Archives du mot-clé l’Humain d’abord

Cette fois comme toujours, voter UTILE, nous savons ce que cela signifie: Mélenchon. Par Jean-François Deluchey le 04/02/2017

*
Note de Vincent Christophe Le Roux : Je vous propose ce texte parce que je le trouve très bien écrit, sur le fond comme sur la forme.
*
La campagne des Présidentielles est déjà bel et bien lancée. Nous avons déjà notre candidat, Jean-Luc Mélenchon qui s’est lancé seul devant le peuple français, sans Front de Gauche, sans même Parti de Gauche, qui n’est qu’un soutien (solide) de cette campagne qui a vocation à rassembler autour d’un PROJET. Les communistes nous ont rejoint. Tant mieux ! Et d’autres encore le feront ! Car notre projet écosocialiste est POUR LA FRANCE. Pas pour un candidat. Pas pour un parti. Il y a 5 ans, nous défendions (et défendons toujours) L’HUMAIN D’ABORD, et nous avions prévenu que l’expérience hollandaise allait être catastrophique. L’Histoire nous montre que nous avions vu juste. Cette fois il s’agit de notre AVENIR EN COMMUN, programme mûri d’après nos expériences, nos savoir-faire, notre écoute des gens, notre parole, notre solidarité avec ceux qui souffrent et qui méritent ce Commun qui se dresse devant nous tous-toutes comme une main ouverte.

*
Cette fois, il s’agit de faire valoir les valeurs d’une FRANCE INSOUMISE, une France qui n’a pas peur d’être combative, qui n’a pas peur de son destin, ni de l’exemple qu’elle pourrait représenter, dans notre grande tradition universaliste, pour les peuples qui sont enchaînés par ce capitalisme financier néolibéral qui crée tant de misère, et qui a l’indécence de rassembler la richesse de 3,6 milliards de gens en seulement 8 individus, qui ne savent même pas quoi faire de leur argent !

*
Ce fossé, nous voulons le combler ! Et en France, ce pays privilégié, avec un système social unique au monde, il y a aussi de la pauvreté. Il y a aussi de l’inégalité. Il faut la combattre avec toutes nos forces. Il n’est plus possible de rester les bras croisés, de ne plus aller voter, dans de telles conditions ! Beaucoup d’abstentionnistes brillants, comme l’économiste Frédéric Lordon, qui ne croyaient plus en cette farce électorale (comment leur en vouloir ?), ont conscience aujourd’hui qu’une opportunité s’est ouverte.

*
Notre vote, cette fois, voudra dire quelque chose. La victoire électorale de ce projet généreux n’est pas un doux rêve. C’’est ce que les médias vendus et achetés veulent nous faire croire: “Aucun autre monde n’est possible”. Leur point de vue est insupportable. Malgré les sirènes sondagières qui vont nous exhorter une nouvelle fois à voter in-utile, il faut, par notre vote, par nos convictions, leur prouver que le peuple peut se mettre en marche, et renverser la vapeur des inégalités et des injustices !

*
Et que nous importe l’élection des députés pour l’instant ! Si nous gagnons, leur mandat sera de courte durée ! Si la France Insoumise gagne, une des première sera la convocation d’une Assemblée Constituante, constituée de gens qui n’ont JAMAIS été élus, mais aussi d’autres qui seront TIRÉS AU SORT parmi les Français. La 6ème République, c’est notre orgueil, et notre projet. Rendre le pouvoir au peuple a toujours été le leitmotiv de nous tous-toutes qui, avec Jean-Luc Mélenchon, sommes vraiment des démocrates. Nous n’avons pas peur du peuple. C’est lui qui doit gouverner ! Pas cette masse bruyante et décérébrée que nous vendent les médias, mais chacun de nous, avec nos diversités, nos rêves, nos savoir-faire, notre générosité, et la force de millions !

*
Contre les médias du système, nous avons fort à faire. Ils se font et feront un plaisir de détourner les sondages et autres enquêtes d’opinion, pour montrer ce que le peuple peut susciter de pire dans les yeux des puissants : la manipulation, le mensonge, l’ambition malsaine, la haine du pauvre, la haine de l´étranger. Nous, à la France Insoumise, nous ne nous résignons pas ! Nous savons que la démocratie, ce n’est pas l’art des sondages et des petits calculs. C’est avant tout le peuple en marche pour un destin d’égalité et de solidarité. C’est l´intelligence de la délibération et celle des savoir-faire. Le bons sens populaire, libéré de son carcan médiatique, est l’arme la plus libératrice qui soit pour chacun et chacune d’entre nous, quelle que soit notre condition !

*
Macron, Fillon, les Solfériniens et Le Pen, tous-toutes sont des candidat-e-s du système. Les verrez-vous affronter les riches, les puissants, la finance ? Ceux qui se sont émus au discours de Hollande au Bourget savent de quoi je parle : ils ont été floué ! Allons-nous répéter la même erreur ? Ce n´est pas raisonnable !

*
Comme dit le proverbe que Mélenchon aime citer : “La seconde fois où tu te fais avoir, c’est de ta faute!”. Nous ne tomberons pas dans ce travers. Cette fois comme toujours, voter UTILE, nous savons ce que cela signifie: #Mélenchon2017.

Envie d’insoumission citoyenne – Par Baloo Kâa le 13/03/2016

Il y a vraiment des attitudes stériles, des déclarations et des positionnements complètement contre productifs chez certaines têtes pensantes qui faisaient partie de ce beau rassemblement qu’était le Front de Gauche.

Est-ce que tous ceux qui ont un charisme d’huitre chez les leaders politiques pourraient sincèrement arrêter de se prendre pour des indispensables et oublier leurs égos personnels dans l’intérêt du peuple qu’ils prétendent vouloir défendre et représenter ?

Tout le monde peut normalement s’accorder sur le fait que les constats concernant l’échec des politiques menées depuis trente ans sont les mêmes. Tout le monde peut s’accorder également sur le fait que les propositions sociales, économiques, écologiques sont relativement similaires.

Alors le seul grain de sable qui fait tout capoter dans cette nécessité d’unir toutes les sensibilités de gauche, c’est quoi à part l’envie pour certains d’avoir le leadership sur les autres.

Putain, vous en êtes encore là ? Vous en êtes à penser en premier lieu à vos gueules alors que vous n’avez de cesse de dénoncer l’individualisme qui pourrit tout dans cette société.

Pendant que vous en êtes à essayer d’imaginer comment désigner celui qui à vos yeux serait le meilleur pour obtenir la place du « CHEF », une partie du peuple de gauche a décidé de ne plus vous écouter débattre dans le vide, de ne plus vous attendre car vous faites du surplace et vous représentez le boulet qui nous empêche vraiment d’avancer.Vous dénoncez les professionnels de la politique mais vous en faites partie et comme vous vivez grâce à la politique, vous faites passer vos intérêts personnels avant toute chose en n’hésitant pas à faire des alliances contre nature avec des gens que vous rendez responsable de la casse sociale, de l’explosion du chômage, de la misère ambiante, du nationalisme décomplexé.

Comment pourrait-on accepter de vous suivre sur cette voie ? Vous nous prenez pour des buses ou quoi ?

Plus jamais, nous ne ferons alliance avec un PS qui dilapide l’argent public en le distribuant au Medef sans aucune contrepartie et sans aucun résultat positif en direction de l’emploi. Si après tout ça, vous voulez encore nous parler d’alliance avec le PS, nous électeurs de gauche, nous sommes en droit de nous poser des questions sur la confiance que l’on peut vous accorder.

Je ne voudrais pas remettre en question le fait que vous êtes de gauche, mais cette gauche mollassonne de compromis que vous représentez n’est vraiment pas à la hauteur des enjeux actuels. Vous êtes en train de pinailler sur des postes alors que nous, nous voulons renverser un système dépassé qui nous amène tous dans le mur.

Le réveil citoyen est en marche et se fera nécessairement par le bas, par la base, par le peuple. Celui qui sera prêt à l’entendre et à lui donner la parole et les moyens de faire avancer nos idées recevra notre soutien total et nous ferons tout pour devenir la première force de gauche sans laquelle rien ne pourra se faire.

Nous ne sommes pas dans l’optique d’être des suiveurs, nous allons redonner au peuple de gauche l’envie de croire encore dans l’humain d’abord et pour cela, nous allons construire sur les ruines du parti socialiste que Hollande et Valls se plaisent à détruire en imaginant créer une alliance centriste capable de leur permettre de battre le FN et l’ex UMP.

Nous sommes la France Insoumise, nous sommes en marche et rien ne pourra nous arrêter. Peu importe le chemin, peu importe le temps que ça prendra, on ne lâchera rien.

Vaincu parfois, soumis jamais

L’unitééééé est-elle l’unique solution à appliquer pour empêcher le désastre ?

La Gauche menacée en Ile de France, en Nord-Pas de Calais et ailleurs…

Déjà on entend la petite musique lancinante de la nécessaire « unitéééééééé de la gauche » pour empêcher que les régions ne basculent à droite.

C’est curieux mais moi j’ai le sentiment – très prégnant et très désagréable – que la « droite » gouverne déjà presque toutes les régions, même si elle le fait sous diverses étiquettes et avec différents prête-noms…

Il n’y a qu’à voir ce que font les régions dites de « gauche »…. Les mêmes solutions, les mêmes remèdes, les mêmes mesures qui nous enferment dans un capitalisme dévastateur des équilibres naturels et nous éloigne chaque jour davantage de relations humanistes entre les êtres humains.

Le fascisme menace nous dit-on. Il est à nos portes. En France et ailleurs dans le monde. Déjà, certains territoires ont basculé. D’autres menacent de basculer à leur tour. La guerre est encore larvée mais pourrait éclater pour de bon car les causes de celle de 1914-1918 sont bien présentes en 2015.

Alors on nous serine la réaction nécessaire : taisons nos différences. Entendons-nous. Faisons front commun. Nous nous entendons à gauche sur l’essentiel nous dit-on…

Je veux bien tolérer une « unitééééééé » de la Gauche mais à une condition, une seule : que l’on s’accorde sur ce que l’on va faire dans cette « unitéééééééé ». Et là, voyez-vous, j’ai quelques doutes sur la possibilité d’un tel accord sur le fond !

D’autres nous appellent à une union nationale qui ne tienne aucun compte des aspirations contraires des un-e-s et des autres.

Beaucoup confondent l’unité populaire nécessaire et qui, aussi étrange que cela puisse paraître, serait assez facile à obtenir si l’on sortait des schémas politiciens traditionnels, et l’union nationale qui est une forme de dictature du système avec une prétendue onction ou caution populaire.

Moi, je suis partisan de l’unité populaire (ce n’est pas pour rien que je soutiens Laïki Enotita en Grèce) qui suppose seulement que le peuple approuve un projet commun.

Je pense que quiconque proposerait en France un tel projet serait largement soutenu… pour peu qu’il n’ait pas trempé auparavant dans des combines politiciennes ou ne se soit pas rendu coupable d’avoir pris des décisions contraires à l’intérêt général…

Or c’est là que le bas blesse. C’est là notre grande difficulté du moment. Celles et ceux qui semblent proposer une alternative intéressante sont loin d’être des néophytes (à la limite tant mieux !) mais ils sont loin aussi d’être exempts de critiques.

Personne n’est parfait me répondra-t-on ! En effet ! Ce n’est pas tant que tel ou tel défaut puisse être constaté chez tel leader, tel parti, telle organisation, qui soit rédhibitoire à mes yeux, précisément parce que je suis assez tolérant pour admettre que l’on peut se tromper, s’égarer et revenir du bon côté du combat. Le problème, c’est une question de crédibilité…

Quand on dit des choses intéressantes, quand on défend un projet qui semble vraiment alternatif, mais qu’on reste uni à des gens qui, de près ou de loin, directement ou indirectement, de manière assumée ou dissimulée, restent malgré tout alliés à celles et ceux qu’on combat, on n’est pas crédible !

Quand on prétend faire autre chose mais que si on échoue à convaincre, on rejoindra celles et ceux qui font depuis toujours ce qu’on conteste, on n’est pas crédible !

Quand pour combattre un mal, on choisit d’appuyer un autre mal, on n’est pas crédible !

Quand on prétend vouloir rendre le peuple souverain sans vouloir briser les liens de la servitude, on n’est pas crédible !

Quand on prétend rassembler le peuple mais qu’on reste enfermé dans la cuisine politicienne de la Gauche, on n’est pas crédible !

Dans notre système électoral, pour l’emporter, il faut obtenir une majorité absolue au premier tour, ou une majorité relative au second et pour obtenir cela, il faut se rassembler et faire l’unitéééé de son camp.

Si vous faîtes cette unité dans la clarté, la cohérence et la fidélité aux valeurs de ce camp, vous réussissez assez bien à convaincre même celles et ceux qui n’y croyaient plus depuis longtemps car il y a un effet dynamique. On l’a vu aux présidentielles de 2012 pour le camp du Front de Gauche qui a fait le plein de ses voix et en a même sans doute gagnées ailleurs, très au-delà de son camp…

À l’inverse, quand on revient aux jeux politiciens, on se prend des vestes. La raclée s’annonce mémorable pour la gauche en général aux Régionales de décembre. Mais feu le Front de Gauche va également ramasser de violents coups dans la gueule ! Ce sera mérité quand on voit le spectacle affligeant qu’a donné, depuis juin 2012, le Front de Gauche ou plutôt celles et ceux qui l’animaient..

L’unité n’est donc source de succès que lorsqu’elle reflète un accord réel et sincère sur un projet et que les intérêts personnels s’effacent ou sont domptés et tenus en respect au profit de la promotion de l’intérêt général.

Mais faire l’unitééééééé juste pour peser plus lourdement que les autres concurrents ne peut aboutir qu’à un échec si cette unité ne repose pas sur un projet clair et enthousiasmant pour le peuple – et pas seulement pour les militant-e-s ou les cadres des organisations qui l’ont bâtie…

Si l’on accepte tous un projet clairement d’intérêt général, donc un projet qui mettra en oeuvre des décisions tout à fait différentes de celles que la droite officielle, ou le PS et ses bagages accompagnés, ont mis en oeuvre ces dernières décennies, alors oui, allons ensemble. Mais si cette condition n’est pas remplie, une large « unitéééééé » est hors de question.

La condition que je pose est évidemment une clause de style car celles et ceux que l’on combat ne sauraient renier ce qui les a toujours fait agir…

Fanchement…

Voyez-vous la droite ou le PS et ses bagages accompagnés approuver un projet du style  « L’Humain d’abord » ?

Voyez-vous la droite ou le PS et ses bagages accompagnés approuver un projet déterminé à renverser la 5e République pour rendre possible un régime où le peuple aura vraiment pleine souveraineté ?

Voyez-vous la droite ou le PS et ses bagages accompagnés approuver un projet radicalement anticapitaliste ?

Voyez-vous la droite ou le PS et ses bagages accompagnés approuver un projet qui nous libère de la servitude que nous impose l’Union européenne ?

Voyez-vous la droite ou le PS et ses bagages accompagnés approuver un projet qui tourne le dos à nos modes de vie consuméristes et dévastateurs des équilibres naturels pour rendre possible un autre monde sain et juste ?

Voyez-vous la droite ou le PS et ses bagages accompagnés approuver une géopolitique anti-impérialiste et internationaliste ?

Voyez-vous la droite ou le PS et ses bagages accompagnés approuver un véritable partage des richesses produites par tous destiné à faire disparaître pauvreté et précarité alimentaire, sanitaire, intellectuelle ?

Je pourrais poursuivre longtemps ce genre de questions…

L’unitéééé avec le PS et ses bagages accompagnés est IMPOSSIBLE désormais !

L’unitéééé avec les « modérés » de la droite et du centre est IMPOSSIBLE désormais !

JAMAIS PLUS – vous entendez ? JAMAIS PLUS – je ne voterai pour un-e candidat-e du PS, quelles que soient les circonstances ! Le FN a grossi – et nous menace – largement À CAUSE de l’action du PS depuis des décennies. Alors PLUS JAMAIS je ne serai ce citoyen affolé, halluciné, qui choisit le cancer pour ne pas subir la peste…

Et PAS QUESTION non plus pour moi d’appuyer in fine un Alain JUPPÉ parce qu’il serait moins détestable qu’un HOLLANDE, qu’un SARKOZY, qu’une LE PEN ou que je ne sais qui d’autre…

Soit il y a en lice, au premier tour, un, une ou des candidat-e-s qui portent nos espoirs et notre détermination pour rebâtir un monde de liberté, d’égalité et de fraternité donc de partage, de justice et de paix, et qui gardent une crédibilité, et je voterai encore pour eux. Soit il n’y a que des arrivistes, des carriéristes, des politicien-ne-s madré-e-s, aussi détestables que ceux ou celles qu’ils disent affronter, qui se sont employés depuis des mois à fabriquer des alliances parfois indignes (indignes parce que ne reposant pas sur autre chose que des intérêts personnels, très éloignés d’un projet de reconstruction politique au sens noble du terme), et alors je ne me déplacerai même pas.

Comme je n’ai aucune illusion et que je crois être assez conscient de la réalité que nous vivons, en décembre pour les Régionales, j’agirai comme je l’ai déjà fait en 2014 pour les Départementales. Au second tour, je serai un abstentionniste puisque le vote blanc ne sert à rien.

Inutile de venir me faire la leçon. J’ai toujours voté à toutes les élections sans exception depuis que j’ai l’âge de le faire. J’ai 40 ans. J’avais souvent à l’esprit moi-même les arguments qu’on oppose aux abstentionnistes et cela me motivait parfois pour préférer voter « blanc ». Mais aux Départementales, pour la première fois, j’ai préféré m’abstenir au second tour. S’abstenir est aussi un choix et porte un message. Parmi les abstentionnistes, il y a bien sûr celles et ceux qui se contrefoutent de la politique depuis toujours mais leur nombre est résiduel. L’immense majorité des abstentionnistes sont des citoyen-ne-s éveillé-e-s mais très contrarié-e-s et qui hurlent ainsi un message très clair.

Cette fois, aux Régionales, c’est dès le premier tour que je m’abstiendrai car ce que je vois, ce que je lis et ce que j’entends est très loin de correspondre aux idées que je me fais de l’avenir dont nous avons besoin. Alors faute de pouvoir influer moi-même sur les évènements, je me retire sur l’Aventin… avec une cohorte de citoyen-ne-s désabusé-e-s, écoeuré-e-s, extrêmement contrarié-e-s MAIS PAS DÉSESPÉRÉ-E-S !

Nous ne sommes pas seulement des victimes de forces contre lesquelles nous ne pouvons rien. Nous sommes aussi des victimes de notre refus de nous libérer. Le principe de la servitude volontaire….

C’est à nous de prendre désormais notre vie en mains, malgré le système qui tend à nous dissuader de le faire, malgré les contraintes qu’on nous impose et les coups de fouet qu’on nous inflige.

Des milliers de gens ont abandonné la politique qui se fait sur la « scène » politique mais n’ont pas abandonné la politique pour autant, la politique au sens noble. Ils en font aussi en repensant le monde et en menant des alternatives radicales et concrètes chaque jour, dans leur vie, dans leur entourage.

Je l’ai déjà dit, je le répète. Ce n’est pas au niveau macro-politique que nous inverserons la course fatale. C’est au niveau le plus local, quand nous serons des millions à avoir compris et à avoir commencé à changer nos modes de vie, notre façon d’habiter la terre et réussi à faire en sorte que nos pratiques quotidiennes soient en résonance avec le diagnostic que nous avons fait et que nous aurons essaimé.

Ce n’est pas le PG, le PCF, le Front de Gauche qui changeront le monde.
Ce n’est pas davantage l’UPR, le M’PEP, le PRCF, le NPA ou je ne sais qui d’autre dans la galaxie institutionnelle des partis.

C’est NOUS !

Partons du projet collectif et non des personnalités et nous aurons remis la lutte en ordre de « bataille » !

Texte de ma camarade Christine DUPLAISSY

* * * * *

Suite à un débat sur André Chassaigne et sur sa jalouse vindicte contre Jean-Luc Mélenchon…

Et si les PC ont continué leurs alliances contre nature partout en province et de plus belle pour les Départementales, ça doit être aussi « la faute à Simonnet » (Paris) ou « à Mélenchon » (moi je dirais plutôt la faute à Coquerel, mais moi je fustige aussi ces histoires de personnes !

Non, les gens ! Ça n’est pas un problème de personnes, mais de CONVICTIONS politiques et de PROGRAMME ! Je m’explique.

De toutes façons, tant que le PC, comme « Ensemble », comme le PG, n’auront pas rompu définitivement, localement comme nationalement, avec le « social-néo-libéralisme » et ne seront pas revenus au programme alternatif fondamental « L’Humain d’Abord » (à creuser et travailler encore, on est d’accord !) programme COLLECTIF, à l’origine, et qui est une vraie avancée vers la rupture anti-capitaliste, la population, soit se résignera, soit cherchera une « alternative » ailleurs et gare à tout le monde si c’est l’alternative de la Haine !!!

Mais personne ne va donc se poser la question de POURQUOI la droite et son extrême font le plein de leurs voix (qui plafonnent et n’augmentent guère si l’on y regarde de près !) & de POURQUOI, NOUS, feu le FDG, qui aurions dû représenter L’ALTERNATIVE, nous n’avons réussi à « convaincre » 50% d’électeurs/trices qu’à RESTER CHEZ eux et elles (ou voter blanc/nul dans le « meilleur » des cas !!!) ?

Cette abstention massive n’est PAS de droite et se refuse farouchement à l’extrême-droite ! Ces gens-là (dont je fais partie !) n’attendent qu’une chose : qu’on leur propose de construire une alternative clairement affranchie des vieilles « alliances » traditionnelles rances et mortifères ! Et surtout clairement affranchie des deux partis de « gouvernement » P$ et €€LV qui ne savent qu’acheter un semblant de paix sociale en organisant méthodiquement le turn-over de la misère afin de maintenir à flot le système capitaliste qui ne sait que se régénérer de crises en crises ! Deux partis également pro-système U€, dont il faut sortir au plus viiiiite !!!

Ça n’est pas un problème de « personnes », on n’en est plus là : y’a le feu au lac, là ! Et ça n’est même plus une image : c’est l’effrayante réalité « gaz de schiste » / et-ou nucléaire, et ZAD à « détruire » de leur point de vue, que P$ et €€LV soutiennent, tout comme UMP-FN/UDI-MODEM !

C’est un problème de choix de société !!! Décidons nous-mêmes de QUELLE SOCIÉTÉ nous voulons demain pour nos mômes (& pour ce qu’il nous reste de temps à vivre !), de QUELLE constitution nous voulons pour ne plus reproduire les aberrations d’un Monarque républicain et de son « staff » (qui ne peut même plus s’appeler un « État » vu qu’il est entièrement à la botte et au service de la finance et de l’impérialisme US !

Reprenons NOTRE SOUVERAINETÉ ET NOTRE INDÉPENDANCE ! Et ensuite, nous devrons décider, puisque la 5ème ripoux-blique nous y oblige une dernière fois, de quelle personne mérite notre confiance, suffisamment pour porter notre programme vers son succès. Et dès que celle-ci ou celui-ci aura accompli son mandat, nous lui demanderons de nous rendre les clés. Gentiment d’abord… Mais s’il faut montrer les dents et le/la révoquer, la nouvelle Constitution nous en donnera le droit et nous n’hésiterons pas !

Voilà, à mon sens, rien ne vaut la rupture franche, publique et totale d’avec P$, €€LV et toutes celles et ceux qui nous jouent les « grandes orgues » du « sentimentalisme de gôgôche » pour mieux nous museler, ce qui, perso, désormais, me laisse de marbre !!!

Partons du projet collectif et non des personnalités et nous aurons remis la lutte en ordre de « bataille » !

Pourquoi le FdG (se) perd. Par Christine Duplaissy

Parce que nous ne nous soucions (je dis « nous » car j’y inclus mon propre parti !) que d’alliances électorales dans la perspective de continuité d’institutions d’une 5ème république pourrie !! Les 4 millions de voix de 2012 se sont envolées car elle étaient venues à nous dans une perspective très claire du programme l’Humain d’Abord, dans une perspective de rassemblement réellement DE GAUCHE EN RUPTURE RADICALE avec les institutions existantes !!!
Or, depuis les législatives, nous ne nous soucions plus que d’alliances électorales avec des partis ou mouvements de traîtres, qui ont donné toutes les preuves de leur perversité, que ce soit le PS et/ou EELV (j’excepte Grenoble qui est à mes yeux un cas PARTICULIER car M. Piole s’est lui-même mis en rupture des baronnies locales (comme quoi quand la rupture est franche, assumée et consommée, ça marche !!!). Mais nous avons abandonné en route, et le programme élaboré à la base dans des comités locaux (je le sais, j’en faisais partie !), et le manifeste écosocialiste, pour ne plus parler qu’ELECTIONS et « alliances » !!! Or, le peuple, dans son non-vote (1er « parti de France » !) a été TRÈS CLAIR : les institutions (donc les « élections ») de la 5ème république, il n’en voit plus l' »utilité », instinctivement, les gens sentent qu’elles lui sont néfastes, même !!!
Le peuple n’a pas (ou peu !!!) voté. Reste le terrain des luttes sociales! !! Et là : que faisons-nous, au lieu d’être sur ce terrain ??? (oui :- oui, j’ai lu, comme tout le monde : on pond des « communiqués de soutien » ! Oh la la : youpiii ! Quelle « subversion » ! Quelle belle de façon d’être « sur le terrain » !!! ) ? Au lieu d’être dans les piquets de grève, à diffuser aux grévistes nos exemplaires des programmes l’Humain d’Abord, tout le FdG (ce qu’il en reste !), réuni et dispo pour le faire, au lieu de proposer justement des comité locaux pour en discuter, de ces propositions du FdG, sur les services publics, sur les régies publiques, sur le ferroutage, sur les politiques culturelles !?? Qu’est-ce qu’on fait, mais : QU’EST-CE QU’ON FAIT ? :… On propose des « alliances » électorales pour 2015 !!!
Alors même qu’on n’est pas d’accord sur le découpage à la hussarde de Hollande/Valls, on « envisage » quand même les régionales de 2015 (donc, de fait, on « entérine » !!!) ! Mais vous croyez que les cheminots ou les intermittents, ils envisagent les régionales de 2015 ??? Ils et elles ne savent même pas s’ils pourront bouffer DEMAIN, après la grève !!! Alors hein, les régionales de 2015 !!! Qu’est-ce qu’ils et elles s’en tapent !!!
Je suis dégoûtée, révoltée !! Je ne suis pas au PG et au FdG pour préparer des campagnes électorales et me battre pour des « postes », dans des élections dans lesquelles je SAIS (parce que je travaille dans une collectivité locale !!!) que nos élu-e-s ne serviront A RIEN !!! La preuve : à quoi ont-ils/elles servi, jusqu’à présent ??? A voter des « vœux » ??? A accepter de voter les budgets d’austérité, tout ça parce que justement, il y a des « alliances » avec des traîtres que nos « élu-e-s » Fdg ne veulent pas « vexer » ??? !!! Ont-ils/elles profité de cette tribune publique qu’est une assemblée nationale, départementale, municipales, pour rappeler haut et fort que dans le programme « L’Humain d’Abord », qui est un programme anti-austéritaire, il y a d’autres solutions et alternatives proposées !?? Non ! JAMAIS !!! 
Eh bien : je REFUSE, dorénavant, de participer à TOUTE CAMPAGNE électorale dans laquelle je n’aurai pas à défendre le programme « L’HUMAIN D’ABORD » et le « Manifeste écosocialiste » ! Pour moi, ces deux programmes se complètent et forment un projet alternatif qui est un socle MINIMUM ! Et notamment, la révocabilité des élu-e-s par le peuple à mi-mandat !!! C’est la seule façon de convaincre la population de retourner aux urnes parce qu’enfin, son vote lui semblera vraiment « UTILE » et décisionnel !!! Donc, perso, je ne me battrai plus pour un retour en arrière !! Etre progressiste, ça veut dire AVANCER et non RECULER !!! Ça suffit d’attendre que les messieurs-dames du PS et d’EELV soient « prêt-e-s » ! Ils/elles ne le seront jamais, car ils/elles ne se battent pas pour une société alternative du bien-vivre, mais bien pour leurs petits avantages particuliers ! Sinon, il y a longtemps qu’ils/elles auraient lu, analysé et ACCEPTE NOTRE PROJET !!! Mais « désobéir aux traités » !! Voyons donc : c’est trop pour ces petit-e-s marquis-e-s couard-e-s !!! Ils/elles auraient trop à y perdre !!! Je n’irai pas « au combat » avec ces gens qui n’ont pas le « couteau entre les dents » mais qui savent parfaitement bien (je dirais même qui sont payé-e-s POUR !) manier le coup de poignard DANS LE DOS !!!

LES OPTIONS DE COMBAT – Par Jeanne MOLL

Soit on vise les alliances électorales avec les partis la plus large possible,
Soit on table sur un réveil populaire …
La 1ère option suppose un lot important de compromis et de tractations avec des « gôches » douteuses ou traitresses pour gagner les élections.
La 2ème option se concentre sur le travail politique de fond et la confiance dans la population et tous ceux (celles) que ça motive …
La 1ère option offre peu d’avantages car elle nous relègue dans le jeu politicien traditionnel et aura donc peu d’influence sur l’abstention. Elle sera la réunion des ruines de « gauche » sans succès garanti car leur poids électoral ne cesse de décroître.
La 2ème option permet un positionnement radical et audible pour tous en rupture avec la politicaillerie ambiante (radicalité que nos amis EELV et du PCF qualifient de « sectarisme »). C’est un pari en faveur du peuple et de la confiance qu’on lui fait. Mais peu de gens font confiance au peuple, en particulier ceux qui s’en réclament.
Dans le premier cas, l’encerclement de JLM et surtout de la radicalité du PG est patente. De Laurent à Cambadélis en passant par De Rugy, ils veulent sa peau et ils l’auront car dans ce cas, JLM perdra son crédit d’espoir soulevé par la Présidentielle.
Dans le deuxième cas, le PG peut rejoindre les mouvements sociaux et entrainer derrière lui une bonne part des personnes en attente d’un changement réel et assumé en dehors des petits arrangements entre amis habituels …que le peuple recrache tellement il s’est déjà fait entubé …
La cuisine électorale ou l’audace ?