Archives du mot-clé paix

John Fitzgerald Kennedy, le destin brisé d’une autre Amérique – Mon hommage au président assassiné

John F. Kennedy

*

Il y a 54 ans, JFK était assassiné à Dallas, au Texas.

John Fitzgerald KENNEDY était le Président des États-Unis élu en novembre 1960 et ayant pris ses fonctions le 20 janvier 1961. Il était le Président des États-Unis qui avait commencé à réorienter la politique de son pays pour en faire, au plan diplomatique et international, une puissance au service de la paix et de la coexistence pacifique et au plan interne, il avait entamé un processus visant à mieux répartir les richesses. Il signa alors son arrêt de mort.

Lire la suite John Fitzgerald Kennedy, le destin brisé d’une autre Amérique – Mon hommage au président assassiné

À Jean-Luc Mélenchon – Le 23/09 à 21h05 – À propos des menaces de guerre en Corée du Nord

Quand Vladimir Poutine et Xi Jinping vont faire prendre l’air, eux aussi, à leurs bombardiers et à leurs chasseurs de défense aérienne, pour rappeler gentiment à l’Empire que celui-ci ne fera pas régner sa loi dans leur jardin – car ils ne peuvent rester sans réagir face à de telles provocations – on va rigoler… Peut-être pour la dernière fois…

Je parle des démonstrations de force militaire impériales au ras des moustaches de la Corée du Nord, et donc de la Chine et de la Russie…

Lire la suite À Jean-Luc Mélenchon – Le 23/09 à 21h05 – À propos des menaces de guerre en Corée du Nord

Entre espoir et crainte, mon esprit et ma raison s’égarent, cher Jean-Luc !

Jean-Luc, depuis des années que je te suis, j’ai appris, grâce à toi, à ne plus baisser la tête, à parler parfois (souvent) « cru et dru ». Moi qui, enfant et adolescent voire jeune adulte, étais timide, réservé, « gentil et docile », j’ai évolué dans le sens opposé pour être en phase avec « le bruit et la fureur », « le tumulte et le fracas » du temps que nous vivons que tu avais si bien décrits.
*

Et une large part de mon évolution « comportementale » ou de mon expression (écrite ou orale) résulte des heures passées en ta compagnie virtuelle. Oui, c’est en t’écoutant attentivement, en te lisant énormément (livres, blog, articles de presse), en retranscrivant parfois tes discours que, comme tant d’autres, j’ai fini, moi aussi, par adopter une certaine insolence dans laquelle certains croient déceler une arrogance qui n’en est pas une. Je l’avoue volontiers, je fais un peu le fier parfois, non pas eu égard à ce que je suis ou à ce que je dis mais plutôt à propos de ce que je défends ou des gens qui constituent ma vie ou mon « Panthéon ». Et sans doute ne suis-je pas toujours aussi « fin » que je le voudrais. J’y consens et j’ai toujours accepté les critiques aussi longtemps qu’elles ne dissimulaient pas une noirceur, ou qu’elles ne prenaient pas le masque de l’insulte ou de l’outrage.

*

Vois-tu, je pense que j’ai été à bonne école même si tu n’as été mon professeur qu’à ton insu. Comme c’est le cas pour toi aussi, il y a un peu de « jeu » dans notre expression. C’est bien toi qui a appris à un nombre inimaginable d’entre-nous à être ces « fortes têtes » que tous, nous n’étions pas forcément, voire pas du tout, il y a quelques années.

*
Et ce caractère bien trempé que nous avons aujourd’hui ne dit pas tout de nous qui, au fond, sommes des gens « sympas » rêvant d’un monde pacifié, paisible, où les peuples seraient heureux et entretiendraient entre eux des relations harmonieuses.
*

Pour ma part, depuis près de huit ans maintenant, au PG d’abord (pendant près de six ans), puis avec la France Insoumise depuis plus d’un an, je t’ai suivi et accompagné. J’ai espéré, pendant toutes ces années te voir entreprendre l’évolution stratégique que tu as enfin amorcée au second semestre 2015 et que tu as confirmée avec ta déclaration de candidature au début de 2016. Comme tant d’autres, je t’y avais appelé plusieurs fois, notamment dans deux lettres ouvertes, celle-ci et celle-là et dans les billets dont les liens figurent en notes à la fin de celui-ci. Toujours avec toi et avec nos camarades et ami-e-s, et malgré parfois certains désaccords, j’ai cheminé dans ton sillage. Et j’ai espéré que tu puisses un peu pousser toi aussi la roue de l’Histoire pour qu’elle se remette à tourner dans le sens du progrès au lieu de faire des mouvements nous faisant sans cesse régresser davantage. Ainsi que tu le « soupires » souvent toi-même, « Histoire, que tu es longue et cruelle » me dis-je bien souvent !

*

Ce soir, une nouvelle fois, après tant de fois précédentes déjà depuis des années, tu as donné le meilleur de toi-même dans ton discours-fleuve de près de deux heures à Strasbourg.

*

Tu as enflammé nos coeurs et nos âmes citoyennes. Nous vibrons d’autant plus que nous saisissons l’urgence et la gravité du moment comme son caractère exceptionnel. Tous ensemble, nous sommes en train de faire l’Histoire.

*

Je ne veux pas te paraître dithyrambique, mais il y a des choses que tu as dites ce soir qui résonnent comme jamais à nos oreilles. Des idées enthousiasmantes comme presque toujours, parce que innovantes, progressistes, humanistes, intelligentes, ambitieuses et tellement raisonnables en même temps. Mais surtout, cette capacité que tu as à nous donner la conviction que tu as la ferme résolution d’agir demain en conformité avec tes paroles et tes discours d’aujourd’hui.

*

Ceci nous donne à tous du coeur à l’ouvrage, maintient voire augmente le feu qui couve en chacun de nous. Voilà que le magma incandescent remonte de quelques mètres voire dizaines de mètres de plus. Tiens ! C’est là encore une image que tu aimes utiliser parfois, toi qui dis que le peuple français est un volcan.

*

Pourtant, ce soir, bien que je me sois laissé aller à jubiler en t’entendant, puis à m’amuser quelques minutes à écrire un nouveau billet d’humour un peu sarcastique, je me sens aussi affreusement balancé entre une joie intérieure profonde, une forme de confiance irrésistible dans l’avenir, et en même temps, ce qui est tout à fait antinomique, une inquiétude qui tend à devenir un effroi quand je vois la course du monde vers l’abîme.

*

Cet abîme, c’est celui que la folie de nos gouvernants et de nos semblables donnent l’impression de vouloir atteindre avant l’heure dite. Cette folie nous fait tous participer, parfois certes malgré nous, à la destruction de l’écosystème. Mais pas seulement !

*

Cet abîme, c’est aussi celui qui se rapproche de nous du fait de nos choix géopolitiques. On assiste à une forme nouvelle de montée des tensions et des périls comme on l’a déjà vu dans le passé, pour le plus grand désastre et le plus grand malheur de l’Europe.

*

Et comme si ça ne suffisait pas à noircir suffisamment le tableau, tu as relevé ces derniers jours, et encore ce soir, le pressentiment que nous commençons à avoir tous que notre propre pays, poussé par des forces occultes qui semblent bien s’être donné le mot pour souffler sur les mauvaises braises, n’entre non pas en « révolution citoyenne », mais en guerre civile.

*

Et au-delà de tout cela, une autre peur commence vraiment à m’assaillir : que les tenants du système ne se laissent pas chasser par une simple séquence électorale.

*

On est quelques-uns à percevoir des signaux qui se rapprochent de plus en plus depuis quelques années, depuis quelques mois et depuis quelques semaines. Je pourrais aussi dire depuis quelques jours.

*

Et ces signaux ne sont vraiment pas encourageants. Pour ne pas dire qu’ils me terrifient !

*

Certes nous t’avons toi, et nous avons aussi les valeureux combattant-te-s qui sont autour de toi, dans le premier cercle, dans le second, le troisième et les suivants… Et comme tu l’as si magnifiquement exprimé ce soir, nous avons aussi et surtout ce peuple français si ardent, si prêt à se retrousser les manches pour participer à l’oeuvre historique qui nous attend si on le prend par la main au lieu de le mépriser, de le négliger, de l’ignorer, voire de le contraindre à faire ce qu’il refuse.

*

Mais contre nous, nous avons aussi des ennemis résolus à ne jamais perdre le pouvoir. Je ne parle pas spécialement de tel ou tel pantin du « circus politicus » prenant la suite de ceux qui les ont précédés dans ce rôle. Je parle plutôt des forces plus discrètes mais ô combien plus puissantes qui tiennent le monde.

*

Je connais un peu l’Histoire et je sais combien elle est cruelle.

*

Deux dates disent beaucoup pour qui a étudié tout ce qui tourne autour d’elles : le 22 novembre 1963 et le 11 septembre 2001. J’aurais pu en citer bien d’autres mais ces deux-là sont pour moi les plus fondamentales pour dire que le mal existe !

*

Voilà pourquoi j’ai peur Jean-Luc.

*

Je ne pense pas que cette peur soit irrationnelle. Et elle ne m’empêche ni de penser, ni d’agir. Je ne me terrerai pas plus demain qu’hier pour éviter tout risque potentiel. Mais je voulais exprimer ce soir cette angoisse sourde que beaucoup de mes camarades et ami-e-s partagent.

*

Peut-être qu’un jour prochain, à l’occasion d’un nouveau discours que tu prononceras ou d’un nouveau billet de blog que tu publieras, tu auras des mots pour nous rassurer. Car si je parle en mon seul nom vu que je ne suis rien d’autre qu’un militant ordinaire, je sais que je pourrais parler au nom de beaucoup.

*
Je t’adresse, Jean-Luc, un salut très fraternel et je t’abjure de prendre garde à toi.
*
*
*
Quelques liens vers des billets que j’ai écrits à ton sujet ou à ton attention

Sauter le pas car le doute fait avancer – Par Claire BOUTHILLON le 20/01/2017

Par ma camarade et “soeur d’armes” Claire Bouthillon
*
Il faut considérer le cadre très contraignant qui pèse sur les conditions de la campagne des Insoumis. A quel point la souveraineté citoyenne est contestée par les élites et l’establishment jusque dans les chapelles de l’extrême gauche, laquelle fait son beurre pourtant de la condition ouvrière et des plus vulnérables… Nous quittons les logiques d’appareil, dont nous subissons pourtant en ce moment les dernières tentatives de contrôle, y compris parmi les soutiens partidaires du candidat Mélenchon. Nous voyons des Législatives en politique des places qui tentent encore de nous soumettre à des professionnels de la politique. Et pourtant nous sommes en résistance pour nous organiser en une immense assemblée citoyenne au service de notre projet commun.
*
Jean-Luc Mélenchon s’engage à faire la transition jusqu’à ce que la constituante soit établie et prête à diriger en pleine stabilité malgré un contexte international très dirigiste. Rien, absolument rien n’est figé dans le programme, fut-il coulé dans le bronze ! Nous sommes soumis à des changements constants dans une vision positive de ce qui jusqu’ici se préparait dans une révolution silencieuse, mais se destine à construire notre avenir désormais en 1ère ligne et à faire en sorte que la nouvelle constitution soit au service du Peuple. Nous sommes en lâcher prise dans les méthodes et nous tâtonnons. Tout est à inventer.
*
LA PAIX AVANT TOUT
*
Enfin le plus important et qui motive par-dessus tout nos votes, est que nous sommes les seul-e-s à refuser les ingérences et à tout faire pour la Paix. Nous sommes les seul-e-s…
Partout dans cette Primaire PS en réalité, on défend l’escalade de la guerre en diabolisant autrui, en contestant son indépendance, parce qu’un nouvel ordre mondial est en train de naître qui refuse de nourrir les appétits des puissants qui ont besoin des guerres pour s’enrichir et se maintenir. Il faut donc arrêter d’affirmer des certitudes quand tout est incertain et que nous sommes avant tout une convergence citoyenne qui se place en face d’un système, pour tout simplement se développer sur des valeurs d’intérêt général, de laïcité et de sauvegarde de notre planète. Nous comptons avant tout mettre en pratique les valeurs héritées des Lumières, dans les faits, et non pour légitimer l’envie d’aller s’ingérer dans d’autres pays, alors que la liste des génocides nous revient en majorité absolue. Nous restons ce faisant des pragmatiques en tenant compte des réalités pour bâtir nos rêves.
Donc nous devons voter pour cette aspiration citoyenne à gouverner. Rien n’est jamais parfait, mais nous sommes pour la première fois en capacité de transformer et de créer un nouvel ordre mondial. Si ce n’est pour nous, pour nos jeunes d’avenir.

“Je suis du camp de la France et son seul intérêt, c’est la paix !” Jean-Luc Mélenchon, Le Lamentin (Martinique) le 17/12/2016

Extrait du discours de Jean-Luc Mélenchon au Lamentin (Matinique) le 17 décembre 2016.
*
Retranscription faite par Vincent Christophe Le Roux
*
Lien vers la vidéo intégrale (1h 21 min 49’).
*
À propos de la Syrie (…) on va répétant de tous côtés que ma position est ambiguë. Mais elle ne l’est d’aucune façon !
*
Je suis hostile au parti de la guerre. Et le parti de la guerre s’est constitué en Europe et en France à travers un soutien aveuglé à ce que j’appelle le « campisme ». Il y a une situation et alors chacun choisit un camp. Eh bien, ce n’est pas mon avis !
*
Mon avis est que je suis du camp de la France et la France, son seul intérêt, c’est la paix ! Nous ne participons d’aucune coalition pour dépouiller la Syrie, ici d’un plateau, là-bas d’un rebord, ou là encore d’une plaine. Ma position est extrêmement claire : je m’oppose au parti de la guerre qui est en train de monter en puissance dans toute l’Europe à l’instigation des États-Unis d’Amérique qui, en commençant par l’Ukraine et en continuant ailleurs, ont hourdi toutes sortes d’agitations pour subjuguer les esprits. Et croyez que je n’exagère pas en vous parlant comme je suis en train de le faire. Si vous voyiez les résolutions qui se discutent au Parlement européen, vous seriez effrayés, du ton qui est pris, de cette manière de revivre une guerre Froide qui a cessé depuis bien longtemps et dont on voit bien que si elle devait recommencer, ce serait une guerre chaude !
*
Mes chers compatriotes, la paix est un bien précieux et il faut lutter pour elle. J’ai assez visité ce territoire pour savoir quelle a été sa contribution dans le passé aux grandes guerres, qui sont toujours mondiales quand elles s’allument en Europe qui en porte seule la responsabilité à chacune des étapes de l’Histoire.
*
J’ai vu, dans les villages et les villes, les monuments aux morts en Martinique avec tous ces malheureux qu’on avait emmenés là-bas pour combattre et y mourir et que leurs pères et mères n’ont jamais revus.
*
La paix est une question sérieuse. Ce n’est pas un état de nature. Nous devons résister lorsque la guerre s’avance, avec lucidité, avec sang-froid et refuser les pressions qui s’exercent sur nous.
*
On voudrait, tous les jours, me faire condamner tel bombardement plutôt que tel autre. Je ne le ferai pas ! Je continuerai à tenir ma position qui est de dire qu’on ne peut venir à bout de l’ennemi qu’on affronte et à qui nous pouvons imputer les morts du Bataclan, de l’assassinat de Charlie Hebdo, de l’épicerie Casher et ainsi de suite, que nous avons à régler ce compte-là mais que nous ne le ferons pas au prix d’une guerre qui embrase toute une région.
*
Je ne choisis pas mes bombardements. Je déteste les bombardements, que ce soit ceux d’Alep, ceux du Yémen, ou ceux de Mossoul car toujours ce sont les civils qui paient et qui sont en état total d’impuissance ayant à subir toutes sortes d’horreurs, celles que leur infligent les occupants qui arrivent puis, quand ils s’en vont, celles des nouveaux qui arrivent ! Nous savons tous que c’est cela la guerre. Il n’y a pas de guerre propre.
Je le dis avec toute cette force car vous aurez, vous autres, un rôle à jouer dans l’idée que je me fais de la réorganisation de la politique internationale de la France.
*
Je ne veux plus que les Français soient le dernier wagon des Américains dans l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord que l’on appelle l’OTAN ! Nous en sortirons et nous en sortirons d’autant plus vivement que je vois comment, à travers l’installation de batteries anti-missiles en Pologne, à travers toutes ces faveurs que l’on déverse sur des pays qui ont des comptes inextinguibles à livrer avec la Russie, on est en train de préparer, sur le vieux continent, un nouvel embrasement.
*
Je n’ai aucune complaisance pour des gouvernements comme ceux de l’Ukraine peuplé de racistes, peuplé de néo-nazis, qui ont le front de porter encore les étendards que l’on a vu sur nos occupants. Voilà ce que j’ai à dire avec toute ma force.
*
Nous sortirons de cette alliance militaire. Nous reconquerrons instantanément notre indépendance totale dans tous les domaines qui concerne la sécurité de la patrie et la manière d’aborder les voisinages qui sont les nôtres dans les Caraïbes et, plus prochement, en Amérique Latine. On sortira le matériel américain du matériel français. Microsoft n’a rien à faire au siège de l’armée française ni aucun de ses logiciels dans aucun des armements français.
*
En reconquérant notre indépendance, nous chercherons à nous lier à d’autres peuples et c’est là que vous avez un rôle à jouer. Pas celui de je ne sais quelle improbable vitrine mais un rôle actif.
*
Nous devons entrer dans les coalitions et regroupements de pays des Caraïbes et de l’Amérique Latine. Car jamais on ne pourra oublier – et jamais il ne faudra cesser de répéter – que la plus longue frontière de la France est avec le Brésil et pas avec l’Allemagne et encore moins avec la Lituanie ! Si bien que nous avons à voir avec l’ALBA et avec MERCOSUR puisque nous en sommes voisins directement.
*
Voilà comment je me représente ça et vous aurez à jouer ce rôle car mon sentiment – et je vous demande de m’écouter avec soin – est qu’une telle redisposition des forces de la France, une telle vision du futur, qui nous extrait de ce petit enfermement européen, qui fait de nous une petite nation occidentale – que nous ne sommes PAS – doit cesser.
Nous ne sommes PAS une nation occidentale. Nous sommes une nation universaliste. Nous sommes présents sur les cinq continents. Nous avons toutes les couleurs, toutes les religions, et nous partageons notre langue – qui ne nous définit pas – avec 29 autres pays. La seule chose que nous ayons en commun et qui est le plus fort, qui est la dynamique qui anime notre peuple, c’est sa devise dont, parfois, et même souvent – et en particulier ici – nous n’avons pas toujours été à la hauteur. Que la France claque comme un message et un drapeau : Liberté – Égalité – Fraternité mais jusqu’au bout, et pour de vrai !
*
Non, vous n’êtes pas ce que l’Europe appelle « les régions ultra-périphériques ». Ce qui est « ultra-périphérique », c’est plutôt Vilnius* que Fort-de-France, pour des Français ! Et, si je le dis, c’est parce que c’est tout le regard qu’il faut changer.
*
Les îles, voyez-vous, les îles françaises, je les pratique déjà depuis quelques temps. Combien, parmi vos élus et vos dirigeants, peuvent dire qu’ils sont allés en Nouvelle Calédonie française, en Kanakie, avec ses terribles onze heures de décalage qui font que vous arrivez pantelant et rentrez chez vous de même !
*
Les îles ne sont pas des territoires exotiques. Les îles sont des loupes sur nous-mêmes. Les îles font voir en gros tous nos défauts et toutes nos qualités. Et parce que ce sont des îles, quand elles cherchent à régler leurs problèmes, alors elles ouvrent des voies pour le pays tout entier.
*
Ah si la Corrèze pouvait imaginer qu’elle est entourée d’eau comme la Martinique ! Peut-être qu’elle réfléchirait autrement à son développement, peut-être qu’elle se poserait des questions que vous avez à vous poser et à régler sur lesquelles, maintenant, je vais venir.
*
* Capitale de la Lituanie

Quelques propos de Jean-Luc Mélenchon à « On n’est pas couchés » du 20 février 2016

Propos retranscrits par Vincent Christophe Le Roux

Jean-Luc Mélenchon : Tout ça, c’est un nid de serpents. On n’est pas de braves camarades qui nous tapons dans le dos. C’est pas vrai !

Cette histoire a commencé sans crier gare par le fait que « mes alliés », après qu’on se soit traînés et effondrés dans le ridicule pendant trois élections, avec nos stratégies à la noix auxquelles personne ne comprenait rien pour savoir avec qui on était alliés, vous vous souvenez de cet épisode, on ne savait même plus comment on s’appelait… On se vautre trois fois de suite et arrive à la présidentielle, par quoi on commence ? La carabistouille ! » [La primaire avec Hollande et Cohn-Bendit]

Jean-Luc Mélenchon : Faut que je me taise sur l’Europe, faut que je me taise sur la planification écologique, faut que je me taise sur la 5e République, bref, si je voulais bien cesser d’être Mélenchon, je serais un Mélenchon acceptable. Eh ben non !

Léa Salamé accuse Jean-Luc Mélenchon d’être « égoïste » pour « ne pas avoir fait monter de successeur. Y’a pas de successeur à Mélenchon affirme-t-elle !

Jean-Luc Mélenchon :  Vous avez tort ! Des successeurs, y’en a ! Mais vous m’obligez à dire quelque chose qui relève de l’intime. Autour de moi, il y a une équipe nombreuse (…) et il y avait, parmi eux, un être spécialement brillant (JLM s’étrangle) qui était mon complice dans l’action politique pendant dix ans. Il était plus jeune que moi et il est mort l’année dernière. Cet homme-là, à mes yeux, représentait la suite. C’était une espèce d’incarnation. Il y a toujours une difficulté à citer un nom parce que ça peut être blessant pour les autres camarades. Voilà, c’était ça mon idée Madame Salamé. J’ai eu cette illusion mégalomaniaque de croire qu’on peut tout maîtriser, y compris le temps ! Et je m’apprêtais à consacrer mon énergie, à écrire et à penser, sur un thème qui est celui de la révolution citoyenne, la rénovation du matérialise historique, c’est ça qui me passionnait. Et il a fallu tout d’un coup regarder autour de soi et… Ça va vous paraître prétentieux ce que je vais vous dire mais alors je me suis dit : Mais QUI va continuer ça ? Qui ne soit pas un combinard… Qui ne soit pas quelqu’un qui va tenter de s’arranger… Qui, à la fin, termine comme tous ces misérables, à se traîner pour un siège, à vendre père et mère pour ça !

Jean-Luc Mélenchon : J’ai toujours tout pris en ouvrant les portes à coup de pied !

Léa Salamé : Pourquoi il n’y en a pas un [parmi vos proches] que vous présentez à la présidentielle ? [au lieu d’y aller vous-même]

Jean-Luc Mélenchon : Parce qu’aucun ne s’est senti en état de le faire !

Je vous l’avais déjà dit dans je ne sais plus quelle émission et je vous le redis ce soir : je ne serai jamais un obstacle ! Moi ma personne ! Mais à une condition : il faut tenir bon ! Et tenir bon sur les choses sur lesquelles on s’est engagés ! »

Nos intérêts [à nous les Français] c’est que la guerre [en Syrie] s’arrête. Vite ! Vite ! Vite !

Léa Salamé : « Pourquoi vous dîtes pas qu’il faut laisser Poutine régler le problème [de DAECH], on se retire et on donne la Syrie à Poutine ? »

Jean-Luc Mélenchon : Mais non ! Non ! Non ! Il ne peut pas être question de laisser Poutine régler le problème ! Parce que je ne suis pas non plus d’accord pour que Poutine règle [seul] le problème ! Je suis pour que l’ONU règle le problème ! (…) Je ne soutiens qu’une seule chose : le retour rapide à la paix.

Sur la monnaie :

Jean-Luc Mélenchon : L’euro est une monnaie unique, la monnaie qu’ont proposé les Chinois – mais pas qu’eux d’ailleurs car il y a aussi bien des économistes français – serait une monnaie commune de référence. Pourquoi ?

Parce qu’aujourd’hui, la monnaie commune de référence, c’est le dollar. Et les États-Unis d’Amérique impriment des dollars tant qu’ils veulent et personne n’a rien à dire. Et ils ont inondé la planète d’une masse de papelards qui crée des bulles financières qui explosent à intervalles réguliers sur des incidents comme les subprimes. Demain, ça peut être sur la dette étudiante ou je ne sais quoi. Donc les Chinois disent : vous êtes bien gentils mais on a déjà rempli nos coffres avec des titres de dette américains, on a des dollars partout, on voudrait quand même, pas tous les jours, que ça nous explose sous les fesses. Donc ils proposent une monnaie commune* et à nous, les Français, c’est notre intérêt que ce ne soit plus le dollar la monnaie de réserve !

Alors là, vous m’avez dit : Les Américains ne sont pas d’accord. Eh bien justement, c’est un problème qu’on ne puisse faire dans ce monde que ce avec quoi les Américains sont d’accord ! Surtout qu’ils s’attribuent le privilège de battre monnaie pour la terre entière et de ficher la pagaille partout ! Et de défendre leur position qui est intenable économiquement par le fait que c’est la première puissance militaire du monde.

Si vous voulez que cet ordre absurde du monde cesse, il faut y aller doucement. Il y a une méthode qui est violente : vous faîtes sauter le système de l’intérieur ! Nous avons tous les moyens de faire sauter le système. Vous savez ? Il y a cinq banques systémiques en France. Ça veut dire que si une saute, c’est tout le système qui saute ! On a les moyens de faire sauter le système, ça c’est la méthode brutale.

Vous avez la méthode sauvage : la bulle éclate et tout le monde court partout comme des poulets effarouchés pour essayer de rattraper le truc !

Et puis, vous avez la méthode civilisée : on y va mollo, on crée une monnaie commune, on change chaque monnaie dans la valeur de la monnaie commune et petit à petit on a un étalon commun raisonnable. Moi, je préfère les solutions raisonnables à la destruction généralisée. Je n’aime pas le chaos ! Je crois que je ne suis pas le seul sur terre à pas aimer le chaos !

* une nouvelle monnaie commune mondiale qui servirait de référence en lieu et place du dollar qui ne vaut rien en-dehors de la fiction monétaire

Monsieur le Premier ministre de Grèce, prenez au mot Jean-Claude Juncker…

Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne et membre de la fameuse Troïka a exprimé ce lundi la supplique suivante : « Je demande au peuple grec de voter oui, quelle que soit la question. »

C’est ce que rapporte l’agence de presse Reuters (voir ici : http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5N0ZF2I020150629).

Moi ça m’inspire et je pense que l’on devrait prendre au mot cet €uromonarque… Du coup, voici un appel que nous pourrions adresser, à notre tour, à Alexis Tsipras…

* * *

Monsieur le Premier ministre de Grèce, camarade Alexis Tsipras,

Puisque M. JUNCKER appelle votre peuple à voter OUI « quelle que soit la question », je pense que vous devriez profiter de cet appel solennel de sa part pour interroger votre peuple, par exemple, sur une ou plusieurs des 10 questions ci-dessous. Bien sûr, ce ne sont que des suggestions… 😉 😀

1/ Voulez-vous que le gouvernement de la Grèce dirigé par Alexis Tsipras ignore totalement les diktats de la troïka ?

2/ Voulez-vous que le gouvernement de la Grèce dirigé par Alexis Tsipras considère comme nulle et non avenue la partie illégitime de la dette qu’on nous réclame, sur la base du rapport d’audit de la dette qui a été publié récemment ?

3/ Voulez-vous que le gouvernement de la Grèce dirigé par Alexis Tsipras taxe massivement les plus hauts revenus ?

4/ Voulez-vous que le gouvernement de la Grèce dirigé par Alexis Tsipras impose fiscalement tous les capitaux qui bénéficient d’exemptions fiscales (par exemple les armateurs et l’Église) selon le principe énoncé à l’article 13 de la Déclaration française des droits de l’homme et du citoyen de 1789, à savoir une contribution également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés contributives ?

5/ Voulez-vous que le gouvernement de la Grèce dirigé par Alexis Tsipras sorte totalement notre pays de l’OTAN ?

6/ Voulez-vous que le gouvernement de la Grèce dirigé par Alexis Tsipras prépare activement, notamment avec ses partenaires les plus proches, la sortie de la Grèce de l’Union européenne ?

7/ Voulez-vous que le gouvernement de la Grèce dirigé par Alexis Tsipras prépare activement, notamment avec ses partenaires les plus proches, la sortie de la Grèce de l’OMC ?

8/ Voulez-vous que le gouvernement de la Grèce dirigé par Alexis Tsipras entame des pourparlers avec ses partenaires les plus proches, notamment sud-européens (Espagne, Portugal, Italie et France) en vue d’élaborer de nouvelles solidarités entre les peuples qui se substitueront à l’Union européenne et aux liens de dépendance et de vassalisation en résultant, dans le périmètre des pays dont les peuples auront approuvé le principe ?

9/ Voulez-vous que le gouvernement de la Grèce dirigé par Alexis Tsipras entame les pourparlers diplomatiques nécessaires en vue de faire se lever un puissant mouvement international des peuples libres en faveur de la paix et du désarmement global ?

10/ Voulez-vous que le gouvernement de la Grèce dirigé par Alexis Tsipras entame un processus constituant de nature à sauvegarder et à perfectionner notre démocratie ?

Il y a toutes les raisons de penser que le pyromane Jean-Claude Juncker sera brûlé dans les flammes qu’il a lui-même allumées…