Tourner la page – Par Bob SOLO le 03/02/2017

Je n’ai rien contre B. Hamon. Je veux dire, rien contre sa personne. Et je pense que c’est pareil pour les gens qui comme moi soutiennent le projet de la France Insoumise. Mais faut arrêter d’essayer d’éviter les questions pièges, vouloir noyer le poisson et nous clouer le bec en nous faisant passer pour des gens « violents », « agressifs », « pleins de haine », blablabla. Je veux bien admettre que certains puissent perdre leur sang-froid et montent dans les tours au cours des discussions, mais ce n’est sûrement pas l’apanage des Insoumis-es, ni leur marque de fabrique. Si quelqu’un-e de ce mouvement vous rentre dans le lard, je ne vois pas de réaction plus idiote ou de plus mauvaise foi que d’en conclure avec des « ha bin si c’est ça la France Insoumise, oh bin si c’est ça Mélenchon, non merci ». Vieille ruse : pour tuer le message, tuez le messager.

Oui on est chauds bouillants. Oui on est au taquet. Parce qu’on y croit, parce qu’on a retrouvé espoir. Mais on défend des idées, DES IDÉES, un programme, un projet, pour tout le monde, en tous cas pour les gens “comme nous”, les gens “normaux”, “le peuple”, comme ils disent, les gens quoi ! Vous m’avez compris. Évidemment, pas pour les quelques poignées qui se gavent sur notre dos et contre qui on se bat politiquement. Et on commence à être rodés. Croyez-moi, on en a sous le pied. On a des billes. On a des arguments. On a des chiffres. Le travail qui a été fait est énorme. Tout ça n’a pas commencé il y a trois semaines. Ni même trois mois. La dynamique est de notre côté. L’effet primaire est déjà retombé.
*
Aujourd’hui on nous bassine avec des « alliances ». Avec qui ? Des candidats de partis, des chefs de clans. Qui devraient se réunir à trois ou quatre dans une pièce et s’arranger les bidons pendant qu’on attend à la porte ? C’est n’avoir rien compris à la démarche. Parce que la France Insoumise, c’est tout le contraire. Justement parce qu’on en a marre des « arrangements ». On n’en veut plus, on veut décider nous-mêmes pour nous-mêmes. Et c’est à ça qu’on appelle qui veut, en son propre nom, indépendamment de ses appartenances par ailleurs (que ce soit dans des partis, syndicats, collectifs, assos, quartiers, mouvements citoyens, alternatifs, etc – ou dans rien de tout ça).
*
Puisque cette 5e république pourrie n’est pas encore tombée et qu’il y faut un candidat, nous avons un candidat. Il est dans un parti, il en a le droit, comme les autres, mais ce n’est pas à ce titre qu’il est là et qu’il agit. C’est clair dès le départ. Comme chacun-e de nous. C’est le deal. Ce n’est pas une carte de parti ou je ne sais quoi qui nous lie, c’est ce seul contrat moral. Un contrat de confiance. Qu’il soit rompu et tout s’arrête.

*
Et c’est bien pour ça qu’il faut être nombreux, très nombreux. Nombreux jusqu’à ne plus risquer la récupération. Jusqu’à dépasser les partis. Jusqu’à leur montrer qu’on peut y arriver sans eux, qu’on est absolument pas OBLIGÉS de s’en remettre à eux ni n’avoir le choix que parmi les quelques-uns qu’ils nous désignent.

*
Les partis politiques ne sont qu’une forme d’organisation parmi d’autres, mais on sait et on voit trop bien depuis un moment que ça part en vrille et que ça nous confisque le pouvoir de décision. Voilà pourquoi plus que tout nous voulons rester le plus loin possible de cette mauvaise cuisine politicienne qui débouche sur des trahisons, ou pire, des scandales puants.

*
Ce qu’il nous faut pour nous allier, nous unir, nous les gens, nous tous et toutes, ce n’est pas un parti ni un chef, c’est un PROJET. Un projet de société. Sérieux, travaillé et retravaillé par les gens eux-mêmes, venus de partout, de la société elle-même. Et ce projet nous l’avons, il est disponible, proposé et pas imposé. C’est une base très solide pour avancer, commencer vraiment à faire quelque chose d’enfin différent. Nous savons que c’est possible, et encore à notre portée, malgré tout. Nous savons que la mise en œuvre de ce projet améliorerait rapidement et concrètement la vie de tout le monde. Tout le monde.

*
À qui nous traite de violents, nous disons que ce sont avant tout les règles qui nous sont imposées qui sont violentes. Et qu’il faut les changer. Que c’est d’abord le combat politique tel qu’il est devenu qui est violent. Nous n’avons pas de haine. Mais des gens sont clairement en guerre contre nous, nous tous, citoyen-nes, population, peuple. Nous avons choisi de résister. La résistance, qu’est-ce que c’est ? La résistance, c’est une colère née d’une indignation et d’une révolte que la raison transforme en action.

*
Voilà pourquoi on défend ce projet avec passion, et parfois avec colère face à l’injustice, au mensonge, aux tricheries, aux manipulations, puisque décidément dans cette élection rien ne se fait à la loyale. Voilà pourquoi on ne veut pas le laisser être capturé, récupéré ni dénaturé par l’un ou l’autre. Surtout pas par des gens qui voudraient le faire entrer de force dans une logique qui n’est pas la sienne, ou dans de vieilles recettes politiques dont on ne veut plus parce qu’elles échouent toujours plus, et finalement aggravent les problèmes au lieu de les résoudre, aggravent encore plus notre vie concrète, quotidienne.

*
Parce qu’il s’agit bien de ça en définitive. Parce qu’il est devenu impératif qu’on reprenne collectivement le pouvoir sur nos vies, en tant que peuple et individus. Parce que c’est ça la démocratie. Rien d’autre. Parce que cette démocratie, la notre, est en train de crever et nous avec. Et parce qu’à ça, nous ne nous soumettons pas.

*
Rejoignez le mouvement, maintenant. Faites-le pour vous-mêmes.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s