Jean-Luc Mélenchon et la primaire de la « Gauche »

Message à Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc,

Moi ça me va bien leur primaire… Oh non, pas pour y participer rassure-toi, mais pour me détendre un peu !

Et puis, vu de notre côté (c’est-à-dire nous qui te soutenons depuis des années malgré parfois quelques critiques que nous pouvons élever et aussi quelques marques d’impatience voire d’exaspération que nous pouvons avouer, et qui allons encore le faire avec détermination si tu nous en donnes l’occasion et que tu dis et fais ce qu’il est indispensable de dire et de faire en ce moment), c’est plutôt une excellente chose que tous les baltringues qui étaient avec « nous » ou avec qui « nous » avons essayé de travailler depuis des mois se rassemblent et se rejoignent pour tenter de te dégommer alors que toi seul a l’étoffe, la carrure, la culture et le talent pour entraîner le peuple comme tu avais commencé de le faire en 2012.

Pierre Laurent, Olivier Dartigolle, André Chassaigne, ces branquignols étaient-ils de loyaux alliés ou n’avaient-ils pas souvent la détestable tendance de te/nous tirer dans le dos ?
Ne pensaient-ils qu’à l’intérêt général du Front de Gauche et du peuple tout entier ou n’étaient-ils pas plutôt intéressés uniquement par les gains à escompter pour leur propre boutique et, en son sein, pour leurs propres rayons ?

Cécile Duflot, Emmanuelle Cosse, Jean-Vincent Placé, Barbara Pompili, François de Rugy, les frondeurs du PS que nous sommes allé chercher (je ne me mets pas dans ce « nous » puisque je l’ai dénoncé depuis le premier jour) étaient-ils des généraux combatifs et efficaces capables de nous apporter de nouvelles forces utiles dans la bataille à la cause que nous défendions ou n’étaient-ils pas plutôt un « marais » informe pour ne pas dire un marigot puant de jeux politiciens habituels ?

Oui, décidément, c’est vraiment génial que tous ces baltringues s’associent ensemble contre nous (et surtout contre toi) car, ce faisant, ils nous rendent un double service : d’une part, ils vont alléger notre train qui était ralenti à cause d’eux, d’autre part ils vont faciliter la prise de conscience parmi les citoyens de l’alternative qui s’offre à eux : faire confiance à ces révolutionnaires de salon affolés à l’idée qu’un autre monde puisse naître et déterminés à tout faire pour l’empêcher, ou enfin donner sa chance à celui (et à travers lui à celles et ceux innombrables) qui savent ce qu’il faut faire, comment le faire, et pourquoi le faire…

Les Français auront ainsi à départager un candidat ou une candidate désigné-e par la primaire de la « gauche » (à condition toutefois que ses acteurs arrivent à s’entendre pour obtenir ce résultat, ce qui n’est pas gagné, loin de là tant les egos règnent en maître chez eux dès que les idées sont négligées) et celui qui incarne déjà, depuis des années, la gauche de combat mais qui a aussi vocation à – et qui a la capacité de – parler à toute la France et de convaincre tout un peuple, indépendamment de la question des divisions politiques habituelles entre gauche et droite et de toutes les nuances de cette division binaire.

Jean-Luc, n’attend pas ces guignols de mauvaise comédie de boulevard et n’essaie surtout pas de les ramener vers toi. Ce sont des boulets. Ils taillent leur route ? Grand bien leur fasse… On va enfin pouvoir parler au peuple sans être suspects de ne défendre que notre clan ou d’avoir avec nous des gens dont la proximité même suffit à faire douter le grand nombre de notre sincérité quand ces gens-là ne conduisent pas à poser un problème essentiel de cohérence de notre projet politique….

Adresse-toi plutôt au peuple français comme tu sais si bien le faire parfois, comme tu avais si bien commencé de le faire en 2012… C’est lui qui t’élira, pas le PC, pas le PG, pas EELV, pas les frondeurs…

Et surtout, oui surtout, va à sa rencontre, sans être entouré de la cour des prétendants aux seconds rôles. Tu dois rencontrer les Français ordinaires et les militants ordinaires. Tu dois entendre ce qu’ils ont à te dire – sans filtre – et tu dois les écouter pour que ta campagne à venir soit en phase avec les aspirations, les attentes ET LES EXIGENCES du peuple !

Je suis certain que tu vas le faire…

Publicités

9 réflexions sur « Jean-Luc Mélenchon et la primaire de la « Gauche » »

  1. Dans nos contrées officiellement qualifiées « démocratiques »…imposture. ..pour se présenter à des élections présidentielles, il faut du fric, beaucoup de fric, et un appareil en soutien politique. Les verts corrompus/corruptibles, ont ce fric (ou l’auront car ils ne représentent aucun danger systémique). Le PCF, également avec la centaine d’élus qui lui reste et avec la tune que les « anciens » militants, les communistes authentiques ont permis d’amasser en plusieurs décennies…bref,le PCF, je le déplore, c’est presque plus rien, mais il subsiste des moyens financiers..d autant + que les salades de la direction font tout pour être corrompus systémiques, masquant cet état de fait par des propos qui fleurent bon le temps des cerises au goût du jour « sauve qui peut ».

    Les idées certes et c’est bien l essentiel…mais sous la férule du capitalisme. .Hormis une révolution, il faut beaucoup de blé assorti d’un appareil….sinon le totalitarisme dans lequel nous évoluons ne permet pas aux milliers de gens de talent révolutionnaires de se presenter à des élections nationales…..pour garder les pires et les + médiocres à son service…..

  2. A la place de « salade » lire « salauds » de la direction du PCF.

    Pour garder les pires et les + médiocres à son service. .comprendre les pires et + médiocres (direction PCF, verts…)…au service du capital, quoi qu’ils en disent…(la frappe rapide sur portable est toujours malaisée…).

  3. Je crois que Mélenchon pourrait participer à une primaire. Le principe de la primaire est de coaliser les forces. Maintenant, il faudrait avant ces primaires établir un programme minimum de gauche. Si Hollande peut y participer, cela n’a pas de sens, car il a démontré qu’il n’y satisfait pas du tout, de même que 70% des politiques

    Programme minimum:
    Les puissants ne doivent plus dicter notre action (nous les politiques) et constat collectif est fait de l’influence croissante de ceux-ci depuis plus de 50 ans (nommons les « les 1% » par clarification même si cela peut sembler simpliste) indépendamment de la couleur du parti au pouvoir.

    L’affaiblissement au moins politique des 1% est devenu un but premier tant leur mainmise est devenue forte. (sans parler de conspiration, c’est un fait sociologique prouvé et qui peut s’expliquer même sans imaginer ou constater des cercles de pouvoir)

    Retrouver une presse plus libre est nécessaire car constat collectif est fait que la liberté de la presse s’est réduite.

    Diminuer l’écart des richesses et des revenus. La répartition de richesse et de revenu des années d’après guerre étant une bonne référence, même si c’est un objectif lointain, l’important est le chemin.

    Toutes les politiques misent en place seront effectuées de façon à créer le minimum de bouleversement. Les techniques innovantes spécifiques à définir par les candidats qui seront misent en place au début du mandat, gagneront progressivement en force et pourront être désengagées sur la durée du mandat suivant, pour celles qui se seront révélées insatisfaisantes (voir plus tôt si flagrant). Le but étant de respecter la décision de la population qui pourra se fonder sur des résultats concrets. Il faut sortir du fait accompli.

    Les citoyens seront consultés pour tout changement de politique même léger non annoncé initialement dans le programme du candidat éventuellement de cette primaire et de la présidentielle et en cas de refus, celui-ci sera pris en compte et les changements abandonnées.

    C’est un programme minimum très personnel, le but est de définir la gauche et de filtrer l’entrée des candidats. Lordon a donné lui comme définition : « ceux qui veulent sortir du cadre ». C’est un bon programme minimum aussi mais plus en titre qu’en description. Le programme minimum peut se faire par des négociations. Si celles-ci sont également filmées, c’est un plus. Cela permettrait aussi de préparer la campagne.

    Les débats qui suivront permettraient ensuite à chacun de se définir plus finement. Les arrières pensées inévitables pourront être mise en avant si on exige un programme clair avant toute discussion. La mise en commun des richesses pour financer la campagne doit être organisée dans la clarté et en se basant sur les possibilités de chacun.

  4. Comme le dit GdeC, on a tendance à la personnalisation. Mais c’est le système dans lequel on se trouve et dont il faudra sortir. Ce sera peut-être un thème du débat de 2022. Néanmoins, l’urgence n’est pas là,

    Mélenchon est un des rare possible car Hollande ne peut être le candidat de la gauche en 2017 et certains parmi les autres ne sont pas assez efficaces.

    Ils peuvent tous obtenir par des primaires, grâce aux négociations préalables, qu’une partie de leurs idées soit adoptées. Si on exige que le gagnant se déclare pour un seul tour, cela laisse leur chance aux autres courants ensuite . Le suivi strict du programme affiché est gage de l’influence de ces primaires, indépendamment du gagnant. Une exigence de l’introduction de proportionnelle à toutes les élections suivantes peut aussi être une compensation pour les courants qui s’y présenteraient sans aucune chance de gagner.

    Le fait d’être entendu avec des débats nombreux reste utile pour les petits candidats. Les frondeurs présenteront certainement diverses personnalités. Montebourg par exemple a des chances dans de tels primaires. Le pire seraient cependant qu’elles s’organisent et n’aient pour but que de faire sortir un seul candidat. Elles ne donneraient pas grand chose dans ce cas

    C’est triste si cela fait taire les militants mais un candidat doit avoir défini un premier cercle de soutien et le représenter pour partie. Après, c’est forcément à lui de faire la synthèse, d’essayer de l’élargir mais sans y perdre la cohérence, Hollande en est le meilleur exemple avec sa stratégie des « multicercles ». Les militants doivent être plus respectés et ce genre de stratégie est ignoble.

    1. That’s it, sur un si court terme après une telle raclée, la marge de manœuvre pour refaire le miracle de 2012 à tout le moins est étroite.

      Qu’on le veuille ou pas, mais quand même, j’ai l’impression qu’il est en train de nous rejoindre, je dis ça comme ça, timidement, comme une chatte échaudée, le socle citoyen est le seul viatique pour transformer le tir sur ce que couvre actuellement l’abstention. + de 60% c’est une gageure mais la question de l’indépendance peut rassembler bien au-delà de notre électorat traditionnel.

      On verra… On le suit très attentivement, rattachés à lui malgré tout car il dit le plus souvent tout haut ce qu’on hurle en soi silencieusement, sur les injustices, sur les relations internationales, sur la démocratie, sur la défense, sur l’altermondialisme, sur la transition écologique, sur l’horizon d’un monde nouveau qui reverdisse la planète sans contrevenir à l’épanouissement social et citoyen .

      S’il se démarque comme il est est dit là, oui, ça peut le faire, mais ne nous endormons pas Vincent Christophe Le Roux. Nous devons lancer le mouvement citoyen de proposition pour se garantir de toute façons de peser le plus possible sur les orientations de notre gauche, de ce à quoi les Français aspirent pour un monde solidaire et « propre ».

      Je ne rentrerai pas dans le débat de la personnalisation du pouvoir qu’on nous jette à la figure car nous devons tenir compte d’une réalité constitutionnelle, ne serait-ce que dans les candidatures. Tant qu’on est dans la Vème République, le chemin de la gouvernance est ainsi bordée comme le contexte international d’une coalition d’États l’est.

      A lui de voir à élargir le socle des décisions, mais quand je vois la verticalité du PG qu’il a quo-fondé, il a beaucoup à revoir sur lui-même quand il proclame : « l’Humain d’abord ».

      Cette fois, il convient que ce ne soit pas seulement une tactique marketing à la Podemos.

      Je ne sais pas s’il a compris à quel point on a cru en lui malgré ses loyautés mal placées sur ses semblables, plutôt que sur ses concitoyens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s