu de n’avoir pour seule réponse aux départs massifs enregistrés depuis des mois qu’un discours de fermeture du genre :

« Fermez-la ! Tout va bien au PG ! »

« Vous n’êtes que des aigris ou des orgueilleux déçus de ne pas avoir été distingués. »

« Vous êtes devenus des ennemi-e-s puisque vous donnez des armes à ceux contre qui nous luttons ».

Non, camarades du PG, que vous soyez des « ordinaires » ou des « importants », vous devez vous mettre dans la tête que les militant-e-s qui ont démissionné depuis des mois ne sont pas des salauds. Ils ne « crachent » pas sur le PG ou sur ses acteurs. Ils ne jouissent pas de « brûler aujourd’hui ce qu’ils ont adoré hier ». Et ils ne pensent pas qu’il soit judicieux non plus de « laver le linge sale en famille ».

Parce que nous n’avons pas de « linge sale », juste des divergences politiques et des critiques à opposer à ce que nous jugeons être des erreurs stratégiques plus ou moins graves. Et cela, c’est du débat, c’est digne. Ça ne devrait pas être reçu comme des preuves de je ne sais quelle maligne ambition ou de je ne sais quelle attitude puérile, irresponsable, ou égotique. On doit nous respecter et nous répondre sur le fond, avec des arguments politiques, pas avec des anathèmes ! En tout cas, à nous qui vous respectons au-delà des désaccords stratégiques, tactiques et idéologiques qui peuvent exister.

Il faudra traiter autrement le problème qu’en usant d’anathèmes à notre encontre si vous ne souhaitez pas que la tumeur emporte définitivement le malade… Ce n’est pas en affichant à notre encontre la morgue qu’arborent habituellement nos ennemis, pas plus qu’en nous désignant à la vindicte des militant-e-s encore au PG, que vous réussirez à sauver le parti.

Message de service aux démissionnaires du PG

Il se trouve que j’en suis un mais que je ne me considère pas comme concerné par la mise en garde que je vais faire…

Vous avez le droit (même si on vous le conteste parfois) de vous exprimer sur les raisons qui vous ont fait quitter le parti. Je dirais même que vous en avez le devoir.

Par contre, camarades, ne vous perdez pas dans la haine, dans les attaques ad hominem, dans les insultes, dans le mépris et dans les mots qui sont prononcés ou écrits pour blesser.

Cette histoire de vidéo « Nous sommes le PG » devient complètement dingue. Assiste-t-on à un phénomène de folie collective ou doit-on y voir la politique de la terre brûlée ?

Oui, cette vidéo mérite des critiques (j’en ai fait quelques-unes hier) mais en termes politiques, pas sur un registre personnel, pas avec l’insulte et le discrédit comme seuls arguments… qui d’ailleurs n’en sont pas ! J’ai vu du fiel beaucoup plus que des critiques rationnelles opposées à cette vidéo. Et je suis comme d’autres écoeuré de voir cette haine. Ce genre d’incident sera lourd de conséquences. Alors stop !

J’ai beau être un démissionnaire du PG, j’ai beau être très critique à l’encontre de ce parti, de sa direction (aux deux sens du terme), de certains de ses représentants nationaux ou locaux, je ne peux accepter le déferlement de fiel que je lis ici ou là.

Une de mes plus proche camarades, très récente démissionnaire elle aussi, a eu l’occasion d’écrire qu’il ne fallait pas insulter l’avenir. Elle a raison. Entre nous, actuels et ex militant-e-s du PG nous ne devrions pas lire certaines de ces choses abjectes qui s’écrivent.

Je me permets d’inciter chacun à faire preuve de responsabilité et d’humanité. Celles et ceux qui jugent nécessaire d’émettre des critiques doivent faire en sorte que ces critiques demeurent d’essence politique et reposent sur des éléments rationnels.
Parce que, d’une part, il est détestable, au plan humain, que ces critiques dérivent vers des éléments personnels et irrationnels car c’est l’esprit guerrier, primaire, bestial, qui prend alors le dessus, chaque mot blessant venu d’une des parties en amenant un autre de la part de l’autre partie.

Parce que, d’autre part, cela est suicidaire. On ne peut plus s’entendre dans de telles circonstances. On ne peut éduquer les gens qui nous lisent avec de tels arguments.

Quand on exprime des critiques politiques, on permet aux gens qui nous lisent de prendre connaissance d’arguments différents, voire opposés et cela aide à la réflexion et au jugement de tous. C’est pourquoi, je considère que la critique est indispensable. Ne serait-ce que parce que l’idée ou la proposition qui est ainsi critiquée se trouve des défenseurs qui viendront apporter des arguments en défense et chacun ensuite pourra se forger son opinion qui reposera sur un jugement éclairé. Comme aime à le dire Jean-Luc Mélenchon, le clivage, en participant du débat, aide le jugement et fait vivre la démocratie. Le consensus et la mise à l’écart des dissidents, c’est tout autre chose que la démocratie.

Quand nous disons « Place au peuple » ou « Prenez le pouvoir », nous nous affichons comme démocrates. Assumons-en les conséquences pratiques dans nos comportements quotidiens… Pas de censure devant la critique !

Mais quand nous disons « L’Humain d’abord ! » ou « camarade-s », nous disons que nous nous respectons les un-e-s les autres, par delà nos désaccords politiques… Donc, ici aussi, tirons-en les conséquences pratiques dans nos échanges !

Publicités

6 réflexions sur “ Du débat… La contradiction et la critique sont légitimes ; les agressions ne le sont pas ! ”

  1. Sympathisant et électeur du PG, je partage également ce point de vue. Je n’aimerais pas retrouver au PG, ce que j’ai fuit en 98, en partant du PCF pour monter mon assos. La démocratie doit être totale et permanente à tous niveaux, sinon çà ne marche pas. Ce n’est parce qu’on dénonce ce qui ne va pas qu’on cherche délibérément à briser le mouvement. Il y a des critiques qui sont constructives dès lors où elles permettent d’éviter toutes formes de dérive clanique. Tous dans le même sens : d’accord, une seule tête : non ! Il me semble, au contraire qu’on doive pouvoir critiquer ce qui ne va pas pour, justement, pour maintenir la bonne direction du mouvement ou du parti ou encore de la volonté de réussir une coalition visant avant tout à l’émergence d’une 6e République, réellement démocratique, sociale et solidaire.

  2. Pas très équilibré, ton coup de gueule…!
    Hélas, les insultes parfois, (dans mon coin) sont partagées entre ceux qui partent et ceux qui restent…
    Je trouve bizarre que « Libé » soit devenu soudain un canard fréquentable pour annoncer son départ…
    Ou que FB soit devenu le J.O.de ceux qui brûlent ce qu’ils ont adoré…

    Mais pas envie de compter les ponts, c’est une immense désespérance qui m’envahit…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s