Archives du mot-clé citoyens

Plan B : le Plan de Sortie de l’UE et de l’euro – Par le collectif Citoyens Souverains

Avant-propos de Vincent Christophe Le Roux : Le texte de ma tribune introductive à la proposition de #PlanB collectivement rédigée par le Collectif Citoyens Souverains dont je fais partie est accessible ici sur Le Grand Soir qui l’a publié hier, 23 novembre 2017, en plus d’être reproduit ci-dessous et d’être également sauvegardée dans la sections « Mes articles » de ma page Facebook (ici).

Quant à la proposition de Plan B du Collectif Citoyens Souverains, vous la trouverez ici.

*

Photo du collectif Citoyens Souverains

La 2ème convention de La France insoumise va se tenir les 25 et 26 novembre prochains à Clermont-Ferrand. Cette convention clôturera un processus entamé il y a plusieurs semaines. Nous, le collectif Citoyens Souverains, profitons de cette convention pour contribuer au débat qui existe, de fait, entre membres de La France insoumise sur la question européenne.

1/ Le collectif Citoyens Souverains : qui sommes-nous ?

Ce collectif d’Insoumis, qui s’est créé de manière informelle en 2016, a décidé finalement de se constituer en association en 2017.

Nous, Insoumis qui avons constitué ce collectif, avons commencé par rédiger ensemble une charte qui est le meilleur moyen pour présenter qui nous sommes et ce à quoi nous aspirons.

Cette charte, qui a été publié sur notre site, est reproduite ci-dessous :

* * * * *

Nous citoyennes et citoyens, syndicalistes et associatifs, nous rassemblons dans le collectif Citoyens Souverains afin de prôner une 6ème République sociale, écologique, démocratique, laïque, féministe et anti-raciste, dans laquelle les citoyens seront souverains et donc libérés des traités de l’Union Européenne, de l’OTAN, et des marchés financiers.

Nous voulons dégager la caste corrompue qui nous gouverne, partager les richesses produites dans le pays, et créer des millions d’emplois afin que chacun puisse vivre dignement dans un environnement sain.

C’est pourquoi nous appuyons le programme L’Avenir En Commun et sommes membres actifs de La France Insoumise. Nous militons dans la France oubliée des quartiers populaires, des zones rurales et du bassin minier. Nous organisons des conférences publiques et des communications pour défendre le code du travail, la souveraineté des peuples (notamment en Palestine), la stratégie du populisme citoyen, ou encore le patriotisme républicain inspiré de Jean Jaurès.

Nous sommes fiers d’avoir participé à la construction de la France Insoumise comme force politique indépendante, sur une ligne claire et courageuse, en ayant refusé tout front républicain et toute tambouille politicienne aux élections.

Dans l’objectif de porter L’Avenir en Commun au pouvoir, le collectif Citoyens Souverains met au service des insoumis ses analyses et compétences dans les quatre domaines suivants :

1/ Projeter une politique étrangère indépendante et favoriser les coopérations internationales, en sortant de l’OTAN et en mettant fin à toute forme d’ingérence militaire et de néo-colonialisme, y compris de la part du gouvernement français.

2/ Préparer un plan détaillé de sortie de l’Union Européenne et de l’euro, et mettre en place un protectionnisme solidaire, afin de pouvoir appliquer notre programme dans tous les cas de figure.

3/ Planifier la socialisation des secteurs clés de l’économie pour engager la transformation écologique et sociale et dénoncer la dette illégitime – par l’instauration d’un audit citoyen – pour libérer la France des marchés financiers.

4/ Expérimenter les méthodes de la 6ème République au sein de notre mouvement, notamment avec la mise en place d’un référendum d’initiative de la base pour proposer des campagnes, des points programmatiques, ou révoquer les animateurs.

Nous vivons actuellement un moment historique, caractérisé par une vague dégagiste et populiste. Nous appelons les citoyens à prendre en main leur destin politique dans un large esprit de rassemblement.

UNE OCCASION UNIQUE NOUS EST DONNÉE : SAISISSONS-LA !

* * * * *

L’Avenir en commun reste évidemment notre base de travail pour nous, les membres du collectif Citoyens Souverains. Mais aussi riche et enthousiasmant que nous jugions ce projet, nous considérons qu’il ne saurait être perçu comme définitivement abouti. Il ne nous semble pas opportun d’arrêter notre commune réflexion sur les grands sujets qu’il développe au point où nous sommes arrivés à ce stade, comme il ne nous apparaît pas judicieux de refuser toute évolution ou amélioration. Certes, ces évolutions et améliorations ne seront légitimes que si elles sont largement souhaitées et acceptées par les Insoumis. Mais pour qu’elles le soient, encore faut-il qu’elles soient connues de tous et donc que le débat ait lieu.

2/ Notre proposition de Plan B

Si le projet L’Avenir en commun est assez précis sur le Plan A, en revanche il évoque à peine le Plan B. C’est bien davantage la parole et les écrits de Jean-Luc Mélenchon, depuis deux ans, qui ont donné une certaine consistance à ce Plan B.

Bien que plus de 40 livrets thématiques détaillant de nombreux aspects du projet aient été édités et rendus publics avant le 1er tour de l’élection présidentielle, il se trouve que le travail accompli pour celui portant sur la question du Plan B n’a jamais abouti à sa diffusion publique. C’est pour cette raison, et notamment en vue de la convention à venir dans quelques jours, que nous, le collectif Citoyens Souverains, avons collectivement rédigé une proposition de Plan B.

Nous rappelons également que ce Plan B a vu son audience accrue du fait des cinq « sommets internationaux du Plan B » qui se sont déjà tenus depuis deux ans : à Paris (les 23 et 24 janvier 2016), à Madrid (les 20 et 21 février 2016), à Copenhague (les 19 et 20 novembre 2016), à Rome (les 11 et 12 mars 2017) et à Lisbonne (les 21 et 22 octobre 2017).

Lors de ces sommets, les mouvements politiques européens qui s’inscrivent dans une volonté d’alternative humaniste à l’ordre capitaliste, et qui ne veulent plus rester prisonniers de l’Union européenne, réfléchissent ensemble sur la meilleure manière de nous libérer collectivement, d’une part des contraintes austéritaires, antidémocratiques et antisociales que l’UE nous impose à travers les traités qui la fondent, et d’autre part des principes qui guident la diplomatie et la géopolitique de l’UE, principes qui nous enferment dans le cadre « occidental » via l’OTAN.

Le Plan B a deux raisons d’être : arme de dissuasion et guide de la sortie.

Le Plan B, une arme de dissuasion

L’existence d’un Plan B solide, sérieux, étayé, convaincant, est de nature, pensent beaucoup d’Insoumis, à renforcer l’effectivité du Plan A, à en garantir même le succès disent les plus optimistes.

En effet, si les partenaires européens de la France opposaient à son nouveau gouvernement France insoumise un refus de remettre en discussion l’organisation et les politiques de l’UE, cela aboutirait alors inéluctablement à la décision de ce gouvernement d’entamer le retrait de l’UE (mise en oeuvre du Plan B). Une telle situation aboutirait à la dislocation définitive de cette organisation car il ne saurait exister d’UE sans la France. En outre, si la France quittait l’UE, la situation – déjà extrêmement difficile pour les pays du Sud (Grèce, Italie, Espagne et Portugal) – deviendrait cette fois intenable, si bien qu’il est probable que ces pays suivraient alors la France, engageant avec elle une sortie collective qui aboutirait donc à l’explosion de l’UE, après laquelle les pays sortants reconstitueraient ensuite sans doute, entre eux, d’autres formes de coopération.

Pour éviter cette issue fatale pour l’UE et ses promoteurs, on peut penser que nos partenaires ne rejetteraient pas d’office notre Plan A et seraient même contraints, de fait, de nous écouter et même de nous entendre… Mais s’ils le faisaient, alors l’UE serait profondément repensée et refondée sur des bases antinomiques avec ses principes actuels, ce qui aboutirait donc aussi à une forme d’explosion de l’UE telle que nous la connaissons.

Or Frédéric Lordon nous a maintes fois expliqué que certains pays de l’UE n’accepteraient jamais une telle évolution de l’UE, quitte à ce qu’elle disparaisse pour de bon, car ils préfèreraient, nous dit Frédéric Lordon, la quitter eux-mêmes si elle devait être radicalement refondée dans l’esprit « français », a fortiori si cet esprit français était animé par des gouvernants France insoumise…

Le Plan B, un guide de la sortie de l’UE

Le Plan B, pour être crédible, ne saurait se limiter à une expression incantatoire. Que le Plan B soit conçu, pour les uns, comme arme de dissuasion pour rendre effectif le Plan A, ou qu’il le soit pour servir de bréviaire de la sortie, il doit être sérieusement élaboré, et contenir différentes mesures et stratégies d’action, aussi bien dans le domaine économique, que financier, juridique, diplomatique…

Il se doit donc d’être complet et crédible, aussi bien aux yeux de nos partenaires européens, que des institutions de l’UE, ou encore des organisations de l’ordre mondial actuel qui ne manqueront pas d’interférer (FMI, Banque mondiale, OTAN…). Il faut en effet que les gouvernants France insoumise de demain soient traités par les dirigeants européens et mondiaux comme de nouveaux acteurs avec qui ils devront obligatoirement compter, et qu’ils ne pourront plus humilier ou contraindre, sans risquer de voir le sol s’effondrer sous leurs pieds.

Et le caractère sérieux – et donc dissuasif de ce Plan B – est également indispensable pour convaincre de nouveaux électeurs d’appuyer demain Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise lorsque reviendra le temps des élections.

C’est bien dans cet esprit de responsabilité (car nous avons en vue l’accès prochain de certains des nôtres aux responsabilités dans l’État) mais aussi d’implication citoyenne et de co-construction de nos propositions – à la suite du travail qu’accomplissent déjà Jean-Luc Mélenchon, les animateurs de la France insoumise, et nombre d’Insoumis – que nous, le collectif Citoyens Souverains, avons travaillé sur le sujet depuis des mois et avons collectivement rédigé une proposition construite et étayée de plan B.

Nous vous invitons à en prendre connaissance, à étudier sérieusement ce texte, à vous en saisir et à en parler autour de vous.

Mieux encore : nous vous proposons de nous transmettre directement vos propres suggestions d’amélioration par le biais d’amendements. Comment faire ?

Vous nous indiquerez d’abord les lignes du texte de référence concernées par vos propositions de modification (ajout, suppression réécriture).

Le cas échéant, vous rédigerez ensuite le nouveau texte que vous souhaiteriez voir substitué à celui existant.

Vous enverrez enfin vos propositions à l’adresse citoyenssouverains@gmail.com

Nous vous remercions par avance.

 

Adresse du site internet du collectif Citoyens Souverains : http://citoyens-souverains.fr

Page communautaire Facebook du collectif : https://www.facebook.com/citoyenssouverains

Adresse de notre proposition de plan Bhttps://drive.google.com/file/d/1K6ZnHLieYQRLyXFYnHri1pwN9NBDGX7M/view

 

Pour le collectif Citoyens Souverains

Vincent Christophe LE ROUX

 

Publicités

Une post-démocratie aux airs de prérévolution – Par Sophie WAHNICH* le 16/02/2016

* Sophie Wahnich est directrice de recherche en histoire et science politique au CNRS, équipe Transformations radicales des mondes contemporains de l’IIAC de l’EHESS

Lien  vers l’article en ligne

Les citoyens n’ont plus aujourd’hui de véritable pouvoir de contrôle sur leur devenir. Un peu comme le tiers état à la veille de la Révolution…

 

Nous vivons, en France et en Europe, une époque de post-démocratie. Les citoyens n’ont plus de véritable pouvoir de contrôle sur leur devenir. Leurs manifestations sont méprisées et leur vote falsifié. Depuis 2005, les peuples européens savent qu’ils ont face à eux des pouvoirs financiers plus puissants que leur misérable affirmation symbolique et morale.

Le traité de Lisbonne a ainsi enterré Kant et son «véritable enthousiasme pour le droit» comme «aspiration morale du genre humain». Ne restait manifestement, «entre l’homme et l’homme, que le froid intérêt, les dures exigences du paiement au comptant», «les eaux glacées du calcul égoïste». Plus récemment, le non grec, lui aussi résultat d’une mobilisation massive, n’a pas infléchi la violence de la «troïka» et la Grèce a été vendue à l’encan au nom de la dette. Chacun sait désormais que la loi comme principe protecteur des pouvoirs du peuple est morte en Europe, retour à l’arbitraire et au rapport de forces mis à nu. Une politique encastrée dans l’économique affirme qu’il est naturel que les 1 % les plus riches dominent les 99 %.

A ce titre notre post-démocratie pourrait ressembler à la prérévolution.

L’abbé Sieyès, dans «Qu’est ce que le tiers état» affirmait en effet : «Qui donc oserait dire que le tiers état n’a pas en lui tout ce qu’il faut pour former une nation complète ? Il est l’homme fort et robuste dont un bras est enchaîné. Si l’on ôtait l’ordre privilégié, la Nation ne serait pas quelque chose de moins, mais quelque chose de plus. Ainsi qu’est ce que le tiers état ? Tout, mais un tout entravé et opprimé. Que serait-il sans l’ordre privilégié ? Tout. Mais un tout riche et florissant. Rien ne peut aller sans lui, tout irait infiniment mieux sans les autres.»

Or l’on sait que ce tiers état représentait 98 % de la population… Sieyès écrit l’hiver 1789 où se préparent encore des cahiers de doléances et les élections des députés aux Etats généraux. Il faut les réunir pour trouver une solution à la dette. La campagne électorale se fait dans un climat de crise : disette et chômage augmenté car les marchandises britanniques ont pénétré le marché français après le traité d’Eden, qui a abaissé les droits de douane. L’industrie française est affaiblie, le cours du vin français chute du fait d’une relative surproduction. Le complot de famine ressurgit, il y a bien des gens qui veulent affamer le peuple et ce sont les puissants qui ne se sont donné que le mal de naître.

Le désir d’en finir avec une société qui ne respecte pas l’humanité et la dignité de tous ses membres au nom de privilèges vécus désormais comme iniques attise la construction du mouvement des «patriotes». Entendez de ceux qui veulent que ça change et s’organisent. Ils obtiennent le doublement du tiers état, une vraie subversion de la vieille institution. Mais rien n’est joué, car il reste à savoir si le tiers votera par tête (car on parle encore des hommes comme on parle du bétail) ou par ordre, et alors cette petite victoire n’aura été que symbolique. La subversion devra passer par un bras de fer aux Etats généraux : refuser de reconnaître les ordres et donc réclamer d’emblée que les pouvoirs soient vérifiés en «commun». Attendre, attendre et dire oui, Sieyès a raison, nous sommes, sans les nobles, le véritable pouvoir constituant. Les nobles manquent à leur devoir de présence, ne veulent pas siéger à nos côtés ? Nous ferons sans eux.

Aujourd’hui, le changement peut aussi passer par la subversion. Mais suffit-il de fabriquer des primaires pour faire bascule ? Encore faudrait-il que l’enjeu des élections soit lui-même subverti. Non pas élire un chef de l’exécutif plus ou moins autoritaire, mais un candidat destituant et instituant, qui serait le pivot d’une nouvelle grande transformation constituante en France et en Europe. Obtenir ou préparer des primaires sans changer la logique électorale de cette Ve république, c’est comme obtenir le doublement du tiers sans le vote par tête, obtenir un grand changement apparent pour que rien ne change.

Il n’empêche, le doublement du tiers a ouvert la possibilité de mener une bataille politique intense et incertaine en mai 1789, qui renversa l’Ancien Régime. Lorsque la victoire de l’Assemblée nationale constituante aurait pu être ravie par une répression monarchique et militaire, les Parisiens prirent les armes et la Bastille.

Les propositions citoyennes multiples et contradictoires qui fusent dans notre contexte d’arbitraire politique et d’état d’urgence, témoignent au moins d’une chose, certains sont encore enthousiastes, malgré tout.