Archives du mot-clé patrie

Rester debout et éveillé après la tragédie

Afficher partout nos trois couleurs, c’est exactement du même ressort que d’avoir affiché partout « Je suis Charlie ».

C’est obéir à une pulsion irrationnelle en plus d’être totalement à côté de la plaque au regard de ce qui nous arrive.

Je n’étais pas Charlie et je ne verserai pas davantage aujourd’hui dans cette folie collective qui frise le nationalisme tellement ce pavoisement est général et quasi agressif. Même pour moi qui suis pourtant bien loin d’être quelqu’un allergique au drapeau, à la nation et aux symboles de notre pays. Mais parfois, même pour le radical que je suis, un peu de mesure et de modération est préférable à un déluge de feu. Il faut savoir viser juste et ne pas se tromper d’ennemi, ni d’ailleurs d’ami-e-s… Il faut savoir faire marcher ce truc qui se trouve dans notre boite crânienne et qu’on appelle cerveau, sans se laisser aller à suivre la masse de celles et ceux qui au lieu de penser et de réfléchir se ruent à faire comme tous les autres, dans un réflexe grégaire.

Cette nouvelle mode est d’autant plus insupportable que de même que ce fut le cas pour « « Je suis Charlie », ce mouvement, au premier abord spontané, est lui aussi désormais totalement sous contrôle du gouvernement ou manipulé par lui… C’est une des cartes que joue le gouvernement. Pour rendre possible l’unité nationale que les attentats de Charlie Hebdo ont échoué à faire advenir. Cette fois, elle est bien là, si on en suit les sondages d’une part et si l’on a les yeux ouverts. Ailleurs que sur ce réseau, je vois et j’entends des choses qui me laissent pantois. Des gens de mon entourage proche (famille, ami-e-s, collègues de travail) affichent des slogans et/ou ont des discours qui me laissent des nausées, si ce n’est des cendres dans la bouche.

On a le sentiment que le peuple français se ligue contre l’ennemi sauf que l’ennemi véritable n’est pas clairement identifié. Celui qu’on nous désigne est encore un pantin ou un faire-valoir. Et pendant que le peuple français, hurlant sa fierté d’être français, croit faire un pied-de-nez aux terroristes, il accepte sans mot dire une régression de ses droits absolument inimaginable.

Les terroristes se contrefoutent de cette réaction de masse, comme de quelques réactions de fierté ou de dérision, qui ressemblent, une fois de plus, tellement elles deviennent stéréotypées et reproduites à l’infini, à ces courses folles de moutons se précipitant vers la falaise parce qu’un des leurs à cru voir un loup.

Et quand on commence à percevoir, d’une part qui est derrière les attentats et pourquoi ils ont été commis, et d’autre part ce que le pouvoir en France fait depuis ce jour tragique, NON, on ne peut cautionner cela en affichant ainsi de manière aussi ostentatoire nos couleurs, surtout depuis que le gouvernement communique abondement pour que nous le fassions.

Nous sommes aussi ridicules, aux yeux du monde, et aussi détestables, que le furent les États-Uniens dans les semaines qui suivirent le 11 Septembre.

Je croyais pourtant le peuple français un peu plus éveillé, un peu moins moutonnier, un peu plus méfiant, que le peuple des États-Unis. Manifestement, je me suis trompé. Manifestement, je me suis pris à espérer en une maturité qui n’existait pas. Manifestement, le peuple français en 2015 est aussi influençable et manipulable que l’était le peuple américain. Je suis abasourdi. Et très inquiet pour notre avenir commun. Ce ne sont pas les « terroristes » qui me font peur. Quand bien même, ils réitèreraient leurs crimes d’une façon encore plus cruelle, encore plus massive, ils ne me terroriseraient pas davantage.

Ce qui me terrorise en revanche, c’est l’apathie de nos concitoyens face à la réaction du pouvoir ; c’est le soutien massif que le peuple semble donner aux dirigeants de notre pays.

La galaxie des medias a bien fait son travail de lavage de cerveaux. « Le peuple des rébellions et des révolutions » comme disait Mélenchon dans un de ses discours, a laissé place à un peuple avachi. Me reviennent les termes prêtés à un certain général de Gaulle… Des « veaux » disait-il.

« Veaux », « moutons », « ânes », « autruches », « bourricots», « bourrins » je ne sais quelle image est la plus parlante, ni quelle espèce animale est la plus proche de cette espèce humaine en cours de décérébration que me semble être le peuple français.

Pour en arriver là, les sphères de pouvoir se sont donné les moyens. Il y a plusieurs lignes de front . La première est constituée des gouvernements qui, quels qu’aient été leurs programmes et leurs engagements de campagne électorale, mettent systématiquement en oeuvre, une fois arrivés au pouvoir, « la seule politique possible », la seule admise par ces pouvoirs invisibles mais qui existent bel et bien, dans l’ombre, la seule qui défend leurs seuls intérêts très particuliers, la seule qui détruit méthodiquement, un à un, tous les progrès qui avaient été enregistrés depuis des décennies. Et c’est là qu’il est utile de rappeler la leçon de l’histoire. Rien, jamais, ne nous a été donné gratuitement, généreusement. Toujours, il a fallu que nous combattions, que nous souffrions, que nous endurions et souvent que nous mourrions. Car les périodes les plus glorieuses furent celles qui suivirent des troubles intenses ou des violences terribles.

Pour reprendre la plus emblématique, l’oeuvre du CNR n’est pas tombée du ciel. Elle est intervenue après la seconde guerre mondiale. Ce n’est que du fait des circonstances résultant de ce conflit que les puissants ont mis un genou à terre, en attendant de redevenir les puissants qu’ils avaient été. Ça leur aura pris environ 25 ans. Et puis, ils ont réussi à mettre un pied dans la porte avant de pénétrer dans la pièce d’où ils étaient « persona non grata » et finalement d’envahir toute la maison, ses dépendances, le quartier environnant, la ville tout entière… Ils ont entamé leur retour en imposant à De Gaulle un certain Pompidou, un des leurs… Celui-là fut le premier des dirigeants français à rétablir la finance dans ses droits. Giscard poussera plus loin cette politique que ne le fit le successeur immédiat du général. Mais moins quand même que le président « de gauche » François Mitterrand. Je sais, ce dernier point est très contesté mais il y a pourtant matière à dresser un bien beau réquisitoire, alimenté de faits précis et concordants, qui convaincrait bien des juges… Ensuite, Chirac continua, bien qu’avec quelques hésitations. Hésitations que Sarkozy, lui, n’eut pas. Le petit agité accéléra le rythme de la « normalisation » de la France, notamment via la forfaiture du Traité de Lisbonne et la réintégration pleine et entière dans l’OTAN qui refaisait e notre pays, un dominion de l’Empire, ce qu’il n’était plus depuis que, en 1966, De Gaulle en avait extrait la France du commandement intégré. À cette époque-là, nous avions un dirigeant qui, malgré toutes les critiques légitimes qu’on peut lui faire par ailleurs, respectait la souveraineté de notre pays et agissait en conséquence. Sauf que lui était le produit d’une histoire exceptionnelle. Tandis que ses successeurs étaient, eux, chacun à sa façon, des « liquidateurs », terme utilisé en titre d’un de ses livres par un certain MOSCOVICI pour dézinguer SARKOZY mais peut-être finalement encore plus adapté pour décrire l’action de Hollande via Valls et Macron interposés. Car ce nouveau président « de gauche » est en train de mener à son terme la mission qui lui a été confiée par ces gens contre qui nous ne pouvons rien semble-t-il, et que nous connaissons bien mal alors que ce sont eux qui sont au sommet de la pyramide. On me rétorquera que grâce à Mitterrand, on a « gagné » pas mal de nouveaux « acquis sociaux » et de mesures de progrès. C’est exact sauf que ces débuts très prometteurs furent vite enrayés et les années suivantes, tout fut fait, y compris sous et par Mitterrand, pour que de tels progrès ne soient plus possibles. Cette arme de destruction massive du « système français » issu du CNR, c’est la « construction européenne ». Dans la déclaration Schuman du 9 mai 1950, il était dit ainsi : « L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait. » Eh bien, il en est allé de même pour la destruction de l’oeuvre du CNR. Un gouvernement qui aurait tout détruit tout de suite aurait été immédiatement renversé et ses membres châtiés. Alors, ils ont été assez avisés pour y aller par étape. Vous connaissez l’histoire de la grenouille dans un bocal dont on chaufferait l’eau… ? Pour plagier la phrase précitée de la déclaration Schuman, cette destruction ne s’est pas faite d’un coup mais par des réalisations concrètes créant d’abord un asservissement de fait. Vous comprenez ? Et Mitterrand n’est pas pour rien dans cela. Désolé, Jean-Luc Mélenchon, mais je ne crois pas à l’argument que vous évoquez pour excuser Mitterrand et vous-mêmes. Je ne crois pas que Mitterrand était si naïf pour penser que l’on pouvait « clouer sur la table les mains de l’Allemagne ». L’animal politique qu’était ce Président ne peut pas avoir fait une telle erreur stratégique. Je crois plutôt qu’il savait très bien où il allait. Sans doute que certains autour de lui, vous peut-être, étaient de bonne foi mais vous vous êtes trompés et vous avez été trompés. Et ce faisant, vous nous avez tous trompés ! Vu les dégâts, peu importe que c’ait été de bonne foi. L’erreur est humaine et il faut savoir pardonner mais à ce niveau-là, il est légitime, pour nous, de devenir procureurs et pour vous, les dirigeants d’hier et d’aujourd’hui, de rendre des comptes.

Le mal est fait hélas. Il sera très long et très pénible de rétablir d’abord, puis de dépasser ensuite le progrès qu’avait été l’oeuvre du CNR. Car maintenant que la France a été quasiment normalisée, que peut faire notre peuple ?

Oui, que peut bien faire CE peuple ? Ce peuple qui donne carte blanche au gouvernement actuel, lequel s’apparente pourtant de plus en plus – et en se dissimulant de moins en moins – à un gouvernement de guerre contre lui ?

La seconde ligne de front est la guerre, non plus seulement économique et sociale, mais policière et militaire, que nous mènent nos dirigeants.

« Choc et stupeur » sont les deux outils de guerre que les pouvoirs utilisent toujours pour dompter des peuples qui grondent quand les mesures « ordinaires » ne suffisent plus à les tenir en respect. Et ça marche toujours ! Les exemples historiques abondent de peuples en rébellion qui ont connu des coups d’État, des actes de terrorisme ou des violences diverses destinées à les faire rentrer dans le rang, destinées à les faire avoir peur de tout et de tout le monde, destinés à les faire se rassembler sans autre raison de le faire que le nationalisme…

Avez-vous déjà vu comment sont traités les poulpes que les pêcheurs viennent de prendre dans leurs filets ? Pour les « attendrir » comme ils disent, on les violente en les projetant avec une grande force sur le sol. Je trouve que cette image est assez proche de ce qu’on nous inflige. Pour nous attendrir, on nous met de grands coups dans la tronche, puis on nous met sous les yeux avec force détails, témoignages larmoyants, photos et vidéos choc qui ont pour effet de « troubler le regard et d’empêcher la réflexion » (extrait de la plaidoirie de Jim Garrison, procureur de La Nouvelle Orléans, dans le procès qu’il intenta à l’un des acteurs présumés du complot dans l’assassinat de John Kennedy). Ceci a par contre pour effet d’attiser la haine et d’alimenter la volonté de vengeance contre des ennemis qu’on nous désignera rapidement…

Roger Gicquel serait encore là, il pourrait reprendre l’antenne des JT et venir nous dire que « La France a peur ».

Certains peuples sont plus héroïques et plus endurants que d’autres dans les violences à leur encontre et il faut parfois, contre eux, user de moyens de grande coercition. D’autres sont plus facilement contrôlables une fois qu’on leur a infligé les premières options de la stratégie du « choc et effroi ».

Ainsi, pour que les États-Uniens « ordinaires » (je veux dire les Américains d’en bas) soient décidés à entrer en guerre d’abord, puis à la faire ensuite (car c’est eux qui la font toujours – ce n’est évidemment pas ceux qui l’ont provoquée qui vont mourir et souffrir au front ou constater l’horreur qu’ils ont déclenchée), il faut souvent y aller à la grosse Bertha. En effet, les Américains ordinaires ne sont pas si épris de guerre que cela et sont mêmes plutôt adeptes de ce qu’on appelle l’isolationnisme. Sauf qu’ils se mettent au garde-à-vous avec une réactivité saisissante chaque fois qu’on leur présente un ennemi à aller tuer. Deux exemples : Pearl Harbor et le 11 Septembre. La veille du 7 décembre 1941, seuls quelques personnages troubles autour du président ROOSEVELT voulaient dézinguer le Japon et entrer dans la Seconde guerre mondiale. Le choix de ROOSEVELT lui-même reste ambigu. Même phénomène le 10 septembre 2001 où il n’y avait que les néoconservateurs autour de W. BUSH pour souhaiter aller faire la guerre à l’Afghanistan. Mais dans les deux ca, après de telles agressions, tout a changé. Les Américains se sont tous serrés en rang derrière leur commandant en chef et leurs armées. Des grandes villes aux fins fonds de campagnes, ce fut un déluge de patriotisme affiché et de bellicisme assumé. Et pendant des années, ils acceptèrent tout de leurs boys et de ceux qui les dirigeaient. Comme ce fut le cas dans toutes les guerres précédentes… Oui tout ! Jusques et y compris les crimes de guerre, les tortures, les « dommages collatéraux » comme ils disent… Les Américains tolérèrent la guerre à outrance contre les civils, ils tolérèrent même l’usage par leurs armées de gaz ou d’armes chimiques (car l’agent Orange en est une, le napalm en est une autre…). Ils ne se rebellèrent pas contre l’emploi d’uranium appauvri qui provoque pourtant des dizaines des milliers de morts au sein même de leurs propres armées. Eux qui sont si fiers de la Déclaration d’indépendance, ils ne bronchèrent pas quand le Président, quand les « hommes du Président » ou quand leurs « représentants » à la Chambre des Représentants ou au Congrès validèrent, eux aussi au garde-à-vous, les décisions liberticides prises par le pouvoir exécutif, notamment les lois PATRIOT. Il fallut attendre, comme chaque fois, plusieurs années pour que le Congrès se réveille et que le peuple sorte de son hibernation et exige des commissions pour faire la lumière sur certaines tragédies. C’est alors que l’on voit des acteurs de la dite tragédie « se mettre à table » et dévoiler que ce que certains avaient dit depuis le premier jour était bel et bien la réalité alors que les pouvoirs, aidés par les medias, avaient opportunément discrédités ceux-ci en les présentant comme de sales complotistes ou même comme des « anti-Américains », ce qui ne manque pas de sel parce que c’étaient surtout des Américains qui étaient accusés d’être des « anti-Américains »… La délation de masse fut pratiquée à cette époque-là, comme c’est le cas dans tout système totalitaire… Sauf que dire la vérité plusieurs années après les faits, et surtout bien après que ces faits aient eu leurs effets recherchés, c’est toujours trop tard. Le mal a été déjà fait et mêmes si les raisons cachées des violences et des guerres sont mises à jour, les principaux responsables ne sont pas inquiétés et les buts atteints ne sont pas remis en cause.

Oui, « les » pouvoirs (qui ont « le » pouvoir) ont les moyens de nous faire taire et de nous forcer à courber l’échine.

J’imagine quand même que parfois ils doivent s’étonner de la facilité avec laquelle ils réussissent à mystifier les masses. J’incline à penser que voir dans certaines de leurs expériences, les réactions uniformes des peuples meurtris qui se mettent en rang serré derrière leurs chefs, aussi pitoyables, dangereux et détestables qu’ils puissent être, vont au-delà sans doute de ce qu’ils espéraient…

Ces puissants malfaisants devaient se dire qu’avec les Français, ça ne serait pas aussi aisé qu’avec les États-Uniens. Parce que les Français sont un peu plus et un peu mieux éduqués, éveillés et expérimentés en termes de rébellion et de révolutions… Eh bien en fait, les Français se sont distingués… en ne se distinguant pas justement des Américains ! Nos réactions, nos discours martiaux, nos comportements, ces derniers jours, sont exactement du même ordre que ce à quoi on avait assisté en septembre 2001.

Et, comme en 2001, où une guerre (en fait plusieurs successives, voire simultanées) furent menées avec l’assentiment de tout un peuple, prétendument contre l’ennemi qui avait frappé, nous voyons, avec effroi, le peuple français répondre à l’appel de son « commandant en chef » et de son gouvernement pour entrer en guerre contre un ennemi impossible à détruire car il ne s’agit pas d’un État dans ses frontières qu’on peut amadouer ou dissuader ou contre qui on peut exercer des représailles. Le terrorisme est par essence diffus et sans frontières. Faire la guerre au terrorisme, c’est, comme le disait Gore Vidal, commencer une guerre perpétuelle qui n’aura jamais de fin puisque ce qui alimente le terrorisme n’est pas traité et que ceux qui alimentent les terroristes ne sont jamais inquiétés…

Nous allons donc guerroyer à notre tour. Comme l’ont fait les Américains. Nous avons donc nous aussi un état (avec un « e » minuscule) quasi martial, comme ce fut le cas aux États-Unis au lendemain du 11 Septembre. Pour l’instant, ce n’est que « l’état d’urgence », pas encore « la loi martiale » mais si l’état d’urgence était quelque chose que nous connaissions en France puisque nous l’avions expérimenté quelques fois, la version 2 de cet état d’urgence, résultant de l’adoption récente de la loi par les deux assemblées du Parlement, est très proche d’un état policier en bonne et due forme. Il y a danger ! Ce n’est pas une simple mesure de protection du peuple qui est en vigueur, mais bien un arsenal juridique pour dompter un peuple qui commençait à gronder.

Avant le 13 novembre, le peuple de France, à l’unisson des autres peuples, grondait. Oh certes, à bas bruit comme on dit dans certaines sphères… Car ce bruit était assourdi par les medias de masse. Et il n’y avait pas encore eu de véritable coup d’éclat resplendissant de résistance, sinon quelques cas isolés de batailles le plus souvent perdues ou en voie de l’être. Mais on sentait bien que l’ambiance était mauvaise, que la colère sourde pouvait à tout moment éclater et renverser le système. Ici, en France, mais aussi ailleurs en Europe, en Afrique, en Asie et même en Amérique…

Or, il est des gens puissants qui vivent de ce système et qui ne peuvent tolérer que ce système soit renversé, parce qu’ils perdraient tout, et même jusqu’à leur vie pour certains. Alors quand l’heure est venue pour eux de faire ce qu’il faut pour assurer leur survie, ces gens-là savent ce qu’il faut faire et ils le font. Peu importe le nombre des victimes, peu importe ce que cela coûte, ils le font. Ou plutôt le font faire. Car ils ne se salissent pas les mains eux-mêmes. Ils ne portent pas les armes eux-mêmes. Ils ne signent aucun document pouvant les impliquer et les confondre mais ils donnent les ordres adéquats. Et leur « système » est assez bien organisé pour que les buts soient atteints sans que jamais on ne puisse vraiment remonter les pistes des commanditaires. On ne touchera que les exécuteurs et des boucs émissaires qu’on livrera en pâture aux peuples assoiffés de vengeance. Dans le monde du renseignement et de l’action criminelle des services secrets, on parle de « jungle des miroirs ». Personne ne sait vraiment qui est qui, ni qui travaille vraiment pour qui, d’autant que les acteurs agissent souvent à plusieurs niveaux, et pour différents commanditaires qui n’ont pas toujours d’ailleurs des intérêts identiques, et qui peuvent même parfois se livrer à des guerres de clans. Comme dans la mafia en fait ! Et comme dans la mafia, comme dans toute entreprise criminelle un tant soit peu sérieuse, tout est étroitement cloisonné, afin qu’aucun acteur de la dite entreprise ne puisse vraiment menacer l’édifice général, ni surtout confondre les principaux donneurs d’ordres. Et les acteurs, qu’ils soient doubles, triples ou multicartes, ne connaissent eux-mêmes que le strict nécessaire à l’accomplissement de la mission qui leur a été confiée, par des gens qui leur sont inconnus bien sûr. S’ils parlent, ils ne menaceront pas le système criminel global et ceux qui pourraient gêner, ils disparaissent rapidement, soit comme ennemis publics abattus par les autorités, soit après avoir été assassinés par d’autres « acteurs » après que leur mission ait été accomplie.

Le peuple mettra des années à sortir de sa torpeur et hélas, le plus souvent ce sera après avoir beaucoup souffert.

Les lanceurs d’alertes qui nous mettent en garde aujourd’hui ne sont pas de grotesques Cassandre. Ce sont des consciences éveillées qui ne participent pas de la folie collective à laquelle on assiste.

La guerre n’a jamais réglé aucun problème de « terrorisme ». Et le terrorisme que certains disent être l’arme du pauvre n’est en fait qu’une action géopolitique de nature criminelle menée par personnes interposées. Les exécuteurs sur le terrain sont de deux ordres :

1- il y a ceux qui ont décidé de devenir des « martyres » pour deux raisons :

a/ parce que leur cœur et leur esprit sont noircis de haine à force d’avoir été lobotomisés et qui, parce qu’ils ont été ainsi décervelés, sont prêts à se supprimer eux-mêmes dans un acte qu’ils croient « héroïque »,

b/ parce que les violences qu’ils ont vécues eux-mêmes les ont fait dévier d’une vie « normale » et leur instinct de vengeance a pris le pas sur leur raison.

2- Il y a ceux qui n’ont pas du tout l’intention d’y rester mais qui font ça par appât du gain. Des mercenaires. D’anciens soldats. Des criminels sous « contrat » qu’on paie pour un crime donné comme on paie certains journalistes à la pige ! Car les commanditaires paient sans doute un très bon prix pour la réalisation des crimes qu’ils souhaitent voir commis. Ce deuxième type de « terroristes » regroupe cette fois des professionnels, rien à voir avec des esprits embrumés ou des kamikazes. Et ceux-là, il est pratiquement impossible de les retrouver. Car ils ont toutes les complicités utiles partout où il le faut, pour pouvoir filer et ne jamais être retrouvés. Et soyez certains que s’ils déviaient un tant soit peu du plan, pour quelque raison que ce soit, d’autres assassins professionnels viendraient nettoyer la place… Le cas d’école est celui de Lee Harvey Oswald, assassin présumé du président Kennedy et bouc émissaire exemplaire, assassiné par un mafioso notoire Jack Ruby, lui-même opportunément décédé d’un cancer foudroyant qui l’emporta en quelques semaines à peine, après qu’il ait assassiné l’assassin présumé…

Ce que je dis là sera inéluctablement décrit par certains comme une énième théorie du complot. Mais des complots, il y en a toujours eu dans les sphères du pouvoir depuis que le monde existe. Le monde de la Rome ancienne en était spécialiste et avait bien appris de civilisations qui l’avaient précédé.

Pourtant, le monde du pouvoir n’est pas fait que de complots. Toute décision d’un gouvernement ne résulte pas d’un complot. Et il existe bel et bien parfois des tragédies qui ne sont pas le fait de complots ou de volontés criminelles. Il serait absurde de tout expliquer toujours par la théorie du complot.

Mais il est tout aussi stupide, irrationnel et éloigné de la vérité de soutenir systématiquement qu’aucun complot n’existe jamais que dans la tête de personnes dérangées. Un complot n’est qu’un accord de volontés en vue de mener une entreprise criminelle. Cette entreprise peut être banale, ordinaire, de petite intensité. Une association de malfaiteurs (que le code pénal français prévoit et réprime) est un complot. Mais il est clair que la notion de complot implique souvent que l’entreprise criminelle est de très haute envergure, soit par la cible qu’elle vise, soit par le nombre de victimes ciblées.

Et de même qu’il était grotesque (et mensonger) de présenter Oussama Ben Laden et sa bande d’Al Qaida comme des gens capables de mener l’action qu’ils ont menée sans des appuis – et pas seulement financiers – en très hauts lieux et des complicités actives ou passives dans bien des rouages de l’appareil d’État, il est extrêmement malhonnête et complètement stupide de décrire les attentats de Charlie Hebdo ou ceux du 13 novembre comme les actes isolés, bien que coordonnés, de quelques fous, épris de haine contre la France, mais sans appui nulle part…

Le peu que les medias délivrent suffirait à déclencher de grandes enquêtes si nous étions un peuple libre et souverain. Comme plusieurs fois dans le passé récent, quand des « terroristes » ou des « criminels » sont connus des services de police et des services de renseignement, qu’ils sont suivis de près, et que parfois il y a même des contacts étroits entre eux et les dits services, on ne peut gober que ces personnes si dangereuses puissent préparer leurs actes dans l’ignorance de ceux qui les surveillent.

Chaque fois, on nous ressort la thèse de l’erreur d’appréciation par les pouvoirs publics, ou celle de l’incompétence de tel ou tel de ses acteurs. Souvent on fait tomber quelques têtes de lampistes ou d’acteurs de second rôle parmi ceux qui devaient assurer le pays que ce genre de tragédies ne se produise pas. Car si l’incompétence est toujours pénible à porter, elle l’est moins que la forfaiture… Or à ce niveau-là, ce n’est plus de l’incompétence. À ce niveau-là, ce n’est plus une erreur d’appréciation. C’est une volonté délibérée que la tragédie se produise. Pour qu’ensuite, le pouvoir puisse dire : « Vous voyez, on vous avait mis en garde. Nous voulions renforcer notre arsenal de protection et vous ne le jugiez pas nécessaire. Maintenant, j’imagine que vous allez l’accepter… ».

N’êtes-vous pas troublés d’entendre que l’on ne savait presque rien avant et que l’on sait tant de choses depuis quelques jours ? C’était pareil pour le 11 Septembre…

N’êtes-vous pas troublés d’entendre que certains des terroristes étaient repérés et fichés et que malgré tout « on ne savait presque rien » ? C’était pareil pour le 11 Septembre…

N’êtes-vous pas troublés d’entendre que plusieurs services de renseignement étrangers avaient mis la France en garde en lui communiquant de très précieux et précis renseignements ? C’était pareil pour le 11 Septembre…

N’êtes-vous pas troublés d’entendre que l’on a retrouvé un ou des passeports désignant certains terroristes ? C’était pareil pour le 11 Septembre…

N’êtes-vous pas troublés d’entendre que le jour même des faits, des exercices pour des attentats de haute envergure étaient en cours ? C’était pareil pour le 11 Septembre…

N’êtes-vous pas troublés d’entendre que l’on savait dans les heures qui ont suivi les faits, qui étaient les auteurs de la tragédie alors que la veille, nous dit-on, on ne savait presque rien sur eux ? Affirmation totalement démentie par ailleurs par la bonne connaissance de ces personnes par nos services de renseignement…

N’avez-vous pas le sentiment extrêmement désagréable d’être pris pour de très gros cons comme furent pris pour de très gros cons les Américains après le 11 Septembre, quand leur Président et sa bande expliquaient qu’on ne pouvait imaginer ce qui s’est passé ce jour-là alors que justement, on a appris depuis que tout avait été précisément imaginé depuis des années, par Tom Clancy, auteur à succès, par le cinéma et surtout par la haute hiérarchie de l’armée ?

Il y a des questions à se poser et à poser au gouvernement, au Président de la République, aux services de l’État… En premier lieu au ministre de l’Intérieur, au chef des services de renseignement et à quelques galonnés de haut rang de nos armées…

Il ne suffit pas de faire tomber quelques têtes. Il faut exiger une commission d’enquête qui ne soit pas une occasion de clore l’affaire avec des explications bidonnées. Il ne faut pas une nouvelle commission Warren (JFK) ou une nouvelle commission du type de celle sur le 11 Septembre. Ces commissions-là disent bien quelques vérités car elles y sont contraintes mais épargnent les principaux coupables et sauvegardent le système.

Seul un peuple éveillé et courageux pourra obtenir la vérité et en tirer les conséquences, toutes les conséquences.

Dans une scène du film « JFK » d’Oliver Stone, quand on lui demandait si faire la lumière sur l’assassinat de Kennedy ne risquait pas de provoquer une crise gravissime pour le pays et même le discréditer aux yeux du monde, le procureur de La Nouvelle-Orléans Jim Garrison (joué par Kevin Costner dans le film) rétorquait « Est-ce qu’un gouvernement qui ment à son peuple vaut la peine d’être préservé ? » et ajoutait « Il faut que justice soit faite, même si le ciel s’écroule ! ».

Alors ce sont des extraits d’un film. Je ne suis pas certain que de tels propos soient authentiquement ceux du vrai procureur Garrison mais ce dernier aurait très bien pu les prononcer quand on sait ce qu’il a fait et ce qu’il a dit publiquement, notamment dans sa plaidoirie au terme du célèbre procès d’un des hommes qu’il suspectait d’avoir participé au complot.

Aujourd’hui, je reprends cette interpellation et je pose moi-même la question. Est-ce qu’un gouvernement qui ment à son peuple vaut la peine d’être préservé ?

Et par le mot de « gouvernement », je n’entends pas seulement l’ensemble des ministres, au sens du « gouvernement » institutionnel. Par ce terme, je désigne l’ensemble des pouvoirs publics qui ne jouent pas leur rôle au service du peuple mais qui, comme aux États-Unis après le 11 Septembre notamment, se rangent derrière le Président de la République et son gouvernement, au sens institutionnel cette fois sans poser les questions qui fâchent parce que ce n’est pas le moment d’être désunis…

Le Jim Garrison du film JFK disait aussi : « Un pays devient très dangereux quand on ne peut plus dire la vérité et que tout le monde a peur ».

Il y a matière à méditer ces quelques mots, vous ne trouvez pas ?

Dernière citation du Jim Garrisson du film JFK, qui elle, par contre, est authentiquement celle du vrai procureur Garrison : « Le fascisme viendra en Amérique sous le nom de sécurité nationale ». En France, nous n’étions pas accoutumés à parler de cette notion de « sécurité nationale ». C’est Sarkozy qui a initié la chose, bien inspiré par ses inspirateurs… Et pour cela comme pour beaucoup d’autres choses, le pouvoir actuel – qui, rappelons-le, à toutes fins utiles parce que parfois on en vient à en douter sérieusement, n’est plus celui de Sarkozy – enfonce le clou. Et nous ne réagissons même pas… Souvent Hollande reste en retrait et c’est son Premier ministre qui fait le sale boulot ; et il y prend un certain plaisir manifestement. Savant partage des rôles. Hollande, le Président falot choisi pour ça – comme « W » l’avait été en son temps ! – et Valls, le Premier ministre qui est celui qui dirige vraiment le pays, comme le faisait Dick Cheney aux États-Unis au temps où le crétin du Texas résidait à la Maison-Blanche…

Décidément, je ne suis plus très loin d’avoir honte de mon pays !

Edward Paul Abbe a dit : « Un patriote doit toujours être prêt à défendre son pays contre son gouvernement. »

Je veux bien être patriote, pas au sens où je défendrais l’entrée en guerre contre un ennemi impossible à éradiquer par la guerre, mais au sens où je reste debout face à un pouvoir qui devient très dangereux…

 

Publicités

Discours de Jean Jaurès à la Chambre des Députés le 17 juin 1913

Lien : http://www.jaures.eu/ressources/de_jaures/contre-la-loi-de-trois-ans-1913/

Rallumer tous les soleils - Jaurès ou la nécessité du combat

1913. La campagne contre Jaurès bat son plein : il est accusé, y compris au sein de la Chambre, d’être « vendu à l’Allemagne », « homme du Kaiser », etc. Toute l’extrême-droite et presque toute la droite de l’époque profitent en effet de l’opposition des socialistes à la « loi de trois ans » pour en faire des traîtres à la patrie voulant livrer la France à l’Allemagne.

Il est donc nécessaire de laisser Jaurès exprimer clairement, comme il le fit ici, le 17 juin 1913 à la Chambre, ce que les opposants à cette loi souhaitaient pour l’armée française – une armée notamment défensive et populaire (au début du XXe siècle l’armée tirait plus souvent sur les ouvriers en grève que sur des soldats ennemis…). 

Le texte est ici accompagné des photos faites en mai 1913 lors du fameux rassemblement contre la loi de trois ans au Pré-Saint-Gervais où 150 000 personnes entouraient les orateurs, dont Jaurès, juchés sur un camion…

Le projet [que la commission et le gouvernement] soumettent à la Chambre, en accroissant la durée du service de caserne, rend plus difficiles à tous les points de vue, au point de vue financier, au point de vue militaire, au point de vue social, la grande organisation militaire que réclame le pays républicain, la préparation et l’éducation physique de la jeunesse, l’éducation, l’entraînement, l’encadrement des réserves et, par cela seul que ce projet ferme à l’institution militaire en mouvement les routes de l’avenir, il la refoule nécessairement, vers les formes du passé, vers le type suranné de l’armée de métier. A ce projet j’oppose maintenant un ensemble de dispositions […]

Jaurès au Pré-Saint-Gervais, mai 1913

Notre projet, Messieurs, est d’accroître la puissance défensive de la France. Plus nous voulons qu’elle porte haut son idéal, son action sociale et humaine, plus nous voulons qu’elle puisse mettre toute sa force au service de cet idéal en pleine sécurité et en pleine indépendance. J’ai déjà […] cité le mot de Machiavel : «L’histoire se rit des prophètes désarmés.» Nous qui […], maintenant l’affirmation du droit, voulons répudier à jamais toute politique d’aventure et de revanche, nous qui voulons préparer par la paix définitive et garantir une civilisation supérieure où la force partout présente de la démocratie et de la liberté, réparera les antiques violences, nous voulons que nul ne puisse imputer cette offre magnanime de paix à la débilité peureuse d’un peuple mal assuré de lui-même.

Et non seulement nous voulons porter au maximum la force défensive, la force d’indépendance de ce pays, mais nous voulons l’organiser pour la défense en prévoyant les pires hypothèses, c’est-à-dire en prévoyant le cas où la France aurait à se défendre toute seule, sans secours extérieur et sans alliance, contre ses ennemis éventuels. Ce n’est pas que nous fassions fi des concours que la France, par l’habileté et la sagesse de sa diplomatie, pourrait s’acquérir dans le monde, mais nous pensons qu’un peuple, quand il calcule les chances de l’avenir et l’effort nécessaire d’indépendance et de salut, ne doit compter que sur sa force.

À l’heure où s’est vérifiée, où s’est réalisée, l’hypothèse prévisible et prévue de l’accroissement des armements de l’Allemagne, le devoir des dirigeants français était non pas de se rejeter vers la routine, vers la formule trop facile de la loi de trois ans, mais de développer énergiquement, par l’éducation de la jeunesse, par l’organisation des réserves, par l’armement du peuple sur place, par le perfectionnement de tous les moyens techniques de mobilisation et de concentration, les garanties d’avenir qui conviennent à un grand peuple de démocratie, et le plus déplorable, Messieurs, dans la solution hâtive d’expédients subalternes qui a été adoptée, c’est qu’elle désapprend au pays de France la vertu qu’elle a le plus besoin d’apprendre : l’esprit de suite et de continuité.

Jaurès au Pré-Saint-Gervais, mai 1913

Voilà des années qu’à ce peuple nerveux, aux impressions fortes, aux émotions soudaines, on dit : Si le péril allemand grandit, si le militarisme allemand trouve dans la croissance de sa population et dans l’utilisation plus intensive de ses contingents des ressources nouvelles, ne t’émeus pas, ne te trouble pas. Tu as dans tes ressources de démocratie, dans la possibilité de mettre en oeuvre et en action toutes les forces populaires, des garanties incomparables.

Et voici qu’au jour où, en effet, se réalise l’hypothèse prévue, annoncée, au lieu de dire au peuple : Creuse et ouvre plus vite le sillon que tu avais commencé à ouvrir, on lui dit : Tout est perdu si tu n’abandonnes pas l’effort commencé, et si tu ne te rejettes pas brusquement vers des solutions que, depuis huit ans, tu avais dépassées et jetées aux choses mortes.

Eh bien, Messieurs, un gouvernement manque à la France, lorsque, à ce pays qui a toutes les forces, tous les élans, toutes les énergies, auquel ni la persévérance, ni la méthode ne font défaut, ses gouvernants, selon les caprices de l’heure, changent brusquement de direction. C’est là qu’est la diminution morale et la diminution militaire de ce pays.

Jaurès au Pré-Saint-Gervais, mai 1913

Et où le mène-t-on ? Que lui propose-t-on ? Qu’est-ce qu’on substitue à la solution de démocratie qui a été par là même la solution française ? Ce qu’on propose, c’est un plagiat du militarisme allemand, le plagiat le plus absurde, d’abord, et le plus inopportun, ensuite. Le plus absurde, parce que vous allez porter votre lutte avec l’Allemagne précisément sur le terrain où vous êtes sûrs d’avance d’être vaincus.

Dans la concurrence numérique des effectifs de caserne, vous êtes d’avance les vaincus. Vous êtes obligés de reconnaître que vous êtes vaincus tout de suite. Malgré la loi de trois ans, vous aurez d’emblée, comme entrée de jeu, dans la partie nouvelle, une infériorité de près de 200 000 hommes ; et comme vous avez dit à ce pays, monsieur le ministre, que c’est dans la force de caserne que réside la garantie principale d’une nation, comme au lendemain même du sacrifice que vous aurez demandé au pays, le pays, regardant vers l’horizon, constatera qu’il est encore en infériorité de 200 000 hommes, le sacrifice que vous lui demandez s’aggravera du malaise de l’infériorité persistante. […]

Ainsi, à l’heure où ce pays, en face de l’énorme force brute qui grandit de l’autre côté de sa frontière, aurait besoin d’un immense effort, d’élan, de confiance et d’espérance, vous, vous lui dites : la bataille, la vraie bataille, celle où se mesureront les forces qui décident, elle va se livrer sur la question d’effectifs de caserne où la France est d’emblée vaincue de 200 000 hommes et où sa défaite ira grandissant d’année en année. […]

Je dis qu’à l’heure où l’on proclame dans tous les pays du monde et où vous tous, Français de tous les partis et de toutes les confessions, chrétiens, socialistes, démocrates de la Révolution française, à l’heure où vous tous, malgré vos dissentiments, vous êtes d’accord pour dire que, dans le conflit des nations, la force morale, la force de confiance en soi est un élément décisif, vous inscrivez la France d’office, par vos déclarations et par l’institution militaire qui en est la formule, à un niveau de confiance et de force morale inférieur au niveau de l’adversaire, alors que, si vous mettiez en oeuvre vos institutions de démocratie, vous pourriez élever ce peuple à un niveau de confiance supérieur !

Jaurès au Pré-Saint-Gervais, mai 1913

Plagiat absurde ! messieurs, plagiat singulièrement inopportun et je dirai inconvenant, à l’heure où ce militarisme allemand, copié par vous, plagié par vous dans ses procédés et dans sa technique, est lui-même aux prises avec des difficultés insolubles.

[…]

Et voilà pourquoi, messieurs, je vous demande de réfléchir profondément à l’intérêt qu’il y a, dès aujourd’hui, à marquer, pour le pays, que la durée de temps de caserne n’est pas le noyau, l’essentiel de sa force défensive, qu’il faut une éducation militaire qui se continue avec la vie même de la nation, une armée qui repose non pas sur la permanence de la caserne, mais sur la permanence de la nation elle-même, constamment éduquée, constamment entraînée. Voilà, le sens de la proposition que nous vous avons faite.

Elle s’inspire de la loi dc deux ans, de son esprit véritable. […] Nous la défendrons passionnément devant le suffrage universel, comme devant le Parlement, et nous tâcherons d’infliger en ce point à la réaction militaire incapable de sauvegarder la France une défaite qui prévienne tout retour offensif de ces formes du passé. […]

Oh ! messieurs, la politique, on en dit beaucoup de mal dans cette Assemblée. C’est une grande mode d’en dire du  mal. Mais comment donc la comprend-on ? Et qu’est-ce que c’est que la politique? La politique c’est, pour chaque parti, chaque grand parti, représentant de vastes intérêts, représentant des classes en lutte, les unes en régression, les autres en ascension – la politique, c’est le point de vue le plus haut où puisse s’élever un parti, pour concilier, à l’intérieur, l’intérêt de la classe qu’il défend et l’intérêt de la civilisation, et dans l’ordre international, l’intérêt national et l’intérêt humain. Voilà ce que c’est que la politique.

Jaurès au Pré-Saint-Gervais, mai 1913

De ce point de vue, aujourd’hui comme hier, nous avons le droit de refouler les diversions trop savantes et de demander des comptes à ceux qui ont perdu la patrie, parce qu’ils sont prêts à recommencer si on les laisse faire. […]

Quoi que vous fassiez, vous ne pourrez pas revenir pleinement aux armées de métier, avec cette organisation technique qui assurait du moins à une poignée d’hommes isolés je ne sais quelle existence professionnelle distincte de la nation vous ne pourrez pas la construire fortement et la preuve c’est que, dès maintenant, vous êtes envahis par le doute, que les demandes de congés, de libération, de dispenses commencent à se glisser sournoisement, comme des serpents, dans les crevasses du rempart. (Applaudissements à l’extrême gauche et sur divers bancs à gauche.) Vous ne pourrez donc pas réaliser pleinement votre type, et pendant ce temps vous négligez la constitution nécessaire de l’armée vraiment populaire. Voilà le péril.

Il en est un autre que je signale discrètement avant de descendre de cette tribune, c’est que plus vos raisons de fond pour justifier la loi sont faibles, plus vous serez obligés, pour la faire accepter au pays, de hausser le ton, de noircir les couleurs, de prononcer peut-être des paroles imprudentes. Nous avons, Messieurs, nous, la conviction profonde que nous travaillons à la fois pour la force de l’armée nationale, pour la puissance défensive de la Patrie et pour la paix du monde à laquelle la République doit donner son concours.

Jaurès au pré St-Gervais

Jaurès au pré Saint-Gervais, mai 1913