Archives du mot-clé Baloo

En souvenir de Martin – Par Baloo Kâa

Note de l’auteur de ce blog : Je relaie ci-dessous un texte traitant du temps que nous vivons que mon ami Baloo a adapté d’un poème très célèbre de Martin Niemöller (à lire plus bas)

*

Quand des gendarmes ont tué Adama,

Je n’ai rien dit,

Je n’étais pas noir.

 

Quand des flics ont violé Théo,

Je n’ai rien dit,

Je n’étais pas noir.

 

Quand Laurent Théron manifestait contre la loi El Khomri

Et a perdu un oeil à cause d’un flic et de son Flash Ball,

Je n’ai rien dit,

Je n’étais pas manifestant, pas syndicaliste.

 

Quand Rémi Fraisse a perdu la vie à Sivens

A cause d’un tir de grenade d’un gendarme,

Je n’ai rien dit,

Je n’étais pas jeune, pas concerné. C’est où Sivens ?

 

Quand les flics ont bastonné un lycéen à Bergson,

Je n’ai rien dit,

Je n’étais pas lycéen.

 

Quand les flics chassaient et tabassaient les sans papiers,

Je n’ai rien dit,

J’étais français, j’avais mes papiers.

 

Quand les flics se comportaient comme des voyous

Pour lutter contre la délinquance,

Je n’ai rien dit,

Je n’étais pas un délinquant.

 

*

Rappel : texte original de Martin Niemöller

 

Quand ils sont venus chercher les communistes,

Je n’ai rien dit,

Je n’étais pas communiste.

 

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,

Je n’ai rien dit,

Je n’étais pas syndicaliste.

 

Quand ils sont venus chercher les juifs,

Je n’ai pas protesté,

Je n’étais pas juif.

 

Quand ils sont venus chercher les catholiques,

Je n’ai pas protesté,

Je n’étais pas catholique.

 

Puis ils sont venus me chercher,

Et il ne restait personne pour protester.

 

Encore deux poids, deux mesures – Par Baloo Kâa – Le 10/02/2017

Deux affaires font la une des médias depuis quelques jours. Une plus sordide que l’autre et pourtant le traitement médiatique de ces infos est tout simplement hallucinant. Pour reprendre une formule bien connue, c’est un peu le poids des mots face au choc des photos ou des images en l’occurrence.

Dans l’affaire Fillon, bon nombre de journalistes parlent de lynchage. Le mot est fort au regard de la situation qui ne fait que mettre en lumière les pratiques (vertueuses?) du monsieur propre de la droite. Ce « saint » homme se dit humilié et traîné dans la boue.
Le pôvre !

Je n’ose imaginer ce qu’il aurait pensé si pour une interpellation « musclée » (termes policiers) dont il aurait pu faire l’objet, la police l’avait fait glisser « involontairement » sur une matraque au point de lui faire comprendre tout ce qu’une sodomie forcée peut receler de puissance d’humiliation en comparaison de l’exposition sur la place publique de toutes ces magouilles de châtelain sarthois.

De mon délire fiction à la réalité il n’y a malheureusement qu’un pas et c’est le jeune Théo qui en est la victime. Double victime même, puisque après avoir subi un viol en réunion qui s’apparente à une scène de torture puis subi des insultes et des humiliations, voilà que sa version des faits est remise en cause par l’IGPN et par les medias qui se font le relais de cette version policière malgré un certificat médico légal qui ne peut laisser planer aucun doute sur le côté volontaire de cette agression sexuelle à connotation raciste.

Si pour l’affaire Fillon les journalistes osent des mots aussi forts que lynchage, humiliation, il est purement et simplement scandaleux que la majorité d’entre eux parlent « d’interpellation musclée qui aurait dérapé » pour parler de ce qui est ni plus plus ni moins au regard de la loi qu’un viol avec les trois circonstances aggravantes suivantes :

  • Par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions ou de sa mission.
  • Par plusieurs personnes agissant en qualité d’auteur ou de complice.
  • Avec usage ou menace d’une arme.

Pour ces faits, les peines encourues sont de dix ans de prison ferme si l’ITT est de 8 jours. Pour Théo, l’ITT est de 60 jours.

Faudra-t-il donc attendre qu’un homme ou qu’une femme politique se fasse interpeller de façon musclée (ne pas dire « enculer », ce verbe pourrait en choquer certains) pour que les médias mettent enfin les VRAIS mots sur les agissements de certains flics criminels ?

Ça s’arrêtera quand le « deux poids, deux mesures » dans ce pays ?

La paix civile ne pourra pas exister sur le long terme tant que certains comportements et certains crimes resteront impunis aussi bien du côté des voyous que du côté des forces de l’ordre.

Autrement, il y aura toujours une poignée de révoltés qui voudront rendre justice par eux-mêmes d’une façon certainement inappropriée mais empreinte d’une colère légitime.

Cette colère qui se retournera obligatoirement contre eux et contre les minorités les plus exposées à certaines dérives policières car elle ne frappe pas au bon endroit.

Brûler des voitures dans son propre quartier ou incendier une école c’est nuire aux gens qui vivent souvent les mêmes galères, c’est donc contre-productif et en plus ça repositionne les flics dans le rôle de protecteurs des biens privés et publics et les gens les remercient au final.

Les émeutes de 2005 en sont le parfait exemple. Face à une révolte qui était légitime au départ suite à la mort de deux mômes à Clichy-sous-Bois, ce sont les flics qui ont obtenu gain de cause à l’arrivée et obtenu encore plus de moyens pour lutter contre ce que tous les médias s’empressaient à l’époque de qualifier de guerillas urbaines.

On a bien vu comment tous les médias, le pouvoir politique et les syndicalistes peuvent traiter l’info dès qu’un fonctionnaire de police est agressé ou tué, ils font tous bloc en dénonçant l’inacceptable et en réclamant des condamnations exemplaires pour les criminels.

Dans le cas de cette affaire Théo, l’unité a volé en éclats et ils ne sont pas nombreux à réclamer des sanctions exemplaires contre les policiers impliqués. Le corporatisme fait front (national) bien sûr et rien ne changera tant qu’une volonté politique déterminée ne cassera pas tout ce système.

Alors à qui êtes-vous prêts à faire confiance pour casser ce système et mettre fin à l’impunité policière ?

Envie d’insoumission citoyenne – Par Baloo Kâa le 13/03/2016

Vaincu parfois, soumis jamais

Il y a vraiment des attitudes stériles, des déclarations et des positionnements complètement contre productifs chez certaines têtes pensantes qui faisaient partie de ce beau rassemblement qu’était le Front de Gauche.
*
Est-ce que tous ceux qui ont un charisme d’huitre chez les leaders politiques pourraient sincèrement arrêter de se prendre pour des indispensables et oublier leurs égos personnels dans l’intérêt du peuple qu’ils prétendent vouloir défendre et représenter ?
*
Tout le monde peut normalement s’accorder sur le fait que les constats concernant l’échec des politiques menées depuis trente ans sont les mêmes. Tout le monde peut s’accorder également sur le fait que les propositions sociales, économiques, écologiques sont relativement similaires.
*
Alors le seul grain de sable qui fait tout capoter dans cette nécessité d’unir toutes les sensibilités de gauche, c’est quoi à part l’envie pour certains d’avoir le leadership sur les autres.
*
Putain, vous en êtes encore là ? Vous en êtes à penser en premier lieu à vos gueules alors que vous n’avez de cesse de dénoncer l’individualisme qui pourrit tout dans cette société.
Pendant que vous en êtes à essayer d’imaginer comment désigner celui qui à vos yeux serait le meilleur pour obtenir la place du « CHEF », une partie du peuple de gauche a décidé de ne plus vous écouter débattre dans le vide, de ne plus vous attendre car vous faites du surplace et vous représentez le boulet qui nous empêche vraiment d’avancer.
*
Vous dénoncez les professionnels de la politique mais vous en faites partie et comme vous vivez grâce à la politique, vous faites passer vos intérêts personnels avant toute chose en n’hésitant pas à faire des alliances contre nature avec des gens que vous rendez responsable de la casse sociale, de l’explosion du chômage, de la misère ambiante, du nationalisme décomplexé.
*
Comment pourrait-on accepter de vous suivre sur cette voie ? Vous nous prenez pour des buses ou quoi ?
*
Plus jamais, nous ne ferons alliance avec un PS qui dilapide l’argent public en le distribuant au Medef sans aucune contrepartie et sans aucun résultat positif en direction de l’emploi. Si après tout ça, vous voulez encore nous parler d’alliance avec le PS, nous électeurs de gauche, nous sommes en droit de nous poser des questions sur la confiance que l’on peut vous accorder.
*
Je ne voudrais pas remettre en question le fait que vous êtes de gauche, mais cette gauche mollassonne de compromis que vous représentez n’est vraiment pas à la hauteur des enjeux actuels. Vous êtes en train de pinailler sur des postes alors que nous, nous voulons renverser un système dépassé qui nous amène tous dans le mur.
*
Le réveil citoyen est en marche et se fera nécessairement par le bas, par la base, par le peuple. Celui qui sera prêt à l’entendre et à lui donner la parole et les moyens de faire avancer nos idées recevra notre soutien total et nous ferons tout pour devenir la première force de gauche sans laquelle rien ne pourra se faire.
*
Nous ne sommes pas dans l’optique d’être des suiveurs, nous allons redonner au peuple de gauche l’envie de croire encore dans l’humain d’abord et pour cela, nous allons construire sur les ruines du parti socialiste que Hollande et Valls se plaisent à détruire en imaginant créer une alliance centriste capable de leur permettre de battre le FN et l’ex UMP.
*
Nous sommes la France Insoumise, nous sommes en marche et rien ne pourra nous arrêter. Peu importe le chemin, peu importe le temps que ça prendra, on ne lâchera rien.

Envie d’insoumission citoyenne – Par Baloo Kâa le 13/03/2016

Il y a vraiment des attitudes stériles, des déclarations et des positionnements complètement contre productifs chez certaines têtes pensantes qui faisaient partie de ce beau rassemblement qu’était le Front de Gauche.

Est-ce que tous ceux qui ont un charisme d’huitre chez les leaders politiques pourraient sincèrement arrêter de se prendre pour des indispensables et oublier leurs égos personnels dans l’intérêt du peuple qu’ils prétendent vouloir défendre et représenter ?

Tout le monde peut normalement s’accorder sur le fait que les constats concernant l’échec des politiques menées depuis trente ans sont les mêmes. Tout le monde peut s’accorder également sur le fait que les propositions sociales, économiques, écologiques sont relativement similaires.

Alors le seul grain de sable qui fait tout capoter dans cette nécessité d’unir toutes les sensibilités de gauche, c’est quoi à part l’envie pour certains d’avoir le leadership sur les autres.

Putain, vous en êtes encore là ? Vous en êtes à penser en premier lieu à vos gueules alors que vous n’avez de cesse de dénoncer l’individualisme qui pourrit tout dans cette société.

Pendant que vous en êtes à essayer d’imaginer comment désigner celui qui à vos yeux serait le meilleur pour obtenir la place du « CHEF », une partie du peuple de gauche a décidé de ne plus vous écouter débattre dans le vide, de ne plus vous attendre car vous faites du surplace et vous représentez le boulet qui nous empêche vraiment d’avancer.Vous dénoncez les professionnels de la politique mais vous en faites partie et comme vous vivez grâce à la politique, vous faites passer vos intérêts personnels avant toute chose en n’hésitant pas à faire des alliances contre nature avec des gens que vous rendez responsable de la casse sociale, de l’explosion du chômage, de la misère ambiante, du nationalisme décomplexé.

Comment pourrait-on accepter de vous suivre sur cette voie ? Vous nous prenez pour des buses ou quoi ?

Plus jamais, nous ne ferons alliance avec un PS qui dilapide l’argent public en le distribuant au Medef sans aucune contrepartie et sans aucun résultat positif en direction de l’emploi. Si après tout ça, vous voulez encore nous parler d’alliance avec le PS, nous électeurs de gauche, nous sommes en droit de nous poser des questions sur la confiance que l’on peut vous accorder.

Je ne voudrais pas remettre en question le fait que vous êtes de gauche, mais cette gauche mollassonne de compromis que vous représentez n’est vraiment pas à la hauteur des enjeux actuels. Vous êtes en train de pinailler sur des postes alors que nous, nous voulons renverser un système dépassé qui nous amène tous dans le mur.

Le réveil citoyen est en marche et se fera nécessairement par le bas, par la base, par le peuple. Celui qui sera prêt à l’entendre et à lui donner la parole et les moyens de faire avancer nos idées recevra notre soutien total et nous ferons tout pour devenir la première force de gauche sans laquelle rien ne pourra se faire.

Nous ne sommes pas dans l’optique d’être des suiveurs, nous allons redonner au peuple de gauche l’envie de croire encore dans l’humain d’abord et pour cela, nous allons construire sur les ruines du parti socialiste que Hollande et Valls se plaisent à détruire en imaginant créer une alliance centriste capable de leur permettre de battre le FN et l’ex UMP.

Nous sommes la France Insoumise, nous sommes en marche et rien ne pourra nous arrêter. Peu importe le chemin, peu importe le temps que ça prendra, on ne lâchera rien.

Vaincu parfois, soumis jamais

BLUES – Par Baloo Kâa le 28 juillet 2015

Je n’sais pas ce qu’il adviendra dans les années à venir, mais rester au sein de cette Europe, c’est perdre chaque jour un peu plus de Liberté, d’Egalité, de Fraternité pour permettre à tous les plus riches de nous écraser un peu plus par l’intermédiaire de ces marionnettes politiciennes que nous mettons au pouvoir en croyant faire usage de la démocratie.

Tsipras et une partie de Syrisa nous ont fait mal, mal à tous ceux qui voulaient encore croire qu’une autre voie était possible.

Cette autre voie semble bien compliquée et certainement bien embrouillée pour bon nombre d’électeurs qui voient une gauche radicale se radicaliser encore plus pour appeler à sortir de l’Europe pour des raisons auxquelles j’adhère.

A l’opposé, ces mêmes électeurs voient l’extrême droite appeler aussi à sortir de l’Europe pour des raisons et surtout des solutions que je ne peux pas accepter.

Les électeurs sauront-ils s’y retrouver dans tout ce merdier ?

Qui aura le plus de talent, de bons arguments et de conviction pour faire pencher la balance de son côté ?

Voilà les deux questions que je me pose actuellement sans vraiment avoir de réponse au vu du peu de confiance que je peux accorder à la parole politicienne.

A la parole politicienne, je sais que je préférerai toujours la parole citoyenne portée par certains que je me plais à lire comme ce matin.

Même s’ils parlent de politique et que ça me plombe un peu le moral, j’ai l’impression que leur cerveau et leur esprit n’est pas pervertit par le pouvoir et c’est tout ce qui fait la différence aujourd’hui à mes yeux.

Écrire… par Baloo

Ecrire par plaisir ou par nécessité.
Ecrire, c’est laisser s’écouler
cette lave qui consume mon esprit
pour enfin trouver l’apaisement.
Ecrire pour évacuer les sentiments
c’est retrouver une respiration
qui me redonne l’énergie
ou dessine un nouvel horizon.
Ecrire un jour pour me livrer,
Un autre jour pour enfin me relever.
Ecrire aussi pour m’opposer, pour m’indigner,
Quelquefois pour me soulager ou pour rêver.
Ecrire l’essentiel à mon amour absolu
Ecrire même pour le superflu,
pour un sourire ou juste pour offrir
Ecrire encore, toujours écrire.

Le temps de la rage – Par Baloo

Si un jour mon âme d’homme autonome s’embrume
Et m’entraîne comme un automate vers l’abîme
C’est que je n’aurai pas su maîtriser la colère extrême
Qui me consume de l’intérieur et qui m’aura poussé au crime.

Infâme dilemme entre l’honneur légitime et l’amour suprême.
Je sais que j’éteins la flamme de notre incroyable tandem
Si je passe de l’autre côté et que je les allume, que je les fume.
Difficile d’imaginer ce choix ultime quand on aime comme je t’aime.

Ma plume déprime entre l’amertume du perdant, victime du système
Et la rage du Kayser Söze, l’implacable exécuteur anonyme.
Ca me démange de jouer en réel le remake de l’infirme qui décime,
De réaliser l’élimination parfaite en élaborant l’imparable stratagème.

Sans pitié, j’avance en silence et je supprime au parabellum
Tous ceux qui se dressent sur la piste qui mène à l’infâme richissime.
Je n’fais pas de quartier, la vendetta se règle aussi au 357 Magnum.
Pour marquer les esprits, il faut buter celui qui opprime et qui frime.

Si un jour je me grime pour ce conte sanglant, vois comment je condamne
Sans procès, toute cette vermine futile qui sans cesse nous malmène.
Observe bien comment j’atteins le coeur de leur emblème,
Et pourquoi ils flippent quand je deviens leur problème.

Pas besoin de référendum pour agir ni même un quelconque ultimatum
Juste un slalom macabre, une action directe pour un sombre requiem
Avec au bout la fin programmée pour moi mais pour eux le chaos maximum
La peur, le stress, l’angoisse de la faucheuse, la tempête dans leurs crânes.

Vous lirez peut-être alors ce texte comme un poème à titre posthume
En pensant que j’étais le bras armé d’une colère qui un matin s’enflamme,
Une colère teintée de désespoir qui, à force d’humiliations et d’infortune
M’aura guidé vers une bataille solitaire et fait aujourd’hui pleurer ma femme.

Mais combien de dégâts collatéraux sur ce parcours mortifère qu’au fond j’assume ?
Ce combat mérite-t-il vraiment que celle que j’aime n’en sorte pas indemne ?
Je cherche la réponse à ces questions, histoire de ne pas devenir schizophrène
Et l’évidence se dessine, elle passe avant tout, c’est mon trésor, ma fortune.

Celle que je dois protéger et celle avec qui je dois rechercher l’Eden
Au lieu de vouloir mener des guerres stériles dans une vie anxiogène.