John Fitzgerald Kennedy, le destin brisé d’une autre Amérique – Mon hommage au président assassiné

John F. Kennedy

*

Il y a 54 ans, JFK était assassiné à Dallas, au Texas.

John Fitzgerald KENNEDY était le Président des États-Unis élu en novembre 1960 et ayant pris ses fonctions le 20 janvier 1961. Il était le Président des États-Unis qui avait commencé à réorienter la politique de son pays pour en faire, au plan diplomatique et international, une puissance au service de la paix et de la coexistence pacifique et au plan interne, il avait entamé un processus visant à mieux répartir les richesses. Il signa alors son arrêt de mort.

I / JFK amorce une révolution géopolitique

1er temps : la baie des cochons, avril 1961

Cela commença lors de la crise de la “baie des cochons” en avril 1961. KENNEDY, après avoir longtemps hésité, s’était finalement résolu à autoriser cette expédition barbouzarde de la CIA alors même que son intuition l’incitait à se méfier de ce type d’opération. Clairement, il ne la sentait pas et il n’était pas loin de la désapprouver. Pourtant, à peine arrivé en fonction, il n’osa pas désavouer son prédécesseur EISENHOWER qui l’avait mise sur pied, ni défier ainsi ouvertement le directeur de la CIA qui en avait assuré la préparation avec ses adjoints. En outre, KENNEDY était sensible à la détresse de ces Cubains anticastristes qu’il voyait alors comme des victimes d’un pouvoir ayant dressé Cuba contre ses amis traditionnels d’Amérique.

Il faut savoir qu’avant que KENNEDY ne donne son accord à la CIA pour le lancement de l’opération, il exigea d’elle des réponses circonstanciées et convaincantes à plusieurs questions :

1/ l’expédition militaire serait-elle un succès ? Avait-elle des chances sérieuses de succès ? quels étaient les risques d’échec ? Castro pouvait-il avoir été informé des préparatifs ? Risquait-il d’opposer aux forces de débarquement une résistance de nature à repousser les hommes à la mer ?

2/ une fois le débarquement réussi, comment réagirait le peuple cubain ? allait-il accueillir les mercenaires comme des libérateurs ou risquaient-ils de se liguer contre eux ?

3/ que ferait ensuite l’URSS ? pouvait-on prendre le risque de l’amener à réagir violemment ? si l’URSS voulait exercer des représailles, où frapperait-elle et comment ?

4/ si par malheur l’expédition devait malgré tout échouer, pouvait-on garantir que jamais les États-Unis ne seraient suspectés d’avoir préparé et soutenu cette opération ?

Pour toutes ces questions, la CIA, par la voix de son directeur Allen DULLES, de son directeur adjoint Richard BISSEL, et de son directeur des opérations Charles P. CABLE, assurèrent le Président que tout avait été préparé avec le plus grand soin, dans le secret le plus absolu et qu’il était donc certain que tout se déroulerait selon les plans établis. Ils assurèrent également le Président qu’ils avaient pris en compte de nombreux paramètres pouvant jouer le rôle de grains de sable et qu’ils avaient pris les mesures pour qu’ils ne provoquent aucune complication sérieuse. La CIA se disait extrêmement confiante. La CIA assura KENNEDY du fait que Castro n’avait aucun moyen de se douter de ce qui se tramait parce que tout avait été fait dans le plus grand secret en prenant les plus grandes précautions pour que rien ne s’ébruite. La CIA assura KENNEDY que les moyens militaires à la disposition de CASTRO étaient de toute façon tellement réduits qu’après que le débarquement ait commencé, CASTRO ne serait plus en situation d’empêcher la réussite de l’opération. La CIA assura le Président que le peuple se rebellerait immédiatement contre Castro et prêterait son concours actif à la « libération » de Cuba. La CIA donna aussi à KENNEDY l’assurance ultime : si par un malheur totalement inconcevable, l’opération devait se solder par un échec, jamais le gouvernement des États-Unis, ni même la CIA, ne seraient en situation d’être suspectés puisque tous les matériels militaires employés avaient été maquillés, que rien ne permettrait de tracer les commanditaires de l’opération. Quant à la possibilité pour les Soviétiques de réagir en exerçant des représailles, la CIA rassura KENNEDY en relevant que les Soviétiques n’avaient aucun moyen d’action sur zone, ni à Cuba, ni nulle part sur le continent. Les représailles ne pourraient donc s’exercer qu’ailleurs, peut-être à Berlin mais la CIA était certaine qu’il n’y en aurait pas car les relations entre CASTRO et les Soviétiques, en avril 1961, en étaient encore à leurs balbutiements.

Comme les chefs de l’état-major militaire d’une part, la plupart des « diplomates » d’autre part, appuyèrent les avis de la CIA, KENNEDY finit par se ranger à leur avis et autorisa l’opération mais en l’encadrant très rigoureusement. Il fit savoir, avec la plus grande clarté, à la CIA et aux chefs de l’état-major militaire, que si les évènements devaient mal tourner, jamais il ne donnerait d’ordre d’intervention des forces armées des États-Unis. En effet, les chefs de l’état-major avaient signifié au Président qu’elles seraient alors disponibles pour assister, en cas de besoin, les mercenaires devant débarquer à Cuba. Or, c’est cet engrenage-là, précisément, que KENNEDY refusait avec la plus grande force. Il rappela donc à la CIA et à ses chefs d’état-major qu’il ne changerait pas d’avis, quoi qu’il advienne. Et qu’ils devaient faire avec. C’était à prendre ou à laisser. Et la CIA et les chefs d’état-major acceptèrent le “deal”.

Au cours de la nuit du 17 avril 1961, deux jours après que des avions des États-Unis, maquillés pour ne plus faire apparaître leur origine, aient bombardé massivement les aéroports de Cuba, le débarquement fut organisé. Les mercenaires étaient attendus sur les plages par une force armée cubaine nombreuse et puissamment armée.

Manifestement, CASTRO avait été informé préalablement et avait déployé ses soldats pour accueillir les assaillants ! La CIA s’était donc trompée sur ce point-là.

Le déluge de feu opposé par l’armée de CASTRO aux forces assaillantes fut tellement nourri que ce fut très vite une hécatombe parmi les mercenaires anticastristes. Beaucoup ne purent même pas poser le pied à terre. Ils furent tués avant, alors qu’ils étaient dans les chaloupes de débarquement. Les raids aériens préalables du 15 avril n’avaient donc pas détruit toute la force aérienne de Cuba et Castro put, grâce aux avions qui lui restaient, infliger des dommages terribles aux assaillants qui ont dû vivre la même horreur que ce que vécurent les soldats qui débarquèrent sur les plages de Normandie le 6 juin 1944. La CIA s’était donc trompée également quant au potentiel destructeur des moyens militaires à la disposition de CASTRO.

Alors que les forces de débarquement tentaient de se mettre à l’abri ou de prendre pied sur la plage, la nouvelle de cette attaque se répandit très vite dans Cuba et au-delà. Et de même, l’on apprit très vite que les Cubains opposaient aux assaillants une résistance acharnée faisant tomber les assaillants comme des mouches.

Et quid du peuple cubain ? Se levait-il pour entrer en résistance contre les forces de CASTRO et apportait-il son soutien aux assaillants ? Pas du tout. Les Cubains, tout au contraire, se liguèrent contre les assaillants et apportèrent leur soutien aux forces de CASTRO. Sur ce point encore la CIA s’était trompée…

Le président KENNEDY fut alors appelé en urgence à rejoindre la salle des opérations de la Maison-Blanche et on lui expliqua le désastre en cours. Inutile de dire que les chefs de la CIA et ceux de l’état-major militaire avaient les visages de circonstance. Et inutile aussi de dire quel était le degré de stupéfaction et de colère de KENNEDY. On lui avait donné les garanties que jamais on n’en serait là. Et pourtant on s’y trouvait ! Le désastre était évident. Le seul moyen d’éviter que ça ne tourne au fiasco complet, c’était d’engager immédiatement les forces aériennes et navales des États-Unis. L’US Air Force et l’US Navy pouvaient renverser la donne et faire taire la résistance cubaine. Mais cela impliquait alors une opération de l’armée officielle des États-Unis et de grande ampleur. KENNEDY avait prévenu que cela, il ne l’accepterait jamais. Il tint parole. Il refusa, malgré les pressions intenses de son état-major et de bien de ses conseillers, d’impliquer ouvertement les États-Unis dans l’opération. La CIA devait seule se dépatouiller avec son opération.

Le désastre se confirma donc et au matin le monde entier sut ce qui s’était produit. Ce sont bien évidemment les États-Unis qui furent directement accusés. Pas seulement par les Cubains, mais aussi par les médias américains qui ne doutaient pas que cette opération avait eu forcément, d’une manière ou d’une autre, l’accord du Président. La CIA s’était donc trompée aussi en assurant KENNEDY que jamais un échec ne serait mis sur le compte des États-Unis.

Cela commence à faire beaucoup d’erreurs vous ne trouvez pas ? Et des erreurs d’une certaine gravité, n’est-ce pas ?

Quoi qu’il en soit, KENNEDY assuma publiquement l’échec et ne dit curieusement rien des raisons profondes qui y avaient conduit. Il fit ainsi preuve d’une dignité absolument inattendue de la part d’un dirigeant aussi important que pouvait l’être le Président des États-Unis. Ce faisant, il provoqua l’ahurissement des Américains et de l’opinion mondiale qui n’en revenaient pas de voir un chef d’État reconnaître ainsi publiquement son échec dans une situation aussi délicate. Ce choix de KENNEDY allait lui offrir une grande popularité alors même qu’un tel échec était de nature à le discréditer totalement quelques semaines à peine après son investiture.

Si en public, il fut ce Président qui assume totalement, en privé, il adopta un tout autre comportement. Il fit bien savoir à son entourage au sein de l’administration, de l’armée, de la CIA et des cercles du pouvoir qu’il tenait pour responsables les patrons de la CIA qui s’étaient plantés sur tout ce qu’ils avaient prévu et promis. KENNEDY ne l’oublierait jamais. Cette expérience allait le marquer pour le restant de sa présidence. Jamais plus il ne tiendrait compte des avis de la CIA. Et il se méfierait aussi désormais de ceux de l’état-major militaire. Il ferait désormais appel à des hommes de confiance, très peu nombreux. C’est eux et eux seuls dorénavant qu’il écouterait même s’il devait, pour éviter une crise majeure au sein du pouvoir, conserver des relations avec tous les autres…

KENNEDY attendit quelques mois pour infliger une sanction aux fautifs. Il renvoya le directeur de la CIA et ses deux adjoints précités. Et il précipita aussi le départ du général Lyman LEMNITZER, le président du comité des chefs d’état-major qui fut « expédié » en Europe, à la tête du commandement de l’OTAN ! Son remplaçant, le général Maxwell TAYLOR était un proche de KENNEDY, un homme droit, loyal, raisonnable, qui serait un aide de camp précieux mais qui, pour ces raisons-là, serait vite cantonné, de fait, à un rôle subalterne car les autres chefs d’état-major n’accepteront jamais le successeur de LEMNITZER, jugé à raison trop « Kennedyen » !

Cette première crise que dut affronter KENNEDY lui fit prendre conscience de ce qu’était en réalité le gouvernement des États-Unis. Il comprit alors qu’il aurait bien du mal à contenir à l’avenir les pressions terribles qu’il subirait de nouveau à la première occasion. Et il ne devait pas ignorer qu’il s’était fait de terribles ennemis lors de ces journées de crise. Il devrait maintenant composer avec des ennemis irréductibles, des ennemis très haut placés au sein du pouvoir et disposant donc de moyens de contrainte, de dissuasion ou de menaces; des ennemis irréductibles dans le monde des exilés cubains anticastristes ; des ennemis irréductibles au sein de la CIA et il n’est jamais bon d’être perçu comme un ennemi par des gens qui ont « permis de tuer » c’est-à-dire les moyens matériels, logistiques, humains et financiers de semer la mort et la désolation, mais aussi de maquiller ou de dissimuler leurs actes pour ne jamais risquer d’être impliqués, tout ceci avec l’assentiment de l’État… Mais ce n’est pas tout. KENNEDY s’est fait aussi, lors de la crise de la baie des cochons et de ses suites, des ennemis irréductibles au cœur de l’état-major des armées ; des ennemis irréductibles dans certains cercles washingtoniens ; et des ennemis irréductibles au sein de la mafia qui espérait bien, à la suite du débarquement et du renversement de CASTRO, reprendre pied à Cuba, d’où elle avait été éjectée par CASTRO.

2ème temps : le mur de Berlin, août 1961

KENNEDY se fit de nouveaux ennemis quelques mois plus tard, lorsque fut édifié le mur de Berlin pendant l’été 1961. KENNEDY décida de ne pas réagir à cette provocation de la part de l’Allemagne de l’Est et donc de l’ennemi soviétique.

Beaucoup de gens alors, anonymes ou importants, opposèrent de très vives critiques à cette inaction de KENNEDY qui aboutissait, de fait, à abandonner à leur triste sort des millions d’Allemands de l’Est. Et il n’y avait pas que des ennemis de KENNEDY pour faire ces critiques… On pouvait en effet, tout en restant quelqu’un de raisonnable, tout en refusant la diplomatie de la canonnière, considérer en effet qu’une telle inaction était incompréhensible et pouvait apparaître comme lâcheté.

Pour autant, c’est l’analyse géostratégique de ces évènements que le président KENNEDY et ses proches ont faite qui les a conduits à cette inaction. Ils ont en effet considéré que le seul moyen de stopper ce qui était en train d’advenir impliquait pour les armées des États-Unis d’intervenir en empêchant la poursuite de la construction du mur. Les chars américains se sont ainsi déployés à quelques centaines de mètres de la zone rouge. Ce n’est pas KENNEDY qui a donné cet ordre mais un général en poste en Allemagne. En réaction, les Soviétiques firent de même, si bien que très rapidement, à Berlin, de part et d’autre de la zone qui allait être celle du mur, se firent face des chars des États-Unis et des chars de l’Armée Rouge. La tension grimpa et avec elle, le moindre incident pouvait aboutir à une catastrophe. Du côté des États-Unis, KENNEDY subissait les pressions les plus vives pour intervenir. On lui expliquait qu’il ne pouvait laisser faire. Et outre les habituels « faucons » de son entourage, il fut incité à réagir fermement par le maire de Berlin, un certain Willie Brandt, qui allait être plus tard chancelier de l’Allemagne de l’Ouest. Parmi les gens raisonnables entourant KENNEDY, le sentiment le plus répandu était la crainte de plus en plus vive qu’ils ne perdent le contrôle de la situation et qu’un acte irréfléchi, de la part des militaires américains ou soviétiques sur place, ne mette le feu aux poudres. Il fallait régler le problème au plus vite mais comment faire ?

Finalement, KENNEDY ordonna aux chars de son armée de reculer de quelques centaines de mètres et de stationner dans des rues adjacentes de telle manière que les Soviétiques ne puissent plus les voir et de telle manière surtout que les chars américains ne menacent plus ouvertement la zone soviétique. En échange, les Soviétiques donnèrent le même ordre à leurs propres chars, ce qui fit baisser quelque peu la tension. Mais le problème de fond demeurait. Durant ces heures de crise, les « grands » du monde « libre » se consultèrent avec frénésie. Les uns encourageaient KENNEDY à intervenir, quelles qu’en soient les conséquences, alors que d’autres prêchaient la sagesse, la modération et estimaient que l’on devait régler le nouveau problème posé par le mur non par la guerre mais par la diplomatie. C’est cette option que retint KENNEDY. Alors nous savons que la diplomatie échoua à faire tomber le mur qui allait rester debout jusqu’en 1989. Mais la guerre fut encore évitée ce coup-ci.

Sauf que cette nouvelle expérience renforça les ennemis de KENNEDY qui voyaient la preuve de sa lâcheté, de son incompétence, de sa faiblesse chronique. Certains commencèrent à prétendre qu’en fait KENNEDY était un communiste et que les Soviétiques avaient réussi à installer un des leurs au cœur du pouvoir à Washington. Oui, vous voyez que la phobie des ingérences russes ne date pas d’hier…

Ce nouveau refus d’intervention armée opposé par KENNEDY aux va-t-en-guerre de son gouvernement a accentué très fortement la défiance que ce Président inspirait aux chefs d’état-major de l’armée comme aux pontes de la CIA et aux « spécialistes » de la diplomatie de la canonnière, sans compter toute une série de forces occultes et de cercles de pouvoir qui ont considéré que KENNEDY prouvait là sa nature véritable de traître à l’égard des États-Unis. Oh, bien sûr, ce n’était pas encore ce vocabulaire-là qui était employé dans les allées du pouvoir. Pas encore… Mais ça viendrait bien vite !

3ème temps : la crise des missiles de Cuba, octobre 1962

Lorsque les dirigeants des États-Unis découvrirent, en octobre 1962, que les Soviétiques étaient en train d’installer à Cuba des missiles à courte et à moyenne portée (de quelques centaines de kilomètres à plusieurs milliers), le pays d’abord, puis le monde entier lorsque cela fut rendu public quelques jours après la découverte, entrèrent dans la plus grave crise diplomatique qu’ait connu l’humanité à ce jour. On a souvent dit que le monde était passé au bord du « précipice ». La guerre ouverte entre l’URSS et les États-Unis – donc une guerre mondiale de nature à anéantir toute l’humanité en quelques heures ou quelques jours – a failli être déclenchée. Cette crise est tout à fait exceptionnelle à la fois dans sa gravité, son intensité, et dans son heureux dénouement.

À cette occasion, presque l’ensemble des forces dirigeantes des États-Unis se sont liguées pour contraindre le président KENNEDY à entreprendre non seulement une destruction totale des missiles, mais aussi une invasion de Cuba, un renversement de Castro, et si nécessaire un bombardement nucléaire massif de l’URSS.

Vous vous dites que cela n’est qu’une affabulation ? Que personne, pas même dans l’armée, ne saurait prescrire un tel plan ? Hélas, hélas, hélas ! On a aujourd’hui la preuve que le général Curtis Emerson LEMAY a plusieurs fois défendu un tel plan devant le Président lors de conseils de la sécurité nationale. Cet homme était le chef d’état-major de l’armée de l’air et l’ancien chef du SAC (le Strategic Air Command, c’est-à-dire le commandement des forces aériennes nucléaires des États-Unis, parmi lesquelles les milliers de missiles intercontinentaux représentant des dizaines de milliers de têtes nucléaires). Cet homme-là était, pendant la seconde guerre mondiale, commandant en Asie du Sud-est et il est un des principaux responsables des bombardements massifs sur les villes japonaises. Ces bombardements causèrent des centaines de milliers de morts parmi les civils car c’étaient bien les villes qui étaient prises pour cibles et c’étaient des bombardements incendiaires si bien qu’en plus des explosions dues aux bombes, les incendies étaient des feux de l’enfer et on n’ose imaginer l’horreur absolue vécue par les populations au sol. C’est encore cet homme, Curtis LEMAY, qui joua un rôle important dans le développement de l’arme nucléaire et recommanda fortement son utilisation dès que possible contre le Japon. Aux yeux de beaucoup de gens qui ont étudié la biographie de cet homme, Curtis LEMAY est bien un des pires criminels de guerre de l’Histoire de l’humanité. Il n’avait manifestement aucune peur lors des crises qui éclatèrent sous la présidence de KENNEDY. Il estimait que les Soviétiques devaient être traités avec la plus grande fermeté. Il estimait même que la supériorité militaire des États-Unis était telle que ce pays pouvait « gagner » une guerre nucléaire avec l’URSS. Il acceptait d’office que meurent des dizaines de millions d’Américains, des milliards d’êtres humains. Du moment que les États-Unis survivaient et se basant sur les quantités et les types d’armement à la disposition des Américains et des Soviétiques, il ne doutait pas qu’au final les Soviétiques seraient battus. Il fallait comprendre que d’après lui un « échange » nucléaire entre les deux superpuissances conduirait à ce que les Soviétiques aient utilisé leurs dernières armes bien avant d’avoir tout détruit aux États-Unis et bien avant d’avoir tué tous les Américains. Il était certain qu’il resterait aux chefs survivants des États-Unis assez de moyens nucléaires pour avoir le dernier mot sur l’ennemi.

Ce que je vous raconte là n’est pas un délire mais c’est en gros ce qu’a pu en dire Robert McNAMARAa qui fut le secrétaire à la Défense de KENNEDY puis de JOHNSON. D’autres que lui confirmèrent ces propos et évoquèrent à mots plus ou moins couverts la « folie » de ce général LEMAY.

C’est d’ailleurs ce général qui inspira à Stanley KUBRICK le personnage du général fou dans le film « Docteur Folamour ».

Pour revenir au sujet dont je me suis quelque peu éloigné du fait de cette digression à propos de LEMAY, je rappelle que la plupart des « conseillers » civils et militaires de KENNEDY, comme la plupart des chefs d’État et de gouvernement du monde « libre » se sont rangés derrière lui à l’occasion de la crise des missiles cubains d’octobre 1962.

Tous lui ont dit être prêts à tout, y compris à le soutenir dans les mesures les plus dures face à l’agression caractérisée exercée par les Soviétiques, quitte à devoir entrer en guerre contre eux ! On se rappelle le choix immédiat du général DE GAULLE… Il ne fut pas le seul chef d’État mais simplement le premier à réagir. À la vitesse de l’éclair !

KENNEDY comprenait bien la gravité absolue de la crise qui s’ouvrait et discernait bien les conséquences qu’engendrerait le déclenchement d’un conflit ouvert entre l’URSS et les États-Unis. Une fois de plus, il fit tout ce qu’il put pour l’éviter. Et il y parvint. Pas tout seul évidemment. Certains de ceux qui l’entourèrent durant ces terribles « treize jours » de crise intense furent eux aussi de véritables amis de l’humanité, de véritables « sauveurs » pourrait-on même dire sans exagérer le propos ! Et même du côté soviétique, il y en eut de ces « sauveurs », de ces gens raisonnables qui firent leur possible pour régler le différend par la diplomatie. On peut vraiment être redevables à tous ces Américains et à tous ces Soviétiques d’avoir su manœuvrer avec une telle maestria dans une situation aussi terrible.

Bien des évènements auraient pu mal tourner. Il y eut des moments de crise tellement paroxystiques qu’il s’en est fallu de presque rien pour que tout explose. Parmi les croyants (ce qui n’est pas mon cas), beaucoup sont convaincus que Dieu est intervenu pour sauver l’humanité pour qu’elle ne bascule pas dans la folie ouverte… Pour ma part, je pense que nous avions, en ces moments-là, à Washington comme à Moscou, dans les unités américaines déployées à l’occasion du blocus de Cuba, comme dans les forces soviétiques qui leur faisaient face, les bonnes personnes à la bonne place, pour contenir celles qui s’employaient à tout faire péter ! Oui, je crois que les héros de cet épisode de crise exceptionnelle ne sont pas que dans les allées du pouvoir suprême mais qu’on les trouve aussi parmi certains responsables moins importants des armées rivales. Ceux-là ont su garder leur calme en toute occasion et ne pas répondre à nombre de provocations. Quand on repense à toutes ces provocations infligées aux Soviétiques par les Américains, on a vraiment des sueurs froides, et on est saisi d’effroi de réaliser ce à quoi nous avons échappé !

Cette crise-là était perçue par beaucoup dans l’entourage de KENNEDY et au sein du pouvoir, comme l’occasion rêvée pour les États-Unis de reprendre la main à Cuba. Or KENNEDY s’y refusa. Une fois de plus !

Inutile de vous dire que tous ceux qui avaient déjà tant à reprocher à ce Président depuis deux ans et demi qu’il était en place devinrent des ennemis véritablement enragés et incontrôlables. Le processus qui allait conduire à son assassinat à Dallas le 22 novembre 1963 avait, sans nul doute, été déjà engagé mais il est clair que la détermination des « assassins » se renforça massivement en octobre 1962. Et il ne fait guère de doute que ceux qui, dans le monde des adversaires de KENNEDY, pouvaient encore avoir quelque hésitation à organiser l’assassinat du Président des États-Unis abandonnèrent, à cette occasion-là, leurs dernières préventions.

4ème temps : le refus de KENNEDY de s’engager dans la guerre du Vietnam

La question de savoir quand a commencé la guerre du Vietnam et qui en est le principal coupable fait débat. Mais en fait, si l’on veut pouvoir répondre à ces questions, il est nécessaire de clarifier le propos. Car « la guerre du Vietnam » n’est pas une réalité univoque. C’est une immense tragédie mais qui a diverses facettes. On ne peut la qualifier correctement et désigner ses coupables que si l’on comprend bien la chronologie.

C’est sous EISENHOWER que les premiers soldats américains posèrent le pied au Vietnam. Le président EISENHOWER avait en effet été convaincu par ses conseillers civils et militaires qu’il fallait aider le gouvernement du Sud-Vietnam à se défendre face à la menace que le gouvernement communiste du Nord-Vietnam faisait courir sur l’intégrité du pays et sa place dans le monde « libre ».

Pour autant, EISENHOWER n’apporta au gouvernement du Sud-Vietnam qu’un soutien timide, limité à l’envoi de seulement quelques centaines de « conseillers militaires ». Ainsi, non seulement ces « soldats » étaient très peu nombreux, mais en outre ils avaient des consignes très strictes. Ils étaient envoyés dans ce pays d’Asie du Sud-est pour conseiller les forces armées du Sud-Vietnam mais en aucune façon pour participer eux-mêmes aux combats. Ce n’étaient donc pas des combattants même si c’étaient des soldats.

On peut donc bien sûr soutenir que c’est EISENHOWER qui a déclenché la guerre du Vietnam puisque c’est lui qui a envoyé sur place les premiers GI’s. Mais l’honnêteté implique de reconnaître qu’envoyer à peine quelques centaines d’hommes quand on est les États-Unis, et qu’en outre on cadre les choses en limitant l’action de ces hommes à du « conseil » et en refusant expressément qu’ils participent aux combats ne cadre pas vraiment avec l’accusation d’avoir déclenché la guerre du Vietnam. Ce n’est clairement pas EISENHOWER qui est responsable de la guerre du Vietnam. Vu la faiblesse de l’engagement américain d’alors, les successeurs d’EISENHOWER pouvaient très bien décider de ne pas aller plus loin, voire de rappeler les quelques soldats. EISENHOWER laissa à son successeur le soin de prendre les décisions requises.

Le successeur d’EISENHOWER était KENNEDY. Et durant les deux premières années de sa présidence, KENNEDY ne prit pas de décision stratégique majeure à propos du Vietnam. On le lui reprocha d’ailleurs beaucoup. On parlait de son irrésolution. Et de fait, il l’était car il ne percevait pas bien ce que les États-Unis devaient faire ou pouvaient faire aussi loin de leur pays. Mais il ne pouvait pas non plus, au regard de la menace croissante, renvoyer les soldats au pays et abandonner ainsi le gouvernement du Sud-Vietnam, ce qui aurait signifié que le Nord-Vietnam pouvait entreprendre sans crainte la conquête du Sud-Vietnam.

Il resta donc dans cet entre-deux, sans revenir sur ce qui avait été décidé par son prédécesseur mais sans accentuer non plus de manière notable la pression militaire sur le Nord-Vietnam.

Les seules décisions que prit KENNEDY entre son accession au pouvoir en janvier 1961 et la fin de 1962 furent d’augmenter légèrement le contingent militaire au Sud-Vietnam. C’est ainsi que de de quelques centaines d’hommes, on est passé à quelques milliers. Certes, cette croissance de l’effectif militaire n’était pas négligeable et il ne s’agit pas de l’ignorer. C’est bel et bien KENNEDY qui en a décidé ou plutôt c’est KENNEDY qui a validé les demandes de son état-major sur ce point. Il leur a aussi donné satisfaction en acceptant d’abandonner le rôle restreint de conseil pour autoriser une participation active aux combats. Il faut dire que la pression qu’exerçaient les Nord-Vietnamiens, assistés des Chinois, se faisait de plus en plus vive et les Sud-Vietnamiens ne parvenaient pas à la contenir.

KENNEDY a donc assumé la montée en puissance des opérations militaires. Il ne saurait être considéré comme totalement innocent de la guerre du Vietnam. Pour autant, quelques milliers d’hommes et bien peu de batailles, cela ne fait pas une guerre à proprement parler.

Ce n’est véritablement que sous la présidence de son successeur, Lyndon JOHNSON, que la guerre du Vietnam a commencé pour de bon, dans les années 1964-1965. Après l’incident du golfe du Tonkin en août 1964 et ses conséquences : le vote, le 7 août, de la résolution du congrès donnant à JOHNSON carte blanche pour lancer la guerre contre le Nord-Vietnam. Et surtout, après l’élection de JOHNSON en novembre 1964.

C’est sous JOHNSON que l’effectif militaire des États-Unis au Vietnam va passer de quelques milliers d’hommes à plus de 500 000. C’est sous JOHNSON que les forces armées américaines vont engager de véritables batailles de guerre contre les armées du Nord-Vietnam. C’est sous JOHNSON que le corps expéditionnaire des États-Unis va utiliser massivement la force aérienne pour bombarder le Nord-Vietnam. Cette fois, les militaires du Sud-Vietnam n’étaient plus que les subalternes des Américains qui menaient la guerre eux-mêmes, avec leurs hommes, selon leurs plans, avec leurs moyens matériels, sous les ordres de leur état-major, et de leur Président.

La guerre du Vietnam est bien « la guerre de JOHNSON » comme l’écrivit un historien américain.

Si la guerre du Vietnam a été principalement décidée sous et par JOHNSON, la question se pose donc de savoir quel rôle fut celui de KENNEDY.

Sans revenir à ce que j’ai déjà écrit plus haut, je dirais que l’état-major militaire, nombre de « diplomates » et de conseillers civils du Président KENNEDY préconisaient un engagement accru au Vietnam. Beaucoup de gens qui gravitaient autour de KENNEDY, que ce soit au sein du Secrétariat à la Défense, du Secrétariat d’État, ou de l’état-major des armées, l’incitaient à oser engager plus avant les forces armées des États-Unis. Or il rechignait à cela. Il doutait de plus en plus, au fur et à mesure que le temps passait, que les Américains « puissent gagner là-bas ». Il ne cessait de réclamer des compte-rendu de la situation. Il mettait en doute les retours que lui faisaient les « faucons » et mettait de fait en concurrence les avis des uns et des autres, penchant de plus en plus manifestement pour le refus de s’engager davantage.

D’un côté, KENNEDY, comme la plupart de ceux qui dirigeaient le pays avec lui, étaient convaincus par la fameuse théorie des dominos voulant que si un pays d’une région donnée basculait dans le communisme, tous les pays de la région risquaient de faire de même. Il fallait donc l’empêcher. Mais si presque tout le monde était d’accord avec ce principe, les modalités de sa mise en œuvre concrète faisaient débat. On retrouvait alors, comme toujours, opposés les uns aux autres, d’un côté les faucons (adeptes de la manière forte et donc ne renâclant pas à l’usage de la force armée) et de l’autre côté les colombes (adeptes de la diplomatie). On avait d’un côté ceux qui estimaient qu’il était plus raisonnable d’agir et de l’autre ceux qui considéraient qu’il était prudent d’attendre et de ne pas adopter de décision de nature à envenimer la situation. Il y avait d’un côté ceux qui restaient fermes dans leurs convictions et de l’autre ceux qui évoluaient d’un jour à l’autre, d’une semaine à l’autre, d’un mois à l’autre, au gré des circonstances heureuses ou tragiques, des discours des fortes personnalités du gouvernement ou d’autres motifs plus ou moins ambigus.

Au milieu de tout cela, le Président devait rendre des arbitrages et prendre des décisions. Mais KENNEDY lui-même ne savait pas trop où aller sinon qu’il refusait d’être le Président qui déclencherait un conflit abominable. Car il avait déjà la prescience, l’intuition, qu’une guerre du Vietnam serait une abomination.

5ème temps : après la crise des missiles de Cuba, l’ère nouvelle et prometteuse de la coexistence pacifique

Alors qu’au sommet du pouvoir, le débat prenait de l’ampleur sur la question de savoir si l’on devait ou pas faire la guerre au Vietnam, vint la crise des missiles de Cuba en octobre 1962 et cette crise provoqua chez KENNEDY un trouble majeur.

Il remit alors en question bien des choses que les dirigeants des États-Unis considéraient jusque-là comme acquises ou dont ils estimaient qu’elles ne pouvaient souffrir aucune discussion. Il entreprit d’ouvrir une nouvelle phase des relations internationales que l’histoire appela ensuite « coexistence pacifique » car il y eut bien, à la suite de la crise des missiles de Cuba, un certain apaisement dans la relation entre les deux superpuissances et donc plus largement entre les blocs, même si, dans le même temps, des conflits meurtriers – dits de basse intensité en langage géopolitique – allaient perdurer ou naître. Mais il s’agissait alors de conflits locaux ne mettant aux prises qu’indirectement les deux géants.

Donc, à la suite de la crise des missiles de Cuba en octobre 1962, KENNEDY et quelques conseillers de son entourage, ceux qui étaient les plus proches de lui, commencèrent à travailler, dans le plus grand secret, à un plan de retrait du Vietnam. Le premier semestre de 1963 fut consacré à la préparation de ce plan. De nombreuses rencontres eurent lieu entre les officiels américains et les officiels du Sud-Vietnam mais il y eut aussi des rencontres bien plus discrètes entre des personnes qui avaient la confiance de KENENDY et divers acteurs de la guerre du Vietnam.

Dans le même temps, KENNEDY et ses proches entamèrent une forme d’éducation de l’opinion. Ils préparèrent les consciences à l’évolution stratégique majeure que KENNEDY avait l’intention d’engager.

C’est ainsi pendant l’été 1963 que deux évènements majeurs eurent lieu qui inauguraient la nouvelle période de coexistence pacifique :

D’une part, fut signé à Moscou, le 5 août 1963, le traité d’interdiction partielle des essais nucléaires et les États-Unis comme l’URSS signèrent ce traité. C’était un acte fondamental pour les relations internationales qui témoignait de la bonne volonté des deux parties.

D’autre part, KENNEDY redoubla d’efforts pédagogiques pour faire passer son message de paix. Le 10 juin 1963, il fit un discours remarquable et remarqué à l’Université de Washington. Il tendit la main publiquement et solennellement aux Soviétiques leur proposant d’engager avec eux une coopération dans plusieurs domaines. Il montra sa bonne volonté, il expliqua qu’il comprenait les Soviétiques, il suggéra que leurs désaccords se règlent tranquillement et qu’aucune des deux superpuissances ne tente plus, par la force ou la contrainte, d’imposer ses vues à l‘autre. Il osa même adresser des compliments et saluer la réussite des Soviétiques dans certains secteurs. C’était sans précédent.

Tous ces choix de KENNEDY firent grincer des dents. Ils provoquèrent même l’ire de beaucoup de gens dont certains très haut placés dans l’armée ou dans les milieux de pouvoir.

KENNEDY était en train de dire publiquement qu’il allait devenir un Président défendant la paix, tolérant l’existence du monde communiste, et se préparant même à travailler avec lui en bonne intelligence.

Aux yeux de ses adversaires et ennemis, JFK avait même poussé le vice, avec « son » traité d’interdiction des essais nucléaires, jusqu’à empêcher son pays de mener de nouvelles expériences indispensables pour sa sécurité. Ce faisant, il réduisait les capacités de défense de son pays. Cela était donc bien une nouvelle preuve qu’il était en réalité au service des Soviétiques.

Comment croyez-vous que cette révolution stratégique a été reçue chez les chefs d’état-major qui n’avaient qu’un seul objectif : vaincre l’URSS ?

Comment croyez-vous que cette révolution stratégique a été reçue par les chefs de la CIA qui n’avaient qu’un seul but : imposer partout la domination absolue de l’Empire capitaliste ?

Comment croyez-vous que cette main-tendue au monde communiste a été reçue par les anti-communistes si nombreux et si puissants aux États-Unis ?

Il est clair comme de l’eau de roche que KENNEDY vivait là son dernier été…

Bien que KENNEDY considérât qu’il devrait attendre d’être réélu en novembre 1964 pour engager concrètement la révolution géopolitique à laquelle il songeait, parce qu’il estimait que de tels changements ne pouvaient se décider qu’après une élection au cours de laquelle le débat aurait eu lieu sur le sujet, il amorça les premières décisions dès le mois de septembre 1963.

Ainsi, il prit une décision consistant à ordonner le retrait de mille premiers soldats du Vietnam avant la fin de 1963, et l’ensemble des militaires américains (c’est-à-dire quelques milliers) devraient avoir quitté le Vietnam avant la fin de 1964.

Cette décision-là mit le feu à Washington. KENNEDY commençait à mettre en œuvre sa révolution géostratégique et en outre, on voyait l‘opinion publique américaine basculer de plus en plus clairement dans le soutien à ce Président. Qu’il ait réussi à gérer la crise des missiles de Cuba sans violence et sans guerre, qu’il ait ensuite réussi à amadouer les Soviétiques et à leur faire signer le traité d’interdiction partielle des essais nucléaires, qu’il ait parlé abondement de paix et qu’il ait agi concrètement en cohérence avec ce discours a emporté les cœurs et les esprits des Américains au cours de l’été 1963 et du début de l’automne. On le vérifiera avec le voyage au Texas les 21 et 22 novembre puisque KENNEDY y fut accueilli avec beaucoup de ferveur par les Texans, même à Dallas, alors que tout le monde savait combien KENNEDY était haï dans cet État en général, et tout particulièrement à Dallas.

Oui, les décisions prises par KENNEDY en ce mois de septembre 1963 allaient constituer de nouveaux chefs d’accusation aux yeux des commanditaires de son assassinat lequel interviendrait deux mois plus tard.

Il est évident que les décisions de septembre ne seront jamais mises en application. Elles seront écartées discrètement par le nouveau Président ou plutôt reformulées pour leur faire dire l’inverse de ce qu’elles prescrivaient.

JFK 2

II / JFK entame aussi une « révolution » en politique intérieure…

JFK et les puissances du capitalisme

Outre ces « controverses » relatives aux choix géopolitiques du Président des États-Unis, on assista également, cette fois au plan de la politique intérieure, à des conflits d’une extrême violence durant les presque trois ans de la présidence KENNEDY.

Il y eut bien évidemment le problème des « Noirs » mais il y eut aussi le conflit entre KENNEDY et les « pontes » du capitalisme américain.

KENNEDY s’était en effet dressé à la fois contre les discriminations et les violences monstrueuses dont les Noirs étaient victimes, notamment dans les États du Sud, et cela n’avait pas aidé à sa popularité dans bien des milieux, mais il s’était aussi fortement impliqué contre les abus du système capitaliste, en tentant notamment de mieux répartir les fruits de l’économie de son pays par une réforme fiscale qu’il ne put jamais faire aboutir. Il essaya aussi d’imposer une augmentation régulière des plus bas salaires mais les États-Unis ne sont pas la France et le « gouvernement » ne dispose pas en la matière du pouvoir que détient le gouvernement français. Aux États-Unis, même le Président ne peut imposer ses vues. Il doit convaincre ou bien, pour réussir à contraindre les patrons, il doit être très largement soutenu, non seulement par l’opinion bien sûr, mais aussi et surtout par les autres pouvoirs, au premier rang desquels le Congrès. Et les Démocrates du Congrès n’étaient pas convaincus par l’utilité de cette mesure de justice sociale.

JFK s’opposa aussi aux patrons de l’acier. Ce fut une courte dispute mais extrêmement violente. Les mega-patrons prirent une décision d’augmentation des prix qui était de nature à saper l’économie du pays et KENNEDY tenta de les raisonner, en vain ! Alors il entreprit de les faire plier. Il n’y réussit pas dans un premier temps. Les patrons se raidirent et à l’occasion de ce conflit entre le Président et les plus grands patrons du moment, on entendit fleurir partout aux États-Unis l’accusation voulant que le Président fût adepte du communisme. C’est pour cela qu’il tentait d’imposer sa loi à des chefs d’entreprise, ce qui, dans un système capitaliste, était tout à fait anachronique et intolérable. Selon ces accusateurs, KENNEDY faisait la preuve une fois de plus qu’il était bien à la solde des communistes.

KENNEDY ne réussissant pas à faire changer d’avis les patrons, il s’employa à réclamer le soutien de l’opinion. Il prit à témoins les Américains et expliqua comment il interprétait la décision de ces patrons. Il usa d’un discours très ferme et accusa les patrons en question de vouloir détruire l’économie américaine pour leur seul bénéfice égoïste. Ce n’était évidemment pas un discours que l’on avait l’habitude d’entendre chez un haut dirigeant américain, a fortiori si ce dirigeant est le premier d’entre eux…

Dois-je vraiment dire une fois de plus combien ce KENNEDY-là creusait sa tombe ?

Il réussit pourtant son pari dans cette affaire. Le soutien massif de l’opinion qu’il engrangea fit plier les inflexibles mega-patrons de l’acier qui abandonnèrent la hausse des prix qu’ils avaient décidé ensemble.

KENNEDY  en retira un nouveau crédit dans l’opinion qui voyait en lui un Président manœuvrant à merveille et qui non seulement sauvait la paix dans des circonstances exceptionnellement dangereuses, mais en outre réussissait à alléger un peu, par ses interventions ou celles de ses proches, notamment de son frère, les peines des Noirs dans les États du Sud, mais aussi à favoriser l’intérêt général quand certains aux États-Unis abusaient de leur position dominante comme ce fut le cas avec la dispute engagée avec les patrons de l’acier.

La vision « sociale » de la politique économique qu’avait KENNEDY déplut à beaucoup de gens très puissants aux États-Unis. Et parmi ceux-là aussi, on trouve beaucoup de ses ennemis, des gens ayant les moyens de participer, d’une manière ou d’une autre, à l’organisation de son assassinat, d’y pourvoir en la finançant avec leurs richesses.

JFK, pas vraiment un homme du système

Vous voyez, avec le rappel de tous ces éléments de la politique intérieure et extérieure de KENNEDY, qu’il n’était vraiment pas l’homme du système, quand bien même il était issu des classes les plus aisées. Au contraire, il avait la ferme intention de changer radicalement les choses.

Or, cette révolution stratégique et géopolitique-là, destinée à mettre les États-Unis sur la voie de la paix et d’un partage accru des richesses, ne plaisait pas à ce qu’on appelât longtemps le « complexe militaro-industriel » et qu’on désigne aujourd’hui sous l’expression « État profond » (voir à ce sujet le remarquable livre de Peter Dale Scott). Et elle déplaisait fortement aux oligarchies qui régnaient en maîtres absolus, appuyés sur leurs richesses et leur assise au cœur du système économique, financier et juridique.

Dans les coulisses du pouvoir, au sein notamment de ce pouvoir occulte, si prégnant aux États-Unis, JFK s’était fait des ennemis résolus. Or ces gens-là avaient le pouvoir de nuisance ultime : celui de le faire disparaître et de faire croire à tout le monde que les assassins n’étaient pas là où ils étaient. Ces gens-là avaient le pouvoir et les outils pour transfigurer leur crime en une histoire qui n’avait plus rien à voir avec la réalité de la tragédie qui avait eu lieu.

Ainsi donc, JFK tomba sous les balles d’un prétendu assassin solitaire, le malheureux Lee Harvey Oswald, un des nombreux boucs émissaires qui furent désignés, ces années-là, à la vindicte populaire pour bien dissimuler les véritables commanditaires.

Parmi ces commanditaires, il y avait certaines personnes de cet État profond qui regroupe les grandes entreprises, la finance, les chefs des armées, les services de sécurité. Mais il y avait aussi d’autres personnes, n’étant pas à proprement parler issues de cet État de l’ombre.

L’assassinat de JFK est en effet l’œuvre d’un gigantesque complot auquel prirent part également de puissants mafieux, de richissimes industriels du pétrole, des extrémistes racistes – viscéralement, maladivement, névrotiquement – anticommunistes.

Chacun d’entre eux prit sa part dans cette gigantesque œuvre criminelle que favorisèrent aussi le Secret Service, chargé pourtant de la protection rapprochée du Président des États-Unis, mais aussi le FBI, ainsi que des personnes bien placées au sein des services de la mairie et de la police de Dallas.

Ensuite, le successeur de JFK, Lyndon Baines Johnson – ou LBJ pour les intimes – couvrit l’affaire. Et cette entreprise de dissimulation fut incarnée, à son corps défendant, par le Président de la Cour Suprême, Earl Warren, qui donna son nom d’une part à la commission qui fut chargée – officiellement – d’enquêter sur la mort du Président KENNEDY – en réalité de fabriquer une explication mensongère crédible – et d’autre part au fameux rapport de cette commission.

Pourquoi l’assassinat de JFK nous parle à nous aussi qui avons le cœur à gauche

Pour beaucoup, notamment pour beaucoup de gens de gauche en France, John KENNEDY, ce n’est qu’un Président américain parmi les autres, ce n’est qu’un milliardaire parmi les autres, ce n’est qu’un nanti parmi les autres, ce n’est qu’un ennemi parmi les autres.

Mais pour celles et ceux qui ont étudié sa vie, son œuvre, son assassinat, et plus largement l’histoire des États-Unis, la réalité est tout autre. Certes, nanti, milliardaire et Président, il l’était. Mais il avait une vision politique assez hostile au monde qui était le sien et surtout une volonté chevillée au corps – qui se renforça constamment chaque jour qui passa entre son investiture le 20 janvier 1961 et son assassinat, le 22 novembre 1963 – de changer son pays assez radicalement pour que des forces se liguent contre lui et l’empêchent de mener à bien son projet en employant la violence ultime et sans assumer leur acte.

JFK assassiné, tout fut différent. Ou plutôt, rien ne changea. Les États-Unis demeurèrent la puissance malfaisante qu’ils avaient été jusque là alors qu’il avait commencé à prendre les décisions qui allaient faire bifurquer le pays vers un autre destin.

Aujourd’hui, les archives déclassifiées sont assez nombreuses pour établir avec certitude que l’assassinat de JFK, comme d’ailleurs celui de son frère Bobby en juin 1968 à Los Angeles, et quelques autres assassinats de la période, a des motivations très différentes de ce que dit l’Histoire officielle. Et d’autre part, ces archives disent – et montrent – assez de choses pour que l’on comprenne pourquoi KENNEDY fut assassiné, et pourquoi ce crime fut maquillé.

L’assassinat de KENNEDY n’est rien moins qu’un coup d’État dans la mesure où la politique qu’il avait commencé à mettre en œuvre fut stoppée net et abandonnée au profit de la même habituelle politique belliqueuse et impériale.

54 ans après ce crime d’État, l’Histoire officielle est toujours celle d’un acte isolé perpétré par un « fou », un « communiste », un ancien « traître » à son pays qui, deux jours après son crime, fut assassiné à son tour par un autre homme « dérangé ». La police n’eut besoin que de quelques heures pour trouver le coupable. Le FBI confirma la thèse quelques semaines plus tard dans un rapport officiel que la commission Warren confirma dans son propre rapport publié en septembre 1964.

Peu importe pour l’histoire officielle que depuis lors, des dizaines, des centaines d’enquêteurs aient mis au jour des centaines, des milliers de faits invalidant cette explication officielle.

Peu importe que depuis, des dizaines de témoins, jamais auditionnés par les autorités en 1963 et 1964, aient apporté des éclairages nouveaux, en cohérence les uns avec les autres, et avec ce que l’on savait déjà par ailleurs, contredisant tous les points de l’explication officielle.

Peu importe que depuis la commission Warren, une commission tout à fait officielle, organisée par la Chambre des Représentants (le HSCA pour « House Select Committee on Assassinations » c’est-à-dire le « Comité de la Chambre des Représentants pour les assassinats », qui enquêta, dans les années 70, sur les assassinats de John KENNEDY et de Martin LUTHER-KING), ait contredit ouvertement de très nombreuses affirmations de la commission Warren.

Peu importe que depuis la tragédie de Dallas, d’autres commissions du Congrès aient mis au jour les pratiques criminelles du gouvernement des États-Unis et de la CIA en particulier, établissant ouvertement qu’elle est derrière de très nombreux assassinats de chefs d’État ou de gouvernement, de ministres, de personnalités importantes, comme elle est un acteur essentiel de très nombreux coups d’État dans le monde.

Peu importe que toutes ces années aient mis au jour l’énormité du crime de Dallas. L’histoire officielle continue à répéter que JFK a été assassiné par un homme seul et que la suite de ces évènements ne fut qu’une succession de faits isolés les uns des autres.

Alors, évidemment, cela fait déjà des décennies que la majorité des Américains ne croient plus dans cette fable. Mais ils n’ont rien fait pour changer le sens de l’histoire officielle. Et cette histoire officielle trouve même régulièrement de nouveaux porte-parole, de nouveaux griots, de nouveaux bardes pour la conter et donner le sentiment que de « nouveaux éléments » viennent redonner une authenticité et une crédibilité à l’explication officielle.

L’immense majorité des gens ne lisent pas ce qui s’écrit de sérieux sur le sujet. L’immense majorité des gens s’informent à travers les médias officiels et donc beaucoup, même s’ils prennent leurs déclarations avec distance, en intègrent malgré tous les postulats et les conclusions.

Et puis, aujourd’hui, en 2017, c’est désormais si loin, cet assassinat de Dallas ! À quoi bon en parler encore ? Tout a été dit dessus, non ?

Or cet assassinat de Dallas dit tellement de choses des États-Unis. Il dit tellement de choses du gouvernement de cette puissance mondiale. Il dit tellement de choses sur les structures du véritable pouvoir aux États-Unis. Il dit tellement de choses sur le fond criminel et machiavélique des oligarchies qui contrôlent ce pays.

Se replonger dans cet assassinat et étudier ce qui s’est écrit à ce sujet, c’est bien sûr reprendre contact avec ces années 60 qui étaient si cruelles et si violentes aux États-Unis, et si dangereuses pour la stabilité et la paix du monde.

Mais discerner, derrière « l’éclat des mensonges officiels et la splendeur épique et anesthésiante » de certains compte-rendus sur le sujet, la réalité noire des évènements, c’est aussi et surtout faire œuvre utile pour l’humanité. Car c’est comprendre qui a le pouvoir réel aux États-Unis, et pas que dans ce pays d’ailleurs ! C’est comprendre jusqu’où sont capables d’aller les détenteurs de ce pouvoir. Or, lorsqu’on sait, on est plus à même de réagir comme il faut et on est davantage lucide quand des évènements du même ordre, voire plus graves encore, se produisent.

Et justement, il s’est produit un évènement tragique, du même ordre que l’assassinat de KENNEDY  en 1963, mais d’une ampleur criminelle, et d’une portée géostratégique, autrement plus gravissimes. C’était le 11 septembre 2001 !

Lorsqu’on a étudié des dizaines de livres, vu des dizaines de documentaires, passé des centaines ou même des milliers d’heures depuis vingt ans à travailler sur l’assassinat de KENNEDY – et même « des » KENNEDY –, lorsqu’on a étudié l’histoire des États-Unis, notamment celle des années 50 et 60, lorsqu’on s’est intéressé de près à ce qui fonde et à ce qui fait ce pays, eh bien voyez-vous, on perçoit et on retrouve, dans l’horreur du 11 septembre, bien des éléments déjà présents dans la tragédie de Dallas. De quoi en faire de nombreux livres. D’ailleurs il en existe sur le marché.

Ce n’est pas mon propos ici que de venir sur ce terrain mais en ces temps où le capitalisme et l’impérialisme sont de plus en plus contestés partout dans le monde, en ces temps où les dominants perdent du terrain dans l’opinion partout dans le monde, en ces temps où le pouvoir des puissants vacille de plus en plus, il est utile de se souvenir qu’ils ne se laissent jamais éjecter du pouvoir en restant passifs. Ils sont capables du pire pour se maintenir, comme ils sont capables du pire pour convaincre les foules hésitantes de soutenir leurs projets, même les plus odieux.

Cela fait 54 ans que John KENNEDY a été assassiné à Dallas. C’est bien loin en effet ! Mais pourtant, on ne devrait jamais oublier cette tragédie. Car aussi ambigu qu’ait pu être cet homme, ce dirigeant, ce milliardaire, il ne s’inscrivait pas dans une cohérence avec la lignée des dominants des États-Unis. Il était même un point de rupture avec elle.

S’il avait vécu, l’histoire des États-Unis, et partant celle du monde, en aurait sans doute été bouleversée. Pour le meilleur.

Et puis, est-ce un hasard si son frère, Bobby, qui avait repris le flambeau quelques années plus tard, a été assassiné à son tour quand il voulut sortir son pays de la guerre du Vietnam et partager les richesses immenses de son pays pour en faire bénéficier des millions de pauvres qu’il avait découverts à l’occasion de sa campagne électorale pour l’élection présidentielle de 1968 ?

Lui aussi fut assassiné. Et lui aussi, selon l’histoire officielle, le fut par un fou isolé.

Comme Martin LUTHER-KING d’ailleurs ! Son assassin ? Encore un autre fou isolé !

Pour beaucoup d’ignorants, les KENNEDY étaient liés à la mafia et donc leur assassinat ne fut qu’une œuvre mafieuse. Une dispute de mafieux… Rien d’intéressant là-dedans. Non, pas de quoi s’y intéresser. Surtout si on est de gauche. Quelqu’un m’a, un jour, fait une leçon de ce style alors que j’échangeais sur un fil au sujet de KENNEDY.

Ah, les cons ! Ah, les ignares ! Ah, les moutons !

Ah, que le système a de la chance d’avoir tant de gens qui gobent ainsi de telles sornettes ! Sornettes qui permettent de ne surtout rien dire de ce que JFK d’abord, RFK (Robert Francis KENNEDY, le frère) ensuite, avaient comme projets politiques… Sornettes qui permettent de ne rien dire des forces hostiles (à la paix et au partage des richesses) qu’ils devaient affronter, non pas à Cuba, non pas en URSS, mais au cœur même des États-Unis, et au cœur même du pouvoir !

Oui, la mafia a joué son rôle dans l’assassinat de JFK, et sans doute aussi dans celui de RFK. Mais pas comme le laissent entendre l’histoire officielle et ses nombreux griots. Si la mafia est intervenue, c’est en étroite collaboration avec la CIA qui n’eut de cesse, dans les années 50 et 60, de se servir d’elle pour accomplir certaines besognes criminelles sans avoir à se salir les mains elle-même…

CIA et Mafia travaillaient ensemble dans un but commun : maintenir partout la domination impériale des États-Unis pour la première, faire des affaires et donc de l’argent, beaucoup d’argent, pour l’autre, surtout dans les pays gouvernés par des dirigeants larbins des États-Unis.

L’assassinat de John KENNEDY  le 22 novembre 1963 à Dallas, comme celui de son frère Robert à Los Angeles le 6 juin 1968, comme celui de Martin LUTHER-KING à Memphis le 4 avril 1968, comme celui du Premier ministre israélien Yitzhak RABIN à Tel Aviv le 4 novembre 1995, et comme tant d’autres assassinats de personnalités de pouvoir perpétrés dans le monde (CHAVEZ, SANKARA, Indira GANDHI, Rafic HARIRI, MASSOUD, SADATE, BOUDIAF, la liste est longue…) ne sont pas les actes criminels de personnes isolées, dérangées, inconscientes, mais des stratégies criminelles, hautement élaborées par des forces au cœur du pouvoir, pour empêcher certaines évolutions utiles à l’intérêt général, et pour maintenir, coûte que coûte, leur domination sur la vie des masses et leur maîtrise du destin collectif.

John et Robert, l'autre destin de l'Amérique

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s