Jean-Luc Mélenchon enfin prêt à « sortir » des traités !

Camarade Jean-Luc Melenchon, enfin !
Oui, enfin, tu parles clair sur le sujet de l’Union européenne et tu fais plus que simplement laisser entendre ce que tu as dans la tête. Pour la première fois, tu exprimes une vision de défiance caractérisée envers l’UE et tu parles de « sortir » des traités. Jamais je ne t’avais lu ou entendu être aussi clair. Or, je te suis de près.
Depuis des mois, nous sommes très nombreux à t’appeler à cette rupture, te conjurer de nous entendre et tu nous avais souvent ignorés, voire tu nous avais démentis et fait la leçon.
Peu importe que nous ayons été déçus hier si tu te décides enfin aujourd’hui à porter le flambeau de la résistance frontale à l’UE.
Dans ton dernier billet, tu reprends enfin à ton compte – c’est la première fois que je lis cela sous ta plume – l’argument puissant défendu par beaucoup (comme Aurélien Bernier depuis longtemps) selon lequel Jean-Marie Le Pen hier et Marine aujourd’hui et le FN tirent leur force électorale principalement du fait que le peuple les croit les seuls opposants sincères à l’UE, ce que nous savons bien qu’il ne sont pas du tout.
On en reparlera, sans doute, car il faudra développer. Tu ne fais qu’ouvrir la porte mais tu l’as ouverte avec vigueur et cela inaugure des suites intéressantes…
Si tu lis ces quelques lignes, sache, camarade, que nous sommes l’arme au pied pour faire tout ce que nous pourrons pour te conduire à la Présidence de la République, pour t’appuyer, pour prendre certains coups à ta place et pour décupler la force de ceux que tu donneras toi-même à nos ennemis.
Je ne suis pas grand chose. Je ne suis pas un cadre de parti. Je ne suis pas un acteur syndical, ni associatif. Je n’ai pas de responsabilité professionnelle ou politique d’importance mais je suis un citoyen engagé. D’une certaine manière, je l’ai été à tes côtés pendant les 5 ans que j’ai passés au PG. Et que j’aie rompu avec le PG n’avait ni pour conséquence, ni pour signification que je te désavouais. Certes, je m’impatientais comme beaucoup, beaucoup d’autres. Certes, parfois, il y avait même chez moi de l’exaspération à t’entendre dire des choses qui ne coïncidaient pas avec l’image de l’homme d’État que tu es.
Mais c’est parce que nous continuions à croire en toi et à vouloir que « demain ne se fasse pas sans toi » pour reprendre une formule qui a eu son succès il y a quelques années, c’est parce que nous sommes un certain nombre à percevoir en toi les qualités pour rassembler le peuple français sur un projet digne de notre pays, que nous ne t’avions pas évacué de notre tête.
Ces derniers mois, nous avons souffert. Tu dois le savoir et l’entendre. À cause de tes hésitations, de tes lenteurs et de tes choix de t’engager dans la recherche d’une nouvelle alliance de Gauche, ce qui nous paraissait totalement antinomique avec ce que tu devais faire, à nos yeux. Et, en conséquence, j’ai pu parfois, dans mes billets de blog ou sur Facebook, publier des lignes quelque peu critiques mais c’est toujours de façon mesurée et respectueuse que je l’ai fait, contrairement à beaucoup d’autres commentateurs de tes paroles, de tes écrits ou de tes actes. Et c’était toujours pour t’appeler à te dépasser et à dépasser la Gauche, et à oser assumer l’indispensable rupture avec l’UE, pour dévitaliser totalement le FN et pour emporter la confiance du peuple tout entier. Deux lettres ouvertes à ton attention furent ainsi mises en ligne sur mon blog à quelques mois d’écart en juin 2014 et février 2015.
Puisque tu rends publique maintenant ton intention de porter le fer contre le principal de nos ennemis, l’UE, eh bien, sache que je suis déterminé à porter le fer avec toi.
Et bien que certains d’entre nous soyons désormais hors du PG ou des partis, nous serons nombreux à être à tes côtés. D’ailleurs, tu auras avec toi bien plus de citoyens ordinaires que de représentants des partis. Et tu devrais à mon avis t’entourer aussi de ces citoyens ordinaires…
Le défi est de te faire élire Président de la République à la suite de l’actuel résident de l’Élysée (c’est volontairement que je dis « résident », en omettant la lettre « P ») afin que tu puisses, depuis la Présidence, mettre le peuple en situation de changer le régime et de retrouver tout son pouvoir souverain.
Nous allons nous y employer cher Jean-Luc !
* * * * *
Extraits du billet de blog de Jean-Luc Mélenchon, intitulé « Le plan B plus que jamais » publié le 20/01/2016
Bien sûr, l’Union européenne est toujours aussi nuisible, hostile à la démocratie et à la justice sociale. Son procès n’est donc plus le sujet. Mais il faut suivre ce qui s’y passe pour bien comprendre la façon avec laquelle la catastrophe qui s’avance sur le monde se construit. Car il faut être prêts dès que cela serait possible à prendre les mesures au bon endroit et sur les bons sujets pour enrayer la machine devenue folle qu’est l’économie de casino qui domine notre planète.
(…)
Mais on peut aussi avoir un plan B, surtout quand on est la France.
Le débat est donc le suivant : honorer les traités européens comme ils s’y efforcent ou en sortir comme je le propose avec tant d’autres ?
(…)
En toute hypothèse, nombre des signataires de la pétition des primaires ont en commun d’être d’ardents partisans de ces traités européens. Faut-il rappeler que ces traités sont aussi massivement rejetés dans d’autres sondages que l’est la politique européenne toute entière depuis 2005 ? Faire disparaître l’enjeu central de l’élection présidentielle serait donc le résultat essentiel de cet exercice qui reviendrait à abandonner le leadership du « non à l’Europe libérale » à l’extrême droite. Le rêve de tous les eurolâtres. Génial. Si l’on veut me voir bouger de position et mettre les pieds dans ce bain, il faut commencer par préciser dans quelle eau se feront les ablutions : ce cadre est-il celui de la sortie des traités européens ou bien celui de leur application ? Car dans les traités européens, aucune politique de gauche n’est possible, quel que soit « le candidat unique de la gauche » ! Allez voir à Athènes ce qu’il en coute de ne pas être clair sur ce point dès le début !
Publicités

3 réflexions sur “ Jean-Luc Mélenchon enfin prêt à « sortir » des traités ! ”

  1. Pourquoi en faire un cas isolé ? Nicolas Dupont Aignan aussi a clairement ex primé dans son projet le souhait de dénoncer l’ensemble des Traités illégitimes depuis 2005 et non réformables. Maintenant il a raccourci le texte mais il est toujours partisan d’un Traité confédéral unique . L’Europe des nations n’est pas une utopie telle qu’on veut le laisser croire . En outre si M. MÉLENCHON nous revient je reste sceptique à son projet de sixième républicaine qui ne doit pas être une fin en soi mais plutôt un outil .

  2. Banco Vincent, dans l’esprit de ton texte et sous condition de ce que tu indiques, il en est ainsi de nos liens avec Jean-Luc Mélenchon. On verra ce week-end si ce que tu sens de son évolution se vérifie. En tout cas, on aura fait tout ce qu’on pouvait pour l’infléchir. Il est vrai que nous avons été servis par les événements exceptionnels de fin d’année, qui ont révélé dans quel régime on se trouvait et dans quelle déstabilisation internationale nous sommes plongés. En ces temps d’exceptions, engagement radical… On ne peut plus faire les choses à moitié, car c’est la démocratie et la République qui sont en danger. Bravo.

  3. Il n y a qu un parti qui propose la sortie de l UE et de l euro par l art 50 c est l upr, qui pourtant est radié des médias malgré le fait qu’il ai plus d adhérents que melanchon uniquement grâce à internet, à quand la vraie proposition officielle et sur le programme de melanchon sur l utilisation juridique de l art 50

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s