La potion de popularité – un épisode de Kaamelott réécrit…

J’ai réécrit certains passages de l’épisode du livre 3 de la série Kaamelott intitulé “La potion de fécondité” dont vous pouvez lire le script original ici. En lieu et place des noms des personnages célèbres de la série (Merlin, Léodagan, Dame Sélie, Elias de Kelliwic’h), j’ai choisi d’impliquer certain-e-s de mes ami-e-s proches ainsi que Jean-Luc Mélenchon, Pierre Laurent et Clémentine Autain eux-mêmes mais aussi Raquel Garrido, Charlotte Girard et Frédéric Lordon, tout en m’incorporant dans l’épisode… Dans cette version inédite, il y a plus d’intervenant-e-s que dans l’original mais je l’ai voulu ainsi…

Comme de bien entendu, ce récit n’est que le fruit de mon imagination. C’est une fiction. Les propos échangés ne sauraient engager, d’une quelconque façon, leurs auteurs… Et toute ressemblance avec des évènements réels serait pure coincidence…

C’est une oeuvre d’humour évidemment, totalement fictive, même si j’en ai profité pour faire passer quelques messages plus sérieux que vous reconnaîtrez aisément… En conséquence, prenez-là au second degré. Merci de ne pas venir me faire de procès d’intention. Nous devons être sérieux quand ile faut, mais savoir aussi être légers et faire preuve d’auto-dérision. Ça aide.. Bonne lecture que je vous souhaite amusante.

La scène se déroule dans le placard à balais de Pierre Laurent.

Pierre Laurent : Je suis désolé, mais je travaille.

Christine  : Réjouissez-vous ! On va vous donner l’occasion d’arrêter de bricoler dans le vide. Vous allez enfin travailler utile. (Elle se retourne vers Vincent) Pas vrai ?

Vincent : Ah non hein ? Commencez pas à me prendre à parti !

Pierre Laurent : Vous êtes bien gentil mais j’ai pas le temps. Je vais vous demander de bien vouloir vous barrer de ma grande réunion de toute la Gôche !

Christine : Et moi je vous annonce que vous allez vous mettre au turbin pour JLM 2017 comme on vous dit sans ça, vous allez ramasser des tartes dans la gueule ! Pas vrai ?

Vincent : Oui, probablement ! Mais je veux pas rentrer dans les discussions.

***Générique***

Pierre Laurent : Ah non hein ? Vous allez pas revenir me friser la tête avec votre nouveau César pour la présidentielle !

Claire : Le jour où vous serez en mesure de comprendre les rouages de la 5e République, on aura soin de venir vous demander votre avis. En attendant, vous faites ce qu’on vous dit, et vous la bouclez !

Pierre Laurent : Une fois pour toutes je n’ai pas d’ordre à recevoir de vous !

Claire : Oh mais je le connais le couplet sur la préséance des partis politiques à gauche, je reçois mes ordres de bidule (le PC) et pas de machin (le peuple), alors aujourd’hui, je vous ramène un argument de poids.

Jean-Luc Mélenchon : Euh, si c’est de moi dont vous parlez, je vous préviens que ça me plait qu’a moitié. Mais pardon, continuez…

Claire : Notre ancien candidat. Celui qui a déjà obtenu près de 4 millions de voix en 2012 et qui, aujourd’hui, est déjà soutenu par près de 50 000 citoyen-ne-s ! [373 702 le 0/04/2017 à 13h47]. Le fondateur du parti qui a renouvelé la Gauche. Cet homme politique qui a porté le projet “L’Humain d’abord” vendu à un demi million d’exemplaires. Un leader qui remet son destin entre les mains du peuple souverain !

Pierre Laurent : Mais qu’est-ce que vous voulez que ça me foute ?

Jeanne : Eh ben, vous prendrez vos ordres directement de lui désormais ! Ça finira peut être pas vous clouer le bec !

Jean-Luc Mélenchon : Bon qu’est-ce que je dois lui dire comme ordre là ?

Christine : Tiens, par exemple celui dont vous m’avez causé pas plus tard qu’hier, vous vous rappelez ?

Pierre Laurent : Heu, avant que vous fassiez des efforts pour rien, je tiens à vous signaler que du point de vue de la Gauche, un candidat des partis a plus de chances d’être soutenu qu’un homme seul…

Jeanne : Quoi ?

Pierre Laurent : Parfaitement. Notez qu’en tant que N°1 du plus grand parti de la Gauche autre que le PS, je n’en tire aucun orgueil.

Raquel : Non mais là, il vous raconte des chars ! C’est pas ça la 5e République… Lui, il est resté dans la 4ème ! Il n’a pas évolué depuis ! Il s’est trompé de siècle là ! Charlotte, explique-lui…

Charlotte : En fait, tout dépend en effet du périmètre du soutien qu’on attend, celui de quelques milliers de gens ultra-politisés dans les partis, ou celui de dizaines de millions d’électrices et d’électeurs décidé-e-s à renverser la table et à commencer de le faire dans les urnes !

Jeanne – Christine – Claire – Vincent [ensemble] : C’est ce qu’on ne cesse de vous dire !

Lionel : Et puis, cette maudite 5e République, si on veut la terrasser pour faire autre chose et, en premier lieu, rendre le pouvoir au peuple souverain, il va bien falloir accéder au trône d’où on pourra, ensuite mais ensuite seulement, mettre en oeuvre le programme des réjouissances qu’on a conçu tous ensemble :

1/ la Constituante…

2/ le référendum sur la sortie de l’Union européenne, de l’OTAN et des succursales de l’ordre impérial atlantiste,

3/ Imposer une fiscalité juste et là ils vont pleurer…

et tout le reste : la planification écologique, la gratuité des services publics, la grande politique maritime, la révolution géopolitique de notre diplomatie…

Pierre Laurent : En tout cas, moi, je réponds à la Gauche institutionnelle, pas aux révolutionnaires qui ne se reconnaissent plus en elle !

Bob : Et à une claque dans le museau, vous répondez aussi ?

Vincent : Attention Pierre ! Ne nous l’énerve pas le Bob parce que plus personne ici ne répond de rien s’il commence à avoir la moutarde qui monte au nez… Si tu veux, Bob, il est adorable comme type, mais il l’est avec ceux qui ne le font pas trop chier, tu piges ? Manifestement, tu ne connais pas Raoul toi ! Ben, tu risques d’avoir un réveil pénible si tu t’y frottes ! Quand on lui en fait trop à lui, il ne correctionne plus le monsieur, il dynamite, il disperse, il ventile. Et crois-moi, il a le glaive vengeur et le bras séculier. Il est même sorti de 25 années d’abstention pour venir aider à faire le ménage… T’entends ça toi ? 25 années loin de ce que tu représentes et c’est Jean-Luc qui l’en a sorti avec quelques saillies bien construites sur le fond et sur la forme… Ça te laisse rêveur, hein? Bref, à ta place, je me méfierais… Parce que s’il s’y met, ça va vraiment mal se mettre…pour toi !

Pierre Laurent : Est-ce que je dois prendre ça pour une menace ?

Christine : Pour un ultimatum ! Soit vous vous mettez, séance tenante, au service de Jean-Luc Mélenchon ci-devant, et à travers lui au service du peuple français tout entier – ce qui changera de vos habitudes politiciennes de traître et d’éternel looser – soit la petite bande de citoyen-ne-s éveillé-e-s, légèrement allumé-e-s, et provisoirement très en colère que nous sommes ici – va se faire un plaisir de contrer votre entêtement, de fondre sur cette vieille buse que vous êtes, et de vous flanquer une trempe maison !

Pierre Laurent : Non, je ferai rien du tout. Sortez d’ici !

Christine se tourne vers les autres.

Bob : Quoi ? On y va ? On l’avoine ? On lui met la derrouillée de sa vie ?

Lionel : Non, on va passer à autre chose. Frédéric, venez par ici, s’il vous plait… Allez-y ! Expliquez-lui vous aussi puisqu’il ne comprend définitivement rien !

Frédéric Lordon : Moi, je suis tout à fait d’accord. Un candidat de la Gôche, ça ressemble à rien aujourd’hui. Et puis pour gagner la présidentielle en France sous la 5e République, c’est tout à fait foireux !

Clémentine Autain : Ah, ça m’aurait étonné que vous veniez pas foutre votre merde vous !

Bob : Mais elle sort d’où elle ? Je ne l’avais pas vue ! Je savais qu’elle était transparente mais à ce point…

Jeanne : Vous, Clémentine, vous restez en mode “pause”. C’est ainsi qu’on vous aime le plus et que vous êtes le plus utile… On vous réveillera le moment venu.

Jean-Luc Mélenchon : Restez calmes, les ami-e-s ! Conservez cette énergie que je vois croître en vous. Je vais en avoir besoin et m’en servir bientôt !

Pierre, Clémentine, sérieusement, vous commencez sérieusement à me les briser menu ! Je vous rappelle, pour mémoire, que j’en ai rien à foutre de votre gauche fossilisée, de vos mouvements de dinosaures qui ne songent qu’à leurs petits intérêts catégoriels, comme n’importe quel maillon de la chaine capitaliste ! Et vos débats sur les réunions, ou vos réunions sur les débats, désolé de vous le dire avec une certaine rugosité, mais le peuple français, il s’en cogne ! Et plus vous pratiquez ces conciliabules restreints, plus le peuple vous conchie. Vous ne le sentez pas ? Vous ne le savez pas ? Vous ne le percevez pas ?

Claire : Voilà ! Alors Pierre et Clémentine, rendez-nous un petit service : bouclez là ! Traitez avec les glandus qui vous entourent, si ça vous chante ! Les duos comiques – Chevalier et Laspalès, Laurel et Hardy, les chevaliers du fiel, Bourvil et de Funès – ont toujours fait rire… Chacun sa vocation ! Nous, avec Jean-Luc, on va aller chercher le peuple français, là où il est, c’est-à-dire ailleurs qu’à la place du Colonel Fabien, ailleurs que rue Doudeauville, et ailleurs que dans les réunions de la Primaire de la Gôôôôôôche ou de feu le Front de Gauche que vous avez allègrement torpillé pendant trois ans !

Pierre Laurent : Eh ben allez-y alors ! En fait, vous n’êtes que des rouges-bruns qui voulez vous faire élire par des gens qui ne sont pas de la Gauche !

Vincent : Euh attention là, Pierre ! Parce que si je m’y colle aussi, ça va mal se mettre pour toi !

Jean-Luc Mélenchon : Non mais de toute façon, ça va bien ! On ne va pas leur mettre des taquets en boucle jusqu’à demain sous prétexte qu’ils veulent leur primaire ! Ils veulent jouer aux petits chevaux ? Qu’ils y jouent ! Qu’est-ce que ça peut nous faire ! C’est mieux ainsi ! Celui-là [il montre du doigt Pierre Laurent] a été un boulet la dernière fois. C’est bien ce que vous m’avez dit cent fois n’est-ce pas Vincent, Claire, Christine, Jeanne et Bob ? Et s’il n’y avait que vous pour me le dire ! Si vous saviez les milliers de messages que j’ai reçus directement ou que l’on m’a remis de la part de communistes du PCF…

Christine : Oui, vous avez raison ! Tirons-nous d’ici ! À rester enfermés dans ce placard, on pourrait choper la méningite et rester idiots ! De toute façon, c’est un baltringue !

Clémentine Autain : Moi, je vous ferais dire que…

Claire : Non, mais ne te fatigue pas chérie ! On n’a pas besoin de toi non plus ! Parce que justement, on a autre chose à foutre aujourd’hui que de traiter avec des baltringues !

Tous s’en vont, laissant Pierre Laurent et Clémentine Autain seuls.

Jeanne : Non, mais franchement, quel pigniouf celui-là ! Je n’avais pas imaginé que c’était à ce point quand même ! Bon alors et nous ! Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? On s’y met pour de bon au turbin pour aller chercher le peuple, ou on négocie encore avec d’autres branquignols du même style ? Parce que des comme eux, on en a plein à Gauche !

Vincent : On se fâche pour commencer ! On fait les gros yeux et on donne de la voix !

Jean-Luc Mélenchon : Oui, on peut faire ça mais pas que, Vincent ! Je connais ton coeur noble et vengeur. Je sais combien tu veux en découdre avec celles et ceux qui nous ont mis là où l’on est. Mais il faut que tu comprennes que je ne peux plus être un enragé moi-même. À toi de l’être et de continuer à l’être. Ça ne me dérange pas. Il ne faut pas que des faibles ou des timides aient le dernier mot dans mon équipe. Je ne veux pas de seconds couteaux ou de troisièmes canifs élimés autour de moi. J’ai besoin de citoyen-ne-s enflammées qui vont au feu en criant “À l’abordage” surtout quand ils en ont entre les deux oreilles… Mais moi, tel le capitaine du vaisseau, observant la bataille, depuis le navire amiral,  et organisant les assauts, je me dois de doser mon vocabulaire et le ton que j’emploie.

Vincent : C’est exactement ainsi que je vois les choses Jean-Luc ! Moi, je n’ai pas d’autre ambition que de te faire élire. Je suis prêt à prendre des coups. À en donner aussi. On est tous dans cet état d’esprit ici. On se fiche complètement de sortir, de cette campagne électorale, en étant cramoisi-e-s aux yeux des autres, car si on parvient à t’installer – pour quelques temps – au Palais de l’Élysée, on aura fait le boulot. On sera fiers. On ne lâchera pas le morceau mais on sait qu’on aura été compris par les masses. Je dis quelques temps, juste le temps de changer le régime politique et de sortir la France de l’Union européenne et de l’OTAN, pour redonner à son peuple tout le pouvoir souverain dont il fera ensuite l’usage qu’il voudra !

(Claire sort un papier de sa poche)

Jean-Luc Mélenchon : Qu’est-ce que c’est ?

Claire : Un message personnel à ton attention, cosigné par, juste quelques militant-e-s ordinaires. Si je te dis leurs noms, cela te parlera-t-il ? Essayons…

Il y a là Rafaël Correa et puis Nicolas Maduro ; ici je vois Evo Morales, Pepe Mujica et mêmes les deux frères, Raul et Fidel Castro. Et puis il y a ça… Ah, je dois dire que je ne suis pas mécontente de ça, car ça va avoir son petit effet, j’en suis certaine !  C’est grâce à Raquel que nous l’avons obtenu. C’est elle qui a fait ce qu’il faut à l’occasion de son séjour récent aux États-Unis. Non, non, ce n’est pas Hillary Clinton qui s’excuse devant toi d’avoir dit cette connerie sur la France en voulant moucher son concurrent lors d’un débat télévisé. Non, c’est un message de… de… de… tu veux savoir de qui ? Non, pas de Barack Obama. Lui, de toute façon, il est sur le départ. C’est un has-been ! Ou plutôt, c’est un “has never been” ! Non, il s’agit d’un vieux grand-père attendrissant, et rugueux à la fois. Personne ne le connait en France, ou si peu ! Son nom est Bernie Sanders ! Il est candidat à la primaire des Démocrates et est en train de flanquer une sacrée peignée à la Dame de l’Establishment ! Avec un discours clairement de gauche et des slogans que le peuple américain est peu habitué à entendre – c’est un euphémisme ! – il est en train de faire bouger les lignes d’une manière inattendue. La tectonique des plaques va vivre une nouvelle époque d’activité intense… Là, il te dit quelques trucs dont, peut-être, tu pourrais t’inspirer. Et surtout, il te propose un plan concerté de dynamitage de l’ordre impérialiste atlantiste pour le jour où vous serez tous les deux au pouvoir suprême. Avec tout ce que ces militant-e-s ordinaires te conseillent – et te déconseillent – de faire, tu as de quoi méditer. En fait, avant même de les avoir lus, certains des conseils de ce Sanders, tu sembles les avoir entendus au regard de ce que je vois depuis deux semaines…

Crois bien que ça me réjouit car ça fait des mois qu’avec mes proches, je bossais dans mon collectif international pour avoir ce petit papier griffonné amicalement et respectueusement, de leurs mains illustres !

Ce qu’ils écrivent, c‘est de la bombe, Jean-Luc ! C’est LA potion de réussite, fabrication maison, succès garanti. Par contre, son coût est élevé. Va falloir casquer, Jean-Luc ! Pas lâcher des biftons pas quintaux, non, quelque chose de bien plus difficile mais qui est ô combien plus exaltant de tenter : convaincre environ 10 millions de Français de te choisir au premier tour.

Jean-Luc Mélenchon : Vendu ! J’m’y colle ! Comptez sur moi pour vous rendre au centuple ce que vous avez déjà fait – et allez faire – d’ici l’an prochain. Vous incarnez ce peuple insoumis que j’admire.

Claire lui donne le papier.

***Générique***

Lionel : En plus, le problème, c’est pas que une histoire de popularité…

Claire : Nous le savons bien, Lionel, mais il faut déjà qu’il y croit vraiment lui-même or avec tous les nases qui l’ont entouré depuis des années, il faut qu’il se décontamine. Ça ne se fait pas en quelques jours ! Tu sais, au sein du PG et à proximité du PCF, il était soumis à une très haute radioactivité… Mais bon, il semble que le traitement citoyen lui soit des plus bénéfiques. Je sais bien qu’il n’a pas encore, quoi qu’il en dise publiquement, la conviction qu’il peut l’emporter, malgré tous es encouragements qu’il reçoit, si souvent répétés pour lui donner confiance. Il ne se croit pas encore capable de rassembler au-delà de la Gauche or nous, nous savons qu’il PEUT le faire et qu’il VA le faire. Il faut que nous le convainquions de cela et nos frères d’armes de cette belle Amérique alternative et non-alignée lui disent certaines choses de nature à le faire évoluer dans le sens que nous souhaitons.

Christine : Et pour aller à la rencontre du peuple d’en bas, il faut qu’il soit certain d’aller chez des ami-e-s et non chez des “allié-e-s” car avec eux, il a mangé bon ces derniers temps. Et il a encore quelques symptômes de celui qui a été fortement échaudé depuis 3 ans…

Jeanne, Bob, et Vincent [ensemble] : Claire et Christine ont tout dit !

Publicités

2 réflexions sur “ La potion de popularité – un épisode de Kaamelott réécrit… ”

  1. God dam ! Me voilà bien et Alliances Alternatives Sud aussi… qui réunit bien des sensibilités géographiques et culturelles du Sud vers le Nord, y compris un PS. Mais nous sommes engagés dans notre Charte à soutenir les oppositions qui passent par une nouvelle constituante.

    Beau travail Vincent, j’ai eu peur un temps que tu veuilles encore réintégrer de force le Front de Gauche lyophilisé par notre bouche. Mais finalement tu as bien planté le décor d’une très mauvaise volonté irréductible à se laisser récupérer, qui témoigne que nous en sommes arrivés à lâcher prise au cartel du fait même de cela…

    Qu’il soit bien compris que la tactique telle que je l’entends, d’un siphonnage mécanique de la manne militante, n’est pas de forcer les caciques à nous rejoindre, mais qu’ils restent bien là où ils sont puisque leurs militants, plus magistralement les communistes, commencent à nous rejoindre. Rappelle-toi que j’ai époumoné mon clavier pendant très longtemps à le pronostiquer ! Faire un rassemblement dans la diversité des sensibilités dans la lutte, Chacun conservant son identité, sauf qu’un projet est déjà bien là et qu’il va falloir s’y coller.

    L’exercice aurait pu s’esquisser en parallèle dans la dialogue de sourds actuel qui se déroule désormais une fois par semaine à l’Assemblée Nationale entre les protagonistes de la ligne Pierre Laurent – Clémentine Autain et j’ajoute Nouvelle Donne de la Primaire P$, et en face le front P$- EELV pour celui-ci déjà atomisé et partiellement digéré. L’Araignée peut continuer à piéger le reste et à l’avaler. C’est tout ce que ce reste demande pour ne pas avoir la force de jouer sa partie indépendamment. Déjà les « frondeurs » se démontrent dans une posture hégémonique vis à vis de leurs copains des autres formations. C’est à désespérer de faire confiance à tous les Solfériniens, tous courants confondus. Leur certitude entêtée est le ferment de leurs erreurs… Dans leurs esprit, les places sont déjà hiérarchisées à leur avantage.

    On ne lâche rien. Surtout à la stratégie Bolivarienne de Jean-Luc qui se passe des appareils, tout en restant vigilants aux dérives possibles à la Podemos/Syriza. Va falloir aussi faire le deuil de ce côté là Jean-Luc, mais toujours sur la crête de la démonstration car nous aurons besoin de leurs masses dynamiques à l’international, le moment venu.

    Si tu le permets Vincent, je retourne au rang des anonymes qui prennent le chemin de la Marche Populaire. Je n’ai pas à m’y illustrer particulièrement. Tout juste à transmettre avec mes amis AAS, en compagnie de mon partenaire Guillermo Saavedra; la leçon universelle de notre expérience actuelle, surtout s’il y a victoire. Et procéder à la mise en œuvre d’une coopération internationale altermondialiste, aux couleurs du Buen Vivir.

    Paix et amour à vous toutes et tous.

    Votre Claire.

  2. Merci Claire pour ces lignes. Je te comprends bien et tu me comprends bien. Ici, ce n’était que de l’humour, une page de fiction et de délire, quoi qu’il y ait eu quelques propos moins fictifs et moins délirants que d’autres. J’ai mixé humour et dérision avec sérieux en laissant le lecteur libre de retrouver les uns et les autres…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s