Archives du mot-clé rassemblement du peuple

De Lordon à Mélenchon

Extrait de l’intervention de Jean-Luc Mélenchon au sommet international du plan B, samedi 23 janvier 2016 à Paris

«  Aucun plan n’est possible s’il n’est porté par un haut niveau d’action populaire. De quelle manière le niveau d’action populaire peut-il être à bonne altitude ?
Il faut pour cela que les larges masses comprennent quels sont les enjeux, et le comprennent à l’égard de leurs propres intérêts et de la contradiction entre leurs intérêts et les politiques suivies.
C’est pourquoi je dis que ça n’a pas d’intérêt de surgir sur la scène en disant purement et simplement « nous allons sortir de l’euro » parce que cela revient à fétichiser la question de l’euro sans permettre d’en comprendre le mécanisme diabolique d’aliénation des peuples.
Il est intéressant de montrer une part de bonne volonté  qui se heurte à la mauvaise volonté et à l’hostilité de ceux à qui l’on s’adresse et alors les peuples sont conduits à se demander d’où vient cette mauvaise volonté, d’où vient ce refus. C’est pourquoi nous parlons souvent de plan A et cela ne signifie pas que nous ayons des illusions sur le sujet. »

L’extrait ci-dessus est issu notamment de cette vidéo. Jean-Luc Mélenchon​ prend la parole pendant quelques minutes juste après la fin de l’intervention de Frédéric Lordon, samedi 23 janvier 2016 lors du Sommet international du Plan B à Paris.

Je pense qu’il nous livre là le cœur de sa pensée, la substantifique moelle de sa réflexion, quant à la question de savoir si l’on doit – ou pas – et pourquoi – défendre la sortie pure et simple de l’euro (et l’on peut dire, par extension, de l’UE).

Dans ces quelques minutes d’exposé, il réitère son refus de dire ouvertement que nous devons sortir du carcan qu’est l’euro, et plus largement l’UE (alors que certains d’entre-nous voudrions l’entendre de sa bouche) et il avance des arguments à l’appui.

Son principal argument a du poids, c’est indéniable, mais malgré tout je persiste à penser que si Jean-Luc Mélenchon, et d’autres avec lui, portaient ardemment, et avec conviction, arguments solides à l’appui car il y en plein, le combat frontal contre l’UE (et pas seulement l’euro) en disant ouvertement que nous devons sortir de l’UE (et pas seulement de l’euro) et en expliquant pourquoi et comment le faire, il deviendrait de facto le principal opposant au gouvernement actuel, à la gauche droitisée à outrance, aux droites devenues ivres de capitalisme exacerbé, et à l’extrémisme néofasciste. En devenant ce véritable opposant, il deviendrait le principal recours du peuple.

Contrairement à l’argument qu’il utilise pour contester le discours frontalement hostile à l’euro et à l’UE, ce n’est pas du tout par « fétichisme » que nous souhaitons sortir de l’UE. D’ailleurs, pour beaucoup d’entre nous, nous n’étions pas sur cette ligne il y a encore un an ou deux. C’est l’aboutissement de notre réflexion qui nous a conduits à défendre cela, au regard de l’analyse que nous avons faite de la situation actuelle et de l’histoire de l’UE. Il ne s’est jamais agi de « sortir de l’UE » pour sortir de l’UE. Et le fétichisme n’entre pas dans nos comportements politiques…

Comme il aime à le dire lui-même, c’est la raison que nous utilisons pour fonder nos opinions et nos jugements, pas une irrationnelle lubie… Nous considérons seulement, au regard de ce qu’est l’UE, analysée à travers ses textes fondateurs, ses différents traités, ses institutions, sa pratique législative, réglementaire et jurisprudentielle, ses organes, sa politique, sa diplomatie, que nous ne la ferons jamais évoluer dans le sens que nous souhaitons et que nous devons donc nous en libérer pour revenir à un internationalisme réel, selon la logique expliquée maintes fois par Frédéric Lordon.

Or nous croyons que nous perdons du temps à faire croire que nous pourrions obtenir quelque répit ou quelque rémission. Puisque Jean-Luc Mélenchon dit lui-même qu’il n’a aucune illusion, alors qu’il cesse de le faire croire indirectement…

Attendre « l’alignement des planètes », comme le dit Frédéric Lordon, est une tragique utopie. Cette marque d’ironie joue essentiellement pour dire qu’il est utopique d’attendre que plusieurs gouvernements européens basculent simultanément à gauche et suffisamment à gauche pour ne pas rééditer l’expérience des années 90 où l’on avait déjà un tel « alignement » et où pourtant l’UE capitaliste a gagné beaucoup de chemin. Cet alignement peut aussi désigner le moment où une majorité du peuple aurait enfin compris d’où vient notre incapacité chronique à changer les choses dans le bon sens.

Mais pour qu’un peuple s’éveille, encore faudrait-il tenter de l’éveiller. Le mieux est encore de faire œuvre pédagogique et pas seulement avec des doses homéopathiques…  Ce Sommet du Plan B y contribue sans doute largement quoi que je doute que les débats qui y ont eu lieu infusent au-delà de cercles déjà très politisés…

Jean-Luc Mélenchon, candidat à la Présidentielle de 2017, aura une « tribune » dont il doit se servir pour augmenter l’avancement des prises de conscience. Je ne doute pas qu’il le fera comme il l’a déjà fait si souvent.

Pourtant, je me désole de ressentir une différence de perception assez nette entre la vision de Frédéric Lordon à laquelle j’adhère entièrement et celle exprimée par Jean-Luc Mélenchon très en deçà, quand bien même on perçoit aussi de manière très sensible un rapprochement entre eux. Sans doute que nous ne sommes qu’au début de la route et que la vision de Frédéric Lordon va continuer à inspirer Jean-Luc Mélenchon. Je le souhaite.

Jean-Luc Mélenchon explique que convaincre le peuple passera inéluctablement et seulement par la patience et par le lent travail qui aboutira à ce que le peuple constatera que notre bonne volonté fait face chaque fois face à un mur ; et Jean-Luc Mélenchon juge que c’est la prise de conscience par le peuple de l’existence de ce mur qui fera basculer les consciences.

Ça n’est pas tout à fait l’avis de Frédéric Lordon, si je l’ai bien saisi, et ça n’est pas le mien, comme ça n’est pas celui de beaucoup, beaucoup de citoyens, qu’ils soient engagés ou pas.

J’ai l’impression que Mélenchon présuppose que le peuple ne sait pas, ne comprend pas, ou est en retard dans le diagnostic qu’il dresse, et que ce peuple aurait donc encore besoin, pour être convaincu de la nécessité de la sortie, de preuves multiples de notre bonne volonté d’une part, et de la mauvaise volonté de l’UE d’autre part.

Je vois là, dans ce diagnostic fait par Jean-Luc Mélenchon, une méprise, une erreur fondamentale de perception. Car nous sommes nombreux à croire que le peuple français a, majoritairement, une conscience très nette de ce « mur » qu’est l’UE. Je pense que le peuple français a cette pleine conscience depuis  au minimum 2007-2008 et l’expérience de la forfaiture du traité de Lisbonne. Et le FN ne cessant de croître est un signe très fort de cela. Frédéric Lordon l’a expliqué dans son intervention en disant ceci :

« Et de quelle alternative parlons-nous ? De la seule en réalité capable de faire une différence radicale, une de ces différences que le corps social crève de ne plus jamais se voir proposer sur la scène des partis dits de gouvernement, désormais réduits à la grille continue de la droite générale. C’est bien pourquoi mort de faim politique, le peuple se jette avec avidité sur la moindre différence qui passe dans son champ de vision, fut-ce la pire, la plus mensongère, portée par les plus immondes démagogues car au moins c’est une différence et que, par là, il a le sentiment de respirer à nouveau. »

Alors, je persiste à considérer que nous devons – et Jean-Luc au premier chef le devrait encore plus – aller plus loin dans notre discours et aller directement à l’aboutissement du raisonnement pour reprendre l’idée de Frédéric Lordon, afin de ne pas perdre davantage de temps.

Si nous n’avions aucun argument solide à la fois pour fonder ce projet de sortie, pour l’organiser et ensuite pour lui substituer autre chose, alors, j’en conviens, un tel projet de sortie serait dangereux et comparable à un mantra. Mais tel n’est pas le cas. Nous avons des idées claires. Nous avons de brillants économistes et d’excellents juristes dans notre camp ainsi que tout ce dont nous avons besoin, en termes de « moyens humains » pour inventer le monde d’après.

Je vais citer un révolutionnaire qui n’est pas exactement l’archétype du démocrate tel que nous, les adeptes de la démocratie jusqu’au bout, le concevons, mais qui a eu le mérite de poser un axiome célèbre et toujours valable. Il s’agit de Siéyès qui a dit :
 » Qui donc oserait dire que le Tiers-état n’a pas en lui tout ce qu’il faut pour former une nation complète ? Il est l’homme fort et robuste dont un bras est enchainé. Si l’on ôtait l’ordre privilégié, la Nation ne serait pas quelque chose de moins, mais quelque chose de plus. Ainsi qu’est ce que le Tiers-État ? Tout, mais un tout entravé et opprimé. Que serait-il sans l’ordre privilégié ? Tout. Mais un tout riche et florissant. Rien ne peut aller sans lui, tout irait infiniment mieux sans les autres. »

Que celles et ceux qui se préparent à gouverner demain et à être en première ligne ne dévoilent pas certaines choses, je le comprends. Un général ne divulgue pas ses plans à la veille de la bataille. Mais d’un autre côté, en politique, il faut parler et expliquer et dire beaucoup de choses, de telle manière que le peuple qui vous choisit le fasse en connaissance de cause et ne vous snobe pas, ou ne vous rejette pas, faute de vous avoir correctement  jugé. Il y a des choses qu’on ne saurait dévoiler, mais dire que l’on a le ferme projet de sortir de l’UE, dire pourquoi et comment, et dire pour faire quoi à la place, on peut le faire, et on doit le faire.

C’est d’autant plus facile qu’il ne s’agit pas pour Jean-Luc Mélenchon de dire « Si je suis Président de la République » ou « Quand je serai Président de la République », « je sortirai la France de l’UE ». Faire cela tel quel serait un nouvel acte de force antidémocratique car la volonté populaire que je présume favorable à la sortie devra être vérifiée. Car même si le peuple français élisait Mélenchon, même si Mélenchon avait, dans son projet, porté l’idée de la sortie, un tel sujet ne pourrait démocratiquement être décidé que par référendum après un large débat.

Ce que Mélenchon doit faire, c’est donc seulement – mais c’est déjà beaucoup – s’engager très fermement et ce dès maintenant à organiser, rapidement après son élection acquise (disons dans les mois qui suivent), un débat suivi d’un référendum sur la question de la sortie de la France de l’UE et aussi quelques autres questions subsidiaires liées au même sujet.

Ainsi Jean-Luc Mélenchon n’endosserait pas la sortie en son nom mais serait l’arme absolue pour que le peuple puisse se ressaisir de la question et redire ce qu’il en pense. Une fois qu’il se serait exprimé, le Président Mélenchon n’aurait plus qu’à en tirer les conséquences en appliquant la décision de manière immédiate. Bien entendu, pendant les semaines ou les mois qui auront précédé le référendum, il aura fallu que le Président, son gouvernement, sa majorité, les organes de l’État fassent tout ce qu’il convient de faire pour préparer la sortie et pour protéger la France des représailles de celles et ceux qui voudront lui faire payer son évasion de la prison de l’UE, et cette fois dans le secret le plus total.

Si Jean-Luc Mélenchon osait affirmer cela dès maintenant, il nous ferait faire collectivement un bond de géant et en devenant l’ennemi absolu du système, il deviendrait simultanément l’arme de destruction massive que le peuple aurait à sa disposition pour dynamiter les oligarchies régnantes et l’édifice dictatorial qu’elles ont patiemment édifié depuis des décennies et perfectionné depuis quelques années…

* * * * *

Intervention de Frédéric Lordon au sommet international du Plan B

Paris le 23/01/2016

Retranscription intégrale faite par Vincent Christophe Le Roux

Pour voir la vidéo, aller ici. Lordon intervient de 2h 34 mi 50 sec à 2h 51 min et 40 sec

Lire la suite Intervention de Frédéric Lordon au sommet international du Plan B

Jean-Luc Mélenchon enfin prêt à « sortir » des traités !

Camarade Jean-Luc Melenchon, enfin !
Oui, enfin, tu parles clair sur le sujet de l’Union européenne et tu fais plus que simplement laisser entendre ce que tu as dans la tête. Pour la première fois, tu exprimes une vision de défiance caractérisée envers l’UE et tu parles de « sortir » des traités. Jamais je ne t’avais lu ou entendu être aussi clair. Or, je te suis de près.
Depuis des mois, nous sommes très nombreux à t’appeler à cette rupture, te conjurer de nous entendre et tu nous avais souvent ignorés, voire tu nous avais démentis et fait la leçon.
Peu importe que nous ayons été déçus hier si tu te décides enfin aujourd’hui à porter le flambeau de la résistance frontale à l’UE.
Dans ton dernier billet, tu reprends enfin à ton compte – c’est la première fois que je lis cela sous ta plume – l’argument puissant défendu par beaucoup (comme Aurélien Bernier depuis longtemps) selon lequel Jean-Marie Le Pen hier et Marine aujourd’hui et le FN tirent leur force électorale principalement du fait que le peuple les croit les seuls opposants sincères à l’UE, ce que nous savons bien qu’il ne sont pas du tout.
On en reparlera, sans doute, car il faudra développer. Tu ne fais qu’ouvrir la porte mais tu l’as ouverte avec vigueur et cela inaugure des suites intéressantes…
Si tu lis ces quelques lignes, sache, camarade, que nous sommes l’arme au pied pour faire tout ce que nous pourrons pour te conduire à la Présidence de la République, pour t’appuyer, pour prendre certains coups à ta place et pour décupler la force de ceux que tu donneras toi-même à nos ennemis.
Je ne suis pas grand chose. Je ne suis pas un cadre de parti. Je ne suis pas un acteur syndical, ni associatif. Je n’ai pas de responsabilité professionnelle ou politique d’importance mais je suis un citoyen engagé. D’une certaine manière, je l’ai été à tes côtés pendant les 5 ans que j’ai passés au PG. Et que j’aie rompu avec le PG n’avait ni pour conséquence, ni pour signification que je te désavouais. Certes, je m’impatientais comme beaucoup, beaucoup d’autres. Certes, parfois, il y avait même chez moi de l’exaspération à t’entendre dire des choses qui ne coïncidaient pas avec l’image de l’homme d’État que tu es.
Mais c’est parce que nous continuions à croire en toi et à vouloir que « demain ne se fasse pas sans toi » pour reprendre une formule qui a eu son succès il y a quelques années, c’est parce que nous sommes un certain nombre à percevoir en toi les qualités pour rassembler le peuple français sur un projet digne de notre pays, que nous ne t’avions pas évacué de notre tête.
Ces derniers mois, nous avons souffert. Tu dois le savoir et l’entendre. À cause de tes hésitations, de tes lenteurs et de tes choix de t’engager dans la recherche d’une nouvelle alliance de Gauche, ce qui nous paraissait totalement antinomique avec ce que tu devais faire, à nos yeux. Et, en conséquence, j’ai pu parfois, dans mes billets de blog ou sur Facebook, publier des lignes quelque peu critiques mais c’est toujours de façon mesurée et respectueuse que je l’ai fait, contrairement à beaucoup d’autres commentateurs de tes paroles, de tes écrits ou de tes actes. Et c’était toujours pour t’appeler à te dépasser et à dépasser la Gauche, et à oser assumer l’indispensable rupture avec l’UE, pour dévitaliser totalement le FN et pour emporter la confiance du peuple tout entier. Deux lettres ouvertes à ton attention furent ainsi mises en ligne sur mon blog à quelques mois d’écart en juin 2014 et février 2015.
Puisque tu rends publique maintenant ton intention de porter le fer contre le principal de nos ennemis, l’UE, eh bien, sache que je suis déterminé à porter le fer avec toi.
Et bien que certains d’entre nous soyons désormais hors du PG ou des partis, nous serons nombreux à être à tes côtés. D’ailleurs, tu auras avec toi bien plus de citoyens ordinaires que de représentants des partis. Et tu devrais à mon avis t’entourer aussi de ces citoyens ordinaires…
Le défi est de te faire élire Président de la République à la suite de l’actuel résident de l’Élysée (c’est volontairement que je dis « résident », en omettant la lettre « P ») afin que tu puisses, depuis la Présidence, mettre le peuple en situation de changer le régime et de retrouver tout son pouvoir souverain.
Nous allons nous y employer cher Jean-Luc !
* * * * *
Extraits du billet de blog de Jean-Luc Mélenchon, intitulé « Le plan B plus que jamais » publié le 20/01/2016
Bien sûr, l’Union européenne est toujours aussi nuisible, hostile à la démocratie et à la justice sociale. Son procès n’est donc plus le sujet. Mais il faut suivre ce qui s’y passe pour bien comprendre la façon avec laquelle la catastrophe qui s’avance sur le monde se construit. Car il faut être prêts dès que cela serait possible à prendre les mesures au bon endroit et sur les bons sujets pour enrayer la machine devenue folle qu’est l’économie de casino qui domine notre planète.
(…)
Mais on peut aussi avoir un plan B, surtout quand on est la France.
Le débat est donc le suivant : honorer les traités européens comme ils s’y efforcent ou en sortir comme je le propose avec tant d’autres ?
(…)
En toute hypothèse, nombre des signataires de la pétition des primaires ont en commun d’être d’ardents partisans de ces traités européens. Faut-il rappeler que ces traités sont aussi massivement rejetés dans d’autres sondages que l’est la politique européenne toute entière depuis 2005 ? Faire disparaître l’enjeu central de l’élection présidentielle serait donc le résultat essentiel de cet exercice qui reviendrait à abandonner le leadership du « non à l’Europe libérale » à l’extrême droite. Le rêve de tous les eurolâtres. Génial. Si l’on veut me voir bouger de position et mettre les pieds dans ce bain, il faut commencer par préciser dans quelle eau se feront les ablutions : ce cadre est-il celui de la sortie des traités européens ou bien celui de leur application ? Car dans les traités européens, aucune politique de gauche n’est possible, quel que soit « le candidat unique de la gauche » ! Allez voir à Athènes ce qu’il en coute de ne pas être clair sur ce point dès le début !

Bientôt les « boys » de retour sur le sol français ?

Le Président de la République, François Hollande, s’apprête à autoriser les légions de l’Empire états-unien à revenir s’installer dans des bases militaires sur le sol de la République française alors que le général De Gaulle les en avait éjectées en 1966, dans une décision courageuse et géniale qui était en quelque sorte une déclaration d’indépendance.

De l’extrême gauche à la droite “gaulliste” en passant par presque toutes les nuances de la gauche et de la droite, nous savons à quel point les États-Unis sont un empire malfaisant, fauteur de guerres ouvertes et larvées au seul bénéfice de leur caste oligarchique et ce depuis plus de 200 ans qu’ils existent.

L’opinion du peuple français est très largement hostile à cette puissance belliciste. C’est pourquoi la décision de 1966 ne provoqua d’émoi que dans les sphères atlantistes, c’est-à-dire dans ces allées du pouvoir qui n’avaient pas été entièrement épurées après l’épisode de Vichy.

Cette puissance souvent ouvertement malfaisante est aussi, en coulisse, via sa CIA et la galaxie de l’État profond, l’organisateur, le facilitateur et le logisticien de centaines, voire de milliers, de coups d’État et d’assassinats de dirigeants dans le monde entier depuis au moins 70 ans !

Les guerres menées par les États-Unis, depuis les génocidaires “guerres indiennes”, ont causé la mort de dizaines, voire de centaines de millions de personnes depuis que cet État voyou et terroriste existe sur la scène mondiale.

En outre, l’alliance de poids et de longue date entre les États-Unis, Israël et l’Arabie Saoudite pour ne citer que ces deux alliés-là, font que ces trois puissances menacent en permanence la paix du monde. Mais ces menaces ne sont pas que des menaces puisque depuis des décennies, la guerre est permanente avec des conflits ouverts en tel ou tel endroit du monde.

De Gaulle savait pourquoi il avait exigé le départ des forces armées américaines de notre sol et le retrait simultané de la France du commandement intégré de l’OTAN. En faisant cela et en ayant doté notre pays d’une force de dissuasion nucléaire autonome, il nous a protégés de toute agression venue de l’Empire, comme il nous a protégés de toute vassalisation. Mais après son départ, dès Pompidou, la politique diplomatique française a recommencé à s’assouplir vis-à-vis des États-Unis et à être beaucoup plus accommodante avec les caprices et les folies guerrières et impériales des État-Unis.

Chirac sut maintenir, pendant sa présidence de 12 ans, une certaine flamme française autonome comme en témoignent deux décisions très mal vécues par les dirigeants états-uniens:

1/ d’une part le refus que Chirac (alors Premier ministre de la première cohabitation) a opposé au Président Reagan en 1986 quand le Président des États-Unis a demandé à la France de pouvoir survoler notre territoire à l’occasion de l’expédition punitive contre la Libye de Kadhafi.

2/ d’autre part, bien sûr, le refus de soutenir la guerre en Irak de Bush fils et le combat diplomatique que la France mena alors pour convaincre nombre de pays, notamment d’Afrique, de refuser de voter à l’ONU la résolution présentée par les États-Unis. On se souvient de la grandeur de notre pays incarné alors par le ministre des Affaires étrangères du moment, Dominique de Villepin.

Pendant ces années où la France disait “Non” aux États-Unis, toute une série de leaders défilaient à l’ambassade des États-Unis à Paris pour dire tout leur mépris de “l’arrogance française” et leur soutien aux positions des États-Unis. Parmi ces gens, il y en avait qui étaient dans des fonctions de pouvoir et cela fait que leurs actes sont donc constitutifs du crime de haute trahison (certes opportunément supprimé de la constitution française par Sarkozy devenu Président de la République en 2007). Lui, justement, fut de ces traîtres à la “patrie républicaine des Français” pour reprendre une expression chère à Jean-Luc Mélenchon. Mais il était un parmi beaucoup, beaucoup d’autres. Ces Atlantistes et ces traîtres pullulaient par exemple au P.S. Un certain Pierre Moscovici en fut avec pas mal d’autres “socialistes”…

Cette flamme française qui brûlait indépendamment des volontés impériales et guerrières états-uniennes, c’est Sarkozy devenu Président qui l’a éteinte.

Et c’est Hollande qui, après avoir fait, à son tour, acte de subordination dès le lendemain de son élection à la Présidence de la République française (on se souvient avec rage et dégoût de son voyage à Washington pour le sommet de l’OTAN), est sur le point d’effacer totalement l’indépendance française, déjà largement entamée tant sont nombreuses et béantes les entailles à notre souveraineté.

Quand on examine aujourd’hui la situation globale, avec ce que nous fait déjà subir l’Union européenne, et avec la menace de plus en plus proche de vivre l’immense régression qu’engendreront le TAFTA et les autres traités du même ordre en cours de discussion, si en plus les forces armées de l’Empire malfaisant reviennent durablement sur le sol français, cette fois, nous serons devenus pour de bon un simple dominion qui n’aura même plus les pouvoirs d’un État fédéré des États-Unis.

Là franchement je commence à avoir la trouille !

C’est le peuple français tout entier – et pas seulement une fraction, un parti ou un clan politique – qui va devoir se lever pour de bon ! L’heure est gravissime !

Il va vraiment falloir refonder un nouveau CONSEIL DE LA RÉSISTANCE ET DE LA RECONQUÊTE !

Post-scriptum: Nous sommes le peuple souverain et seul ce que nous avons adopté par référendum peut être valable. Tout ce que l’on nous impose depuis des années, fusse par des voies “légales”, sera, en son temps, déclaré comme “nul et non avenu” car ce que le peuple a décidé, seul le peuple peut décider de le défaire. Par exemple, bien que la constitution ait été expurgée du crime de “haute trahison”, comme le peuple français n’a pas eu à se prononcer sur ce point, il n’a pas autorisé cette suppression alors qu’en 1958 il avait très largement approuvé la constitution qui le prévoyait. Donc, nous considérons que cette disposition constitutionnelle d’ordre pénal vaut toujours. Je suis juriste et je n’ignore pas le principe fondamental de la légalité des délits et des peines selon lequel une personne ne peut être jugée et condamnée que pour un acte qui, au moment où il a été commis, était puni par la loi. Ce principe s’oppose donc, a priori, à la possibilité qu’aurait le peuple français de juger et de punir un dirigeant pour crime de haute trahison pour des faits commis depuis que cette incrimination a disparu de la constitution. Sauf qu’aucun principe, fut-il fondamental, ne saurait contraindre le peuple. Lui seul est souverain et si le principe en question s’oppose à sa volonté, c’est le principe qui sera écarté ou à tout le moins refondé.

Que les dirigeants d’hier, d’aujourd’hui et de demain (jusqu’à ce que nous ayons repris entièrement notre pouvoir souverain) sachent que rien ne les mettra à l’abri de notre courroux et du fait qu’ils auront à rendre compte, indépendamment de tous les artifices juridiques qu’ils peuvent mettre en oeuvre pour se protéger.

*

Sources documentaires

Article dans RT

Article dans Causeur

Article dans le Figaro

Article dans L’Humanité

Article du PRCF* sur Agoravox (PRCF : Pôle de Renaissance Communiste en France ; leur site ; leur page Facebook)

Article d’Hélène Nouaille sur le blog de Lucien Pons

Article du parti UPR (Union Populaire Républicaine)

APPEL AU PEUPLE FRANÇAIS – Par l’Alliance pour une France Libre (AFL) le 10/09/2015

Appel initié par Régis Chamagne

*
La France est un pays unique, grande par le cœur et par son rayonnement naturel quand elle est digne d’elle-même et de ce que les peuples du monde attendent et espèrent d’elle.
La France est un pays d’une beauté, d’une richesse et d’une diversité à couper le souffle : diversité des paysages, de l’habitat, des climats, des sols, des écosystèmes qui s’étendent jusque dans l’Outre-mer, et enfin diversité de sa population sous l’angle des structures familiales et de l’anthropologie. Et tout cela à partir d’un petit hexagone : 500 000 km², 1000 km du Nord au Sud, 1000 km de l’Est à l’Ouest, qui s’épanouit, grâce aux terres hors métropole, sur le deuxième plus grand territoire maritime du monde.
*
L’Histoire de France est une longue et belle histoire, faite de souffrances, de trahisons parfois, mais surtout de moments glorieux. Une lutte de mille ans entre des tentations de division et des élans d’union. Sous l’angle de la nature humaine, la Révolution française fut ce moment exceptionnel où le peuple français s’est transcendé, a dépassé son immense diversité à travers des valeurs universalistes et humanistes : Liberté, Égalité, Fraternité.
*
Puis, après deux guerres mondiales, dans les instants de joie qui suivirent la seconde, on a raconté au peuple français, on NOUS a raconté ce que nous avions envie d’entendre. Nous allions nous dépasser encore une fois, plus haut encore, vers plus d’humanisme, vers plus d’universalisme, à l’échelle de l’Europe cette fois, d’une Europe de la Paix, d’une Europe des droits de l’Homme.
*
Seulement voilà, aujourd’hui le constat est affligeant : désindustrialisation du pays, suicides massifs d’agriculteurs, de salariés et d’entrepreneurs, perte des acquis sociaux, baisse des salaires et des retraites, appauvrissement de la population, attaques contre les libertés individuelles, etc. Le programme du Conseil National de la Résistance de 1944 intitulé « Les jours heureux », qui avait mis en place la sécurité sociale, les retraites par répartition et bien d’autres dispositions encore, est détricoté maille après maille, méthodiquement, depuis plusieurs décennies. Ce programme social, conçu pour le bien commun, la protection des plus faibles et l’intérêt du peuple français, est remplacé par un programme agressif à l’égard des humbles et soumis aux appétits sans limite des puissants de ce monde. Tout ceci est décidé ailleurs, par la Commission européenne, contre la volonté du peuple français.
*
Le dépassement par le haut vers plus d’humanisme et d’universalisme ne s’est pas produit. Nous nous sommes au contraire enfermés progressivement, insidieusement, dans une prison racialiste qui nous éloigne de nos affinités électives naturelles : les pays de la francophonie, les pays d’Amérique latine, la Russie, les pays du Levant et tant d’autres qui espèrent en nous. Nous sommes entraînés dans des guerres illégales contre des peuples amis de la France. Ils attendent Montesquieu, Lacordaire et Victor Hugo. Nous leur envoyons des bombes pour tout cadeau.
*
L’abandon progressif et intentionnel de notre souveraineté, synonyme de démocratie, par des générations de politiciens carriéristes et félons, soumis aux intérêts d’une oligarchie mondiale, a conduit au désastre que nous constatons aujourd’hui.
*
Mais tout n’est pas perdu. TOUT N’EST PAS PERDU ! Le peuple français a montré, au cours de sa longue histoire, qu’il était capable d’un sursaut à chaque fois que la France était trahie par ses dirigeants. Aujourd’hui, si nous, filles et fils de France, savons faire preuve de courage, d’intelligence, de solidarité et d’amour, si nous sommes capables de nous unir autour de l’impératif sacré de sauver la patrie, alors, les jours heureux reviendront.
*
NOUS ! Alliance pour une France Libre (AFL), invitons le peuple français, individuellement ou par le biais d’associations, à se rassembler autour d’un objectif simple : Rétablir notre indépendance nationale et notre souveraineté populaire afin de décider nous-mêmes de notre destin commun. Cela passe par trois conditions impératives :
  • Ouvrir la France sur le monde, car telle est sa vocation historique, en s’évadant de cette prison des peuples qu’est l’Union européenne ;
  • Réinscrire la France dans sa grande Histoire en sortant de l’OTAN ;
  • Rendre au peuple français son pouvoir régalien de battre monnaie, sa monnaie, le Franc.
En soutenant cet appel, vous contribuerez au renouveau de la France, au retour de la démocratie, c’est-à-dire à la restitution au peuple français de son droit à disposer lui-même de son destin.

POUR QUE VIVE LA RÉPUBLIQUE !

POUR QUE VIVE LA FRANCE !

Vous qui aspirez à succéder au Président de la République actuel, surtout si vous êtes de gauche…

Si vous voulez que le peuple vous fasse confiance de nouveau, il y a, me semble-t-il, quelques préalables absolus :

1/ Annoncer avec la plus grande fermeté et avec la solennité la plus éloquente, que le peuple français sera appelé à décider, lui-même, par référendum, s’il veut que la République française reste membre de l’Union européenne ou s’en retire, et que ce référendum sera organisé dans les 100 jours de l’arrivée au pouvoir de celui ou de celle qui serait élu-e à la Présidence de la République. En plus de la réponse « OUI » ou « NON » à cette première question, seraient proposés divers scénarii pour l’organisation concrète de la sortie entre lesquels le peuple aurait à trancher. Nous avons déjà des personnalités sérieuses du monde économique et politique qui ont réfléchi à la question de la sortie de la France de l’euro et/ou de l’UE et ont des propositions crédibles. On ne part pas de zéro. Il n’y a pas que ceux qui limitent leurs propositions à vouloir désobéir aux traités qui ont travaillé le sujet…

2/ Annoncer, avec la même fermeté et la même solennité, que le peuple français sera également appelé à décider, par référendum, s’il veut entamer un processus constituant de nature à transformer radicalement le régime politique de la République française pour améliorer fortement son caractère démocratique et républicain. En plus de la réponse « OUI » ou « NON » à cette première question, seraient proposés divers scénarii pour l’organisation concrète de ce processus constituant entre lesquels le peuple aurait à trancher. Par exemple, un premier choix serait d’élire une Assemblée Constituante unique au niveau national qui aurait alors une compétence exclusive ; un deuxième choix possible serait de décomposer territorialement le processus constituant, avec élection d’assemblées constituantes locales, qui auraient la mission d’élaborer, par étapes successives, les propositions de révolution constitutionnelle qui remonteraient ensuite à une Assemblée Constituante nationale chargée de finaliser le projet de nouvelle constitution ainsi que d’autres textes annexes éventuels (déclarations de droits, chartes…) ; on pourrait aussi envisager d’autres options que les deux ci-dessus.

3/ Annoncer, avec la même fermeté et la même solennité, que le peuple français sera également appelé à décider, par référendum, si la République française doit demeurer dans l’OTAN ainsi que dans diverses autres organisations internationales d’essence atlantiste. Je pense évidemment en premier lieu à l’O.M.C. et au F.M.I. mais il y en a d’autres. Pour chacune de ces organisations, le peuple choisirait « OUI » ou « NON » afin de ne pas faire un paquet imposant un choix unique pour toutes. Là encore, en plus de la réponse « OUI » ou « NON » à ces questions, seraient proposés divers scénarii pour que le peuple français se prononce, en répondant par exemple, aux questions suivantes :

– Souhaitez-vous que la République française se rapproche des BRICS en vue d’une prochaine adhésion à cette alliance alternative : OUI ou NON ?

– Souhaitez-vous que la République française agisse au plan international pour que soient mises en place d’autres alliances inédites : OUI ou NON ?

– Souhaitez-vous que la République française agisse au plan international en faveur d’une réorganisation profonde de l’ONU : OUI ou NON ? On pourrait aussi, sur ce sujet précis, proposer divers scénarii de réforme de l’ONU…

Si le peuple français donnait ainsi de la voix, pour dire sa volonté que des valeurs authentiquement humanistes, et que des principes reposant sur la démocratie, la loyauté des échanges, l’équité et l’harmonie des relations internationales, gouvernent le monde, nos dirigeants seraient dotés de puissantes armes politiques pour agir sur la scène internationale.

Voici trois domaines éminemment fondamentaux. Certes, ils ne peuvent résumer toute la politique d’une nation, d’un État, d’un gouvernement et d’un peuple. Bien d’autres questions sont importantes : l’économie, la culture, l’écologie et d’autres encore. Mais mon avis est que ces trois domaines conditionnent le succès de tous les autres d’une part. D’autre part, si déjà ces trois engagements géopolitiques étaient pris publiquement par une personnalité de la Gauche de combat aspirant à devenir demain candidat-e à l’élection présidentielle pour y être élu-e et non pas seulement pour y faire un tour de piste de figuration pour la gloire d’avoir combattu, et enfin appeler au gouvernement de notre pays une équipe de combat contre le capitalisme et l’impérialisme états-uniens, organisés et relayés par ses différents exécutants européens, eh bien sans doute que le peuple tendrait l’oreille dans un premier temps… et serait séduit dans un second !

Le Front de Gauche est mort, vive le peuple !

Pour moi, le FdG est mort aux Municipales. Ceux qui me suivent savent que je ne crois plus en lui depuis lors.

Mais pour autant je sais que sont de bonne volonté les militant-e-s qui ne se résolvent pas à la disparition de la force citoyenne que nous représentions ensemble.

Parfois il faut savoir terminer une histoire pour en écrire une autre, plutôt que de se morfondre et de s’enfermer dans hier quand hier est révolu.

Le M6R est une des pistes mais pas la seule, loin de là. Il faut que le peuple s’en mêle.

Tant que les partis, y compris le mien (le PG) ne font pas ce qui devrait être fait, c’est aux citoyen-ne-s de prendre le pouvoir, de débattre entre eux et de décider, sans attendre aucun ordre, aucune instruction, ni craindre aucune interdiction venue de qui que ce soit.

Les « leaders » feront leur job en temps et en heures, s’ils veulent bien le faire, et nous les suivrons si nous les jugeons dignes de nous. Mais, dans tous les cas, nous conservons toujours notre liberté de les soutenir ou de les contester, de les louanger ou de les critiquer. Et, dans tous le cas, c’est à nous qu’il revient de nous organiser.

De même que l’on disait autrefois « le roi est mort, vive le roi » pour dire qu’au-delà de la personne mortelle du monarque, le pouvoir demeurait entre les mains de ceux qui en étaient titulaires, eh bien, aujourd’hui, nous devons dire « Le FdG est mort, vive le peuple », même si cette notion de « peuple » est ambiguë, et que nous devons le construire, ce peuple éveillé et prenant en mains son avenir.

Chez moi, à St-Nazaire, le PG est petit et le PC, bien qu’ayant été avec nous à ces élections départementales, reste aussi allié au P$ à la mairie de St-Nazaire, comme à la CARENE (Communauté d’agglo de la région nazairienne et de l’estuaire), comme à la mairie de Nantes et comme à Nantes Métropole. Autrement dit, il a toujours le cul entre deux chaises… Il fait le grand écart au risque de s’exploser les noyaux… Mais tous les communistes n’approuvent pas. Le problème, c’est que s’ils grognent un peu, ils finissent vite par plier devant leurs cadres.

Pourtant, les lignes bougent un peu ces temps-ci. Il est question justement de créer une assoc’ du FdG, destinée à rassembler, sans inféodation à quelque parti que ce soit, mais avec une existence juridique, afin d’être visibles et d’exister, justement, toutes celles et tous ceux qui se reconnaissaient dans le FdG.

« Aussi noire que soit la nuit, jamais la lumière ne s’éteint et si ténue que soit la braise, c’est elle qui, le jour venu, remet le feu à la plaine…« . C’est Mélenchon qui nous rappelait cette citation de Victor Hugo (extraite des Misérables) dans son discours de Clermont-Ferrand du 14 mars 2012.

Eh bien, cette braise couve encore en chacun de nous, quand bien même nous avons le sentiment parfois de ne pas être à la hauteur, quand bien même nous échouons, quand bien même la désespérance et l’envie de tout abandonner nous envahissent parfois.

Oui, nous sommes le peuple de gauche ou le peuple tout court d’ailleurs et nous sommes des combattants. Nous pouvons avoir des baisses de régime mais nous revenons sans cesse à cette idée, exprimée par le cinéaste grec Nikos KAZANTZAKIS en 1946 dans son film « Zorba le Grec » qui veut que « La seule façon de te sauver toi-même, c’est de lutter pour sauver tous les autres. »

Hardi compagnons et camarades ! L’heure est triste mais le monde nous appelle…même si tout est fait pour dissimuler ce fait, jusques et y compris au sein même de nos appareils politiques.

Le pouvoir auquel nous aspirons ne nous sera pas donné sans que nous combattions rudement. Le « peuple » ne nous appellera pas au pouvoir sans que nous fassions de gros efforts pour entendre ses ambitions, ses exigences, ses doléances et que nous lui proposions la voie qu’il pourra décider d’emprunter.

Il ne s’agit pas de renier ce que nous sommes ni là d’où nous venons ; il ne s’agit pas davantage de dire forcément ce que le « peuple » a envie d’entendre (ou ce qu’il croit avoir envie d’entendre). Il s’agit par contre de lui prouver que nous ne sommes pas enfermés entre nous à ne débattre que de sujets accessoires ou de nous disputer pour des querelles futiles à ses yeux, mais que nous avons une conscience pleine et entière de l’époque dans laquelle nous vivons, en étant instruits de l’Histoire et avertis des expériences qui se déroulent ailleurs que chez nous.

Pour reprendre un slogan publicitaire (des années 90 lancé par la firme Hugo Boss) qui m’avait marqué (alors que je hais en général la publicité car je n’y vois qu’une forme d’abrutissement ; rappelez-vous la formule d’Orwell qui disait que « Faire de la pub, c’est agiter un bâton dans l’auge à cochons« ), j’ai envie de dire que nous ne devons pas imiter mais innover, en étant pétris de ce que nous sommes et de ce que nous savons.

DEMAIN NOUS ATTEND camarades !