Veut-on vraiment relever la tête et l’emporter ? Rien ne semble l’indiquer à ce jour…

Avant-propos : Je ne suis pas content ! Je le dis. Je fais aussi, une nouvelle fois, un appel du pied à Jean-Luc Mélenchon et, au-delà des critiques que j’exprime, j’évoque des pistes pour sortir de la nasse.

J’ai le très désagréable sentiment que l’on n’est pas sorti du bac à sable et que l’on n’est pas prêt d’en sortir…

Aussi longtemps qu’on ne fera pas la convergence des luttes et qu’on ne donnera pas une force politique massive à cette convergence, on échouera !

Aussi longtemps qu’on se perdra en manifestations saute-moutons, en grèves ponctuelles ou perlées, en actions petit-bras, on échouera !

Je suis tellement en colère et tellement désespéré de constater que Mickael Wamen, ce combattant de l’intérêt général, ne fait que prêcher dans le désert depuis des mois, vu qu’une partie conséquente du monde syndical [et pas seulement les leaders nationaux, hélas] ne pense qu’à ses intérêts catégoriels et refuse de manière absolue toute véritable convergence des luttes. Les syndicalistes qui croient que la victoire ne se gagnera que si d’une part les combats ne se mélangent pas “au risque de se diluer” disent-ils, et d’autre part si les forces politiques restent à distance d’eux, s’égarent et se trompent en même temps qu’ils égarent et trompent le monde du travail et le peuple qui n’en peut plus de leur inconséquence et de nos échecs répétitifs depuis plusieurs décennies de capitalisme débridé !

Quant au monde politique, en tout cas celui qui est censé nous représenter, je parle bien sûr de La France insoumise et de Jean-Luc Mélenchon, on s’impatiente de plus en plus à les voir agir comme il le faudrait.

Nom de Jupiter !

Quand est-ce que Jean-Luc Mélenchon va enfin se décider à prendre contact et s’afficher publiquement avec Mickael Wamen ?

Quand est-ce que La France insoumise et le FrontSocial vont enfin “converger” et appeler à mener des actions nationales massives communes contre l’ordre actuel qui ne cesse d’accélérer dans la destruction de ce que nous sommes ?

On n’a plus le temps d’attendre que tel ou tel leader soit changé lors d’un congrès…

On n’a plus le temps d’attendre que tel ou tel syndicat se décide à faire ce qu’il devrait faire.

On n’a plus le loisir de multiplier les marches et les manifestations saute-moutons !

On ne peut se contenter de faire chier les Français en restreignant leurs transports car le pouvoir se rit de ce genre de « grèves » qui ne dérangent que les prolos.

La seule façon de peser est de les prendre à la gorge, au portefeuille et donc c’est l’économie du pays qui doit être bloquée.

Les aéroports doivent être mis à l’arrêt, bien plus que les gares (les gens ordinaires du peuple sont bien plus souvent usagers des trains que des avions tandis que pour les puissants, c’est l’inverse. Et le fret aérien est un des maillons importants des échanges commerciaux).

Pilotes, contrôleurs aériens, ON A BESOIN DE VOUS. ON A BESOIN QUE VOUS CESSIEZ LE TRAVAIL JUSQU’À CE QUE LE POUVOIR CÈDE !

Mais peut-être que nous devrions aussi les considérer comme des alliés plutôt que comme des nantis, même si eux sont moins à plaindre que d’autres. Peut-être faudrait-il leur parler à eux aussi pour qu’ils aient le sentiment d’avoir avec nous des frères de lutte. Ne regardons pas vers hier mais plutôt vers demain !

On ne changera pas radicalement de vie tant que la classe dite moyenne ne basculera pas de notre côté. On ne fait rien pour l’y convier hélas !

Les ports sont un autre élément essentiel des échanges commerciaux. DOCKERS, MARINS DE LA MARINE MARCHANDE, PERSONNELS TECHNIQUES ET ADMINISTRATIFS DES PORTS, ON A BESOIN DE VOUS. ON A BESOIN QUE VOUS CESSIEZ LE TRAVAIL JUSQU’À CE QUE LE POUVOIR CÈDE !

Les routiers sont une force immense et si eux aussi entrent massivement dans le mouvement, ils peuvent avoir un effet puissant sur le blocage de l’économie. En bloquant les ports et les aéroports, les autoroutes et les routes nationales, les raffineries et les points névralgiques du pays.

Les personnels d’EDF et de GDF pourraient, eux, se concerter pour organiser durablement des coupures ciblées de l’alimentation, non pas de tout le monde en France, mais des cercles du pouvoir.

Je ne vais pas dresser un catalogue exhaustif des options mais je veux faire passer le message, après que tant d’autres l’aient déjà fait, que ce n’est que par des actions de ce genre, vraiment dérangeantes pour les acteurs du système, que l’on pourra changer la donne et reprendre la main.

Le pouvoir ne pourra pas répondre avec ses propres forces à des actions massives et multiples simultanées dans tout le pays. Sauf à engager l’armée (dont ce n’est pas la vocation et qui pourrait refuser d’obéir si on lui demandait de tirer sur le peuple) ou la fameuse force européenne de gendarmerie…

En notre temps, pour faire reculer le pouvoir, il n’y a que la force et nous avons pour nous celle du nombre.

Sauf que pour entraîner ce nombre, pour mettre ces masses dans l’action, encore faudrait-il que les « leaders » parlent fort et clair ! Car, on peut le regretter mais c’est un fait encore bien établi, beaucoup n’agissent pas tant que des leaders n’appellent pas à l’action. Et nous avons des “leaders” trop légalistes, trop respectueux des usages “républicains”.

Quand on critique, pour la première fois en mars 2018 seulement (presque un an après les faits), et à bas bruit, une élection peut-être un peu manipulée (il n’a même pas dit “truquée” car ça ne se dit pas ces choses-là, voyons…), on perd beaucoup de crédibilité ! Je ne prends que cet exemple car mon propos est ailleurs.

Il est de dire qu’il faudrait déjà que nos représentants insoumis, surtout ceux du sommet, osent dire les bons mots et faire les bons choix. Qu’ils tirent la leçon de leur inutilité à l’Assemblée puisque rien de ce qu’ils proposent n’est jamais entendu. Celles et ceux qui prennent leur fonction de député à coeur s’usent pour rien car leur travail ne paie pas. Il ne peut payer dans un système sous contrôle de l’oligarchie. Leur action à l’Assemblée n’est donc plus qu’un jeu de théâtre. Peut-être faudrait-il passer à autre chose… Sans attendre la prochaine élection en jouant le jeu jusque là ! Je doute, hélas, que “nos” député-e-s soient dans cet état d’esprit.

Or, puisque les directions nationales et même parfois locales des syndicats chient dans la colle (le dire de manière moins abrupte serait dissimuler la vérité), il va bien falloir que les décideurs de la seule force politique de masse dans ce pays – je pense évidemment à La France insoumise – APPELLENT CLAIREMENT À L’ACTION, ET PAS SEULEMENT À UNE ÉNIÈME MARCHE, laquelle se trouve vilipendée par un nombre trop important de gens pour quelle puisse avoir un effet vraiment positif.

Et je ne crois plus (euphémisme…) que « marcher » – fut-ce à un million de personnes sur les Champs-Élysées, seuil qu’on n’est pas prêt d’atteindre – puisse faire trembler le pouvoir. Il va falloir bien plus.

Il va falloir leur faire peur. Pour de vrai !

La peur va devoir changer de camp. Pour que nos ennemis commettent des fautes qui les discréditeront définitivement d’abord, et aideront ensuite à les faire dégager !

Mais ce n’est pas en marchant qu’on leur fait peur !

Ce n’est pas en arrêtant le travail un jour de temps en temps qu’on leur fait peur !

Ce n’est pas en restant chacun dans son combat particulier qu’on leur fait peur !

Ce n’est pas en rejouant les pièces d’hier et d’avant-hier qu’on leur fait peur !

Ce n’est pas en rejouant l’union de la Gauche qu’on leur fait peur !

Ce n’est pas en refusant obstinément les indispensables ruptures franches et nettes (avec l’UE et avec le système capitaliste) qu’on leur fait peur !

S’il faut leur faire peur, il faut aussi commencer à leur faire mal !

Que personne ne défaille parmi les « modérés » qui me liraient.

Je n’appelle pas à la violence.

Je n’appelle pas à donner des coups.

Mais j’appelle à les prendre à la gorge AU PLAN ÉCONOMIQUE !

Beaucoup de gens ordinaires ne sont pas encore entrés dans la lutte. Je pense en connaître certaines motivations. D’une part, ils ne croient pas encore que le mouvement en cours puisse payer. Pour les raisons que j’ai exposées plus haut : le monde syndical et le monde politique se déchirent au lieu d’agir de concert ; les grèves actuelles emmerdent bien plus les gens ordinaires que les puissants ; les marches sont sans effet dissuasif sur le pouvoir ; les grands leaders politiques se font pour le moins discrets ; seuls piaffent les habituels qui ne font peur à personne.

Le jour où Jean-Luc Mélenchon et Mickael Wamen se présenteront ensemble, parleront ensemble, feront une conférence de presse commune pour appeler à une forme de soulèvement, le jour où La France insoumise soutiendra officiellement le FrontSocial et inversement, le jour où Jean-Luc Mélenchon préférera s’inspirer de Frédéric Lordon et de Bernard Friot, d’Annie Lacroix-Riz et de Serge Halimi plutôt que des modérés qui l’entourent (qui sont autant modérés quant à la réaction au capitalisme que dans le combat contre l’Empire), on aura bien avancé…

Jean-Luc Mélenchon et ses proches comme nous tous, constaterions que pour quelques “socialistes” perdus, affolés par tant de “radicalité” anticapitaliste, nous aurions gagné des masses de gens qui ne supportent plus ce système mais qui ne voient personne avec assez de stature porter ce projet et qui, pour cette raison, se dispersent ou restent à distance !

Frédéric Lordon ne cesse, avec raison, d’appeler à la sortie de l’euro et de l’UE, ce que Jean-Luc Mélenchon et ses amis refusent obstinément de faire, à tort ! Ils s’enferment dans la logique du plan A et du plan B qui ne fait peur à personne et qui ne vise , nous dit-on, qu’a éviter précisément de faire peur aux gens parce que les gens “ne veulent pas sortir de l’UE”.

Ah bon ? Sur quelle base affirme-ton une telle chose ? Sur la foi des sondages ?

Moi, j’en reste au scrutin de 2005 et c’est autrement plus parlant. Et depuis, 12 ans ont passé qui n’ont pu que radicaliser davantage le peuple français dans le ressentiment anti-UE. Donc en refusant d’assumer le discours prônant l’organisation d’un référendum en faveur de la sortie et en renvoyant à un hypothétique plan B (que personne parmi les “importants” de la France insoumise ne semble préparer activement), on a de plus en plus le sentiment que cette option est un sabre de bois.

Bernard Friot ne cesse de développer des propositions ambitieuses, solides, argumentées, convaincantes pour sortir notre pays du capitalisme mais Jean-Luc Mélenchon et les siens, comme hélas beaucoup de prétendus insoumis qui ressemblent davantage à des moutons, ne voient là qu’un projet d’ “instaurer le communisme en France” et que tel n’est pas son projet nous a-t-il dit. Ce sont des mots que Jean-Luc Mélenchon a dits plusieurs fois en 2017 lorsqu’il a été interrogé sur les suggestions programmatiques de Bernard Friot. Jean-Luc Mélenchon a bien sûr dit du bien de l’homme mais pour rejeter avec mépris l’intérêt de ce qu’il proposait.

Je n’ai pas oublié. Et rien, depuis, ne montre que Jean-Luc Mélenchon ait changé d’avis. Sauf erreur de ma part, jamais on n’a vu publiquement Jean-Luc Mélenchon en compagnie de Bernard Friot. Jamais ils n’ont fait de déclaration commune. Jamais ils ne sont intervenus ensemble sur un sujet.

N’en ont-ils jamais eu l’occasion ?

Personne autour de Jean-Luc Mélenchon n’est proche de Bernard Friot et personne autour de Bernard Friot, notamment dans le Réseau Salariat, n’est proche de Jean-Luc Mélenchon et de La France insoumise pour avoir pu organiser et/ou faciliter une rencontre entre eux ?

Ou bien Jean-Luc Mélenchon refuse-t-il précisément de se montrer avec Bernard Friot parce que ce dernier veut “instaurer le communisme” en France ? Chacun jugera en conscience. Moi, j’ai mon idée. Et le choix de Jean-Luc Mélenchon me déplaît fortement !

Parce que je suis convaincu, comme beaucoup de mes ami-e-s politiques, que si Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise osaient assumer ces ruptures-là, osaient porter ces choix audacieux-là, osaient faire la pédagogie de ces propositions radicales-là, loin de nous rabougrir, nous deviendrions irrésistibles et oui nous flanquerions une peur panique à l’oligarchie.

Il est si cruel d’avoir l’intuition que Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise pourraient faire bien plus et bien mieux et rassembler bien davantage encore sans beaucoup d’efforts mais seulement avec un peu plus de volonté et d’audace, en portant un discours de franche rupture avec les causes de la “crise” qui dure depuis plus de 40 ans et en osant franchir le Rubicond de l’Alternative, la Grande, la Vraie, celle qui rendrait à la France sa République, celle qui rendrait au peuple de France sa souveraineté totale, celle qui permettrait à ce peuple d’écrire une nouvelle histoire, pas recroquevillée sur une étroite souveraineté nationale retrouvée mais au contraire ouverte de nouveau vers le monde car, je le confesse, je crois que la France peut parler au monde, que son peuple a quelque chose à dire et à défendre pour le bien non pas seulement des Français mais des Européens et de TOUS LES HUMAINS !

Allez, Jean-Luc Mélenchon, ose enfin fendre l’armure. Ose venir là où tu n’es encore jamais venu.

Rendre le pouvoir au peuple, rendre possible demain une 6e République qui fasse vraiment “place au peuple”, refaire de la France un pays libre et souverain, s’arracher des griffes du capitalisme et de l’impérialisme “occidental”, rendre possible de nouvelles alliances mondiales qui ne nuiront plus aux intérêts des peuples et des citoyens, cela implique de sortir de l’UE et du capitalisme. Et le combat écologique ne pourra être efficace que lorsque nous serons sortis du capitalisme ! Frédéric Lordon et Bernard Friot ont bien des suggestions à te faire pour augmenter la crédibilité et accroître la force de frappe de ton/notre projet L’Avenir en commun ! Encore faudrait-il que tu daignes les écouter… et les entendre !

Et si tu veux vraiment que le peuple se débarrasse de Macron et de son monde (parce que se débarrasser du p’tit mac’ seul serait sans effet tant l’oligarchie a en réserve des dizaines d’autres clones) peut-être faudrait-il que tu oses être un peu moins légaliste et que tu oses – je ne dis pas entrer en sédition ouverte mais au moins appeler sérieusement à la rébellion et en marchant devant avec d’autres tels que Mickael Wamen, plutôt qu’à grimacer face aux inconséquences des leaders syndicalistes et à appeler “les gens” à des marches à fréquence périodique.

Tu as cru, comme nous, que tu pouvais gagner l’élection mais celle-ci a été truquée, moi je ne dis pas seulement “manipulée” ou “influencée”. Et on est nombreux à avoir perçu ce qui s’est passé et donc à ne plus croire que tu puisses un jour être élu, sauf dans un contexte où l’élection viendrait clôturer le processus. Ceci signifie que le peuple aurait, avant de t’élire, fait le ménage !

Rappel. J’avais publié cet appel sur LeGrandSoir en octobre dernier…

* * * * *

Supplément : Je vous invite à lire aussi ce message publié par Mickael Wamen ce 27 avril :

La division par la Multiplication ….

3 rdv de mobilisation, actions et initiatives en 5 jours……voilà un bel exemple de convergence !!!!

Nous aurions pu faire du 1 mai un jour de mobilisation nationale à Paris, mettre à disposition des bus pour faire de ce jour une démonstration de force contre le pouvoir qui nous méprise( il y a des fonds dans les instances pour cela ) mettre des millions de personnes au même endroit et se rendre en direction du MEDEF par exemple pour leur démontrer que nous sommes Bien des millions à être totalement en désaccord avec leur politique la plus antisociale menée à ce jour !!!

Non, nous continuons à avoir des appels les plus éparpillés possibles, chacun dans sa ville, son village, mais aucun appel à un mouvement national pour faire converger toute la colère au même endroit et même Moment…

Nous ne gagnerons pas si chacun y va dans son coin, nous ne gagnerons pas Avec la même stratégie que 2016 et 2017 !!!

Nous devons taper un grand coup par une mobilisation puissante qui donne à la fois confiance à notre camp et renforce les mouvements forts qui s’inscrivent dans la durée, aucune corporation ne gagnera seule face à cette haine de classe que nous subissons, nous devons nous unir au plus Vite aux côtés de celles et ceux qui depuis des mois se battent comme des lions !!!!

Cela ferait un bien fou à notre camp de voir que nous sommes Bien des millions à être déterminés, un peu comme nous l’avions fait le 14 juin 2016 qui hélas n’a pas connu de suite de la même hauteur, cela galvanise et chaque personne présente repart avec une niaque d’enfer, c’est vital d’avoir des moments de rdv ou nous convergeons à un même endroit au même moment !!!!

Cela l’est pour ceux qui mènent des combats, qui parfois à juste titre ne se sentent pas suffisamment soutenu, mais non, les appareils maintiennent la même ligne, la même que nous utilisons depuis des années, un jour les retraites, un autre les hospitaliers, ensuite les chômeurs, puis les routiers et les médecins…

Parfois nous voyons des camarades mettre en œuvre des rapprochements qui donnent la pêche et l’envie d’aller plus loin vers une convergence totale, mais les moyens pour y arriver sont détenus par les appareils et aucun n’a à ce jour l’envie d’une première journée nationale de mobilisation pour la faire fermer aux abrutis en tout genre qui ne cessent de dire que nous sommes une poignée à nous mobiliser !!!!

Réunir toutes les fédé par exemple et étudier un plan pour venir grossir les rangs de ceux qui se sont inscrit dans un mouvement longs, pourquoi pas des grèves dans les raffineries au moment où le gouvernement fait exploser le prix du carburant sachant que les gens utilisent plus leurs véhicules !!!

Puis appeler les taxis à l’action, puis les routiers et puis cela donnera envie à toutes les autres corporations de s’y mettre en même temps, cela ne prendra peut être pas, mais au moins essayer car à quoi bon l’écrire cette unité essentielle si on ne mais pas les moyens pour aller la chercher ???

Certains vont encore monter au créneau contre ce tract, ils ne savent faire que cela, protéger l’appareil et donc leurs places, c’est ce qui d’ailleurs nous fait crever à petit feu , cela déplaît mais c’est pourtant la triste réalité !!!!

Nous avons des braves camarades qui luttent pour nous permettre à toutes et tous de continuer à vivre dans un pays où nous avons des droits, des conquis et des acquis, nous devons être à leurs côtés, la meilleure façon de les soutenir et d’être toutes et tous dans l’action, pas chacune et chacun dans son coin mais tous au même endroit, en Quelques jours nous pourrions faire plier ceux qui nous méprisent et qui nous envoient des forces du désordre plus que jamais déchaînées et aux ordres d’un pouvoir qui veut coûte que coûte casser la contestation…

Ils ne pourraient pas casser un mouvement d’une ampleur national, ils le savent nous Aussi alors pourquoi continuer à agir dans la même lignée qu’en 2016 et 2017???

Certains vont encore dire ils sont beaux Avec les  » y a qu’à faut qu’on… » on connaît la musique, y a pas de bouton magique, par contre le destruction de notre modèle sociale n’est pas magique mais Elle est dramatique, nous N’avons jamais perdu autant en Aussi peu de temps et cela n’est que le résultat d’une seule et unique chose notre incapacité à nous unir, il est vrai que certains préfèrent casser du sucre sur le dos de ceux qui organisent une caisse de solidarité pour les grévistes que d’agir à leur niveau de responsables dans les structures pour la création du tous ensemble, des carriéristes caméléons qui s’adaptent pourvu que le siège soit assuré…

La lutte des places fait énormément de mal à notre camp, mais nous sommes confiant pour l’avenir, voir des camarades, des salarié-e-s militants ou non se mobiliser comme actuellement, cela donne espoir d’un changement profond dans la stratégie a venir, des positions claires devant les médias du système pour affirmer que nous gagnerons, voila le discours qu’il nous faut, bravo à toutes celles et tous ceux qui depuis des mois se battent et tiennent tête au roi et au pouvoir du fric…

Bravo à celles et ceux qui viennent proposer et créent le début de l’unité, nos camarades gaziers/électriciens, postiers, étudiants , de l’aérien…

Nous ne gagnerons qu’unis et main dans la main, le pouvoir à une peur totale de l’unité de citoyennes et citoyens qui n’en Peuvent plus, les appareils auront bon faire semblant de ne pas y arriver, jouer leurs cartes persos, cela se fera , car nous n’avons pas d’autre choix, ou alors nous allons tous crever !!!

Que celles et ceux qui défendent non stop les appareils le sachent, la lutte des places elle aussi, commence à faire plus que désordre dans une période où des millions de personnes, justement n’ont plus aucune Place à part celle de l’exclusion, du chômage et de la précarité de l’emploi à tous les niveaux !!!!

Nous entendons des camarades dire qu’ils commencent à être perdu dans cette multiplication des dates, ils ont raison, a quoi bon annoncer des journées à répétition, chacun y va de sa musique mais Avec un seul discours  » nous voulons l’unité… »

Bravo, l’unité chacun dans son coin voila une réelle façon de nous faire passer pour des cons !!!!

Nous ne serons jamais assez Nombreux pour nous diviser autant…

Oui il y a des choses très positives qui se passent car des camarades se battent comme jamais, mais, nous devons franchir une étape, notre camp doit reprendre confiance en lui, unissons nous, que les cheminots, gaziers, postiers et autres lancent un appel national, nous y serons toutes et tous, que les appareils nous aident à le créer le tous ensemble, qu’importe les échéances à venir, les élections pour que quelques unes et uns aient une Place, ce qui importe c’est la victoire n’ont pas d’une poignée mais de nous toutes et tous…

Les camarades qui se déchirent car pour certains d’un parti et d’autres d’un autre, cela n’apporte rien à part de la division supplémentaire, c’est à ceux qui sont à la tête de ces partis de permettre que cela cesse, la aussi il y a un souci de lutte des places !!!!

Bravo et fierté pour les camarades qui luttent non stop et sacrifient leurs salaires pour La Défense de notre Bien le plus important à savoir, notre statut social que des camarades ont obtenu par des luttes et des grèves historiques, nous devons gagner le tous ensemble, notre camp va gagner, nous devons être au rendez vous avec notre histoire pour nous et nos enfants et générations à venir, la lutte des classes Est la notre, bientôt nous serons toutes et tous au même Moment dans la rue, l’histoire ne se répète jamais elle s’écrit…

Notre division est la force de nos ennemis…

UNISSONS NOUS POUR GAGNER….

* * * * * *

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s